Logo ={0} - Retour à l'accueil

Alloue : présentation de la commune

Dossier IA16001456 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'étudesCommunauté de communes du Confolentais
AdresseCommune : Alloue

Des outils, en particulier des haches polies, trouvés sur le site, témoignent d'une occupation humaine remontant à la préhistoire.

Les vestiges d'une voie romaine sont visibles au lieu-dit les Repaires. A proximité, aux Caillauds, un tumulus fouillé au 19e siècle a été nommé " le tombeau au soldat ". Le nom de la commune d'Alloue pourrait venir d'un mot gaulois signifiant alouette.

L'église paroissiale Notre-Dame du village date de la fin du 12e siècle ou du début du 13e siècle. Elle jouxte le prieuré de bénédictins dépendant de l'abbaye de Charroux à laquelle la terre d'Alloue avait été donnée, en 783, par Rogier, comte de Limoges, lors de la création de l'abbaye. Le prieur avait droit de basse, moyenne et haute justice. Le prieuré fut pillé en 1356. Remis en état, on le retrouve sur un plan de 1740, accompagné de ses bâtiments de ferme et de ses jardins. Il est vendu à des particuliers comme bien national à la Révolution.

Quatre châteaux sont implantés sur la commune, l'Age, Beauchêne, Lavergne et Massignac qui peuvent remonter au 15e siècle. La commune est traversée par le fleuve Charente où sont situés plusieurs moulins et plusieurs ponts.

Le Pont Neuf à l'entrée ouest d'Alloue remonte à 1741.

L'ancienne mine de plomb argentifère de la commune aurait été exploitée depuis l'époque gauloise selon la tradition. Toujours est-il que, de sources sûres, elle aurait été exploitée par un sieur Villain au 18e siècle. Puis une société, fut créée en 1821, avant l'abandon de la mine en 1829. Reprise, abandonnée de nouveau, une dernière tentative est faite vers 1930 pour être définitivement fermée pour cause de rentabilité insuffisante.

En 1913, la ligne de chemin de fer Angoulême-Champagne-Mouton fut prolongée sur Confolens grâce au député-maire Paul Mairat. Celle-ci n'existe plus.

A l'est de la place d'Alloue, dont la création date de 1860, se trouvait un presbytère ruiné qui est démoli en 1897. A l'ouest de cette même place, des halles construites entre 1839 et 1843 par Jean Sarat, sous la direction de l'architecte Landry, sont supprimées en 1969.

L'actuelle route départementale n° 740 a été construite après 1835 puisqu'elle ne figure pas sur l'ancien plan cadastral. Alloue fait partie du diocèse de Poitiers.

Alloue se situe à l'est du canton de Champagne-Mouton, en bordure du canton de Confolens Nord. Avec sa superficie de 4 654 hectares, c'est la commune la plus étendue du canton (et la quatrième du département). La superficie agricole utilisée est de 2 751 hectares en l'an 2000. 2 202 hectares sont des terres à fourrages dont 535 toujours en herbe. Les champs sont bordés de haies. Le blé est cultivé sur 153 hectares, le tournesol sur 66 hectares, le maïs sur 43 hectares et l'orge et l'escourgeon sur 36 hectares. On compte 2 484 bovins, 3 530 brebis et 327 chèvres (renseignement de l'INSEE en 2000). De nombreux bois sont disséminés sur tout le territoire, les plus étendus étant à l'est.

Le fleuve Charente traverse la commune du sud au nord-ouest, sur laquelle se trouvent plusieurs moulins, tandis que les territoires du sud-est au nord sont baignés par le Transon. Au sud-est se trouve l'étang du Plomb. La commune compte aussi plusieurs sources et de nombreux points d'eau.

Certaines hauteurs vont jusqu'à 231 mètres, le bourg étant à 144 mètres.

En plus du village d'Alloue, la commune comprend 78 lieux-dits, qui se composent pour la plupart de trois ou quatre fermes, à l'exception des écarts tels que les Repaires, Lasfond, les Bréchevaux ou Beaumont qui en comptent une dizaine. 241 résidences principales ont été décomptées (dont 105 dans le bourg), ainsi que 47 résidences secondaires et 50 logements vacants. La population qui se chiffrait à 1 586 habitants en 1876 n'a cessé de décroître et ne compte plus que 528 habitants en 1999. Le nombre des exploitations de 50 hectares et plus était de 20 en 1979, et a remonté à 25 de 1988 à 2000. Sont encore présents dans le village quelques commerces tels une alimentation, une boulangerie, un café-restaurant et quelques artisans du bâtiment.

Annexes

  • Liste des négociants, industriels, commerçants, marchands et agents d'affaires pour la commune d'Alloue.

    Annuaire de la Charente en 1890.

    5 aubergistes et débitants

    1 boucher

    1 boulanger

    1 cafetier

    2 marchands drapiers

    4 épiciers

    1 marchand de fer

    1 fabricant d'huile

    4 meuniers

    1 menuisier

    1 tuilier

    1 marchand et courtier en vins

    2 voituriers.

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1898, mai : nouveau presbytère, vente à la commune d'une maison avec grange, servitude et jardin.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : E Alloue, 261, 262,263, 271
  • Champ de foire : 24 octobre 1837, projet d'un champ de foire dont la commune est privée. 14 novembre 1858, le conseil municipal demande que des démarches soient faites pour se procurer à l'amiable ou par expropriation le jardin parcelle 414 de la section B du cadastre pour y établir le champ de foire. 29 avril 1860, création de la place pour le marché.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : Série O, Alloue
  • Anciennes halles : 28 mars 1839, procès-verbal d'adjudication des travaux en faveur de M. Jean Sarat. 28 mai 1843, procès-verbal de réception des travaux par l'architecte M. Landry. [Halles détruites en 1969].

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : Série O, Alloue
  • 1898, 2 janvier : ancien presbytère, adjudication des travaux de démolition de l'ancien presbytère.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : Série O, Alloue
  • Voirie : 30 août 1887, réparation de la Vieille Rue du bourg sur 100 mètres, pavage par Pierre Bourdier, entrepreneur à Brillac. Fin des travaux le 10 janvier 1888.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : Série O, Alloue
  • Passerelle sur la Charente : 19 juillet 1879, projet de remplacer le vieux pont par une passerelle. 8 mai 1880, examen des divers projets. Travaux confiés à l'entrepreneur Firmin Bouzage de Brigueil sous la direction de l'architecte Joseph Wannetzel de Champagne. 20 avril 1890, Versement du second acompte à l'entrepreneur.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : Série O, Alloue
  • Commune possédant un dossier au sujet des cultes.

    Archives nationales, Paris : F19 5261, 5262
Bibliographie
  • Chauvet, Gustave. Communication à la séance du 11 novembre 1885 [tumulus]. Bulletin de la société archéologique et historique de la Charente, 5e s., t. VII, 1884/1885.

    p. LXVI-LXVII
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

  • Dumont, Joël. Alloue. Les amis du Vieux-Confolens, Juin 1997, n° 62.

    p. 5
  • Gauron, Edmond, Lotte, René. Aperçus du mégalithisme dans le département de la Charente. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1968.

    p. 79 (tumulus du Bois de la Garenne et mégalithe ruiné dit tombeau du soldat, cités)
  • La Bastide, comte Louis de. La tombe incinération du Bonethève et la voie d'Aquitaine (tumulus du tombeau du soldat mentionné). Bulletins et Mémoires de la

    Société archéologique et historique de la Charente, 1938.

    p. 4, 15
  • La Bastide, Léonide de. Les voies romaines et mérovingiennes dans le département de la Charente. Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de Charente, 8e s., t. 12, 1921.

    p. 61
  • Michon, abbé Jean-Hippolyte. Statistique monumentale de la Charente / ill. Zadig Rivaud, Jules Geynet, Monsieur de Lafargue Tauzia, Paul Abadie, Éditions Fabvre. Paris ; Angoulême : Derache, libraire, rue du Bouloy, 7, 1844.

    p. 25, 139, 165
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de Charente Limousine (c) Communauté de communes de Charente Limousine - Debelle Jacqueline