Logo ={0} - Retour à l'accueil

Beaussais : présentation de la commune

Dossier IA79000839 réalisé en 2000

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Aires d'étudesCelles-sur-Belle
AdresseCommune : Beaussais
Cadastre : 1817 ; 1946

En 1990, à La Boulaye, une enceinte rectangulaire protohistorique a été repérée. La commune est mentionnée pour la première fois en 1253, sous le nom de Bauchay. En 1253, elle est nommée Bauceis dans les comptes d'Alphonse de Poitou. En 1300 la commune est mentionnée sous le nom de Bacayum seu Baucayum. En 1406, elle est nommée Baussay ; et en 1698, Baussais.

Sous l'Ancien Régime, Beaussais dépendait de l'élection de Saint-Maixent, crée vers 1542. La paroisse était située dans le diocèse de Poitiers et était rattachée à l'archiprêtré de Melle. A l'époque de la Réforme, une grande partie de la population a adopté la religion protestante. En 1642, une auberge appelée Logis du Cygne est attestée. Après la révocation de l'édit de Nantes (1685), un père capucin, Barnabé de Tours, est venu prêcher une mission en 1686. Néanmoins, à la fin du 17e siècle, des assemblées du désert avaient lieu près du village de Villermat. Une auberge portant le nom de l'Auberge du Bouchon est mentionnée en 1741. L'hôte s'appelait alors François Brangé.

A la Révolution, la commune de Beaussais a fait partie du canton de Mougon qui a été refondu avec le canton de Celles en l'an VIII (1800). Au milieu du 17e siècle, la population était d'environ 142 feux (700 âmes) ; en 1789 149 feux ; vers 1800, 737 individus ; le recensement de 1836 en dénombre 830 et celui de 1876, 781.

Le territoire de la commune, riche en sources, comptait une dizaine de lavoirs publics ; les lavoirs des villages de la Banissière et de Fombelle sont en bon état d'entretien ; les longs côtés du bassin de celui du bourg, près de la Cholerie, sont dallés de pierres. Le lieu-dit Tuilerie indiquerait qu'une tuilerie y aurait fonctionné à une époque inconnue. Une boulangerie coopérative a été créée en 1909 ; elle a brûlé en 1984. Depuis 1996 l'école communale s'est transformée en regroupement pédagogique avec les communes voisines de La Couarde et Vitré.

La commune de Beaussais est située à l'est du canton de Celles, à environ 7 km de Celles-sur-Belle ; elle occupe une superficie de 2575 ha, soit 16 km². Au recensement de 1999, il y avait 356 habitants, soit une densité de 23 hab./ km². En 1931, il y avait 581 habitants ; ils étaient 536 en 1946 ; 502 en 1962 ; 374 en 1975 et 362 en 1990.

La commune compte 28 écarts, les plus importants sont Mortaigre, Fombelle et le Quaireux. En 1962, il y avait à Fombelle 37 habitants et 10 logements ; à Mortaigre, il y avait 35 habitants et 9 logements et à la Banissière, il y avait 31 habitants et 9 logements. En 1975, Fombelle comptait 23 habitants et 11 logements ; Mortaigre, 32 habitants et 8 logements et la Banissière, 18 habitants et 8 logements. Le Quaireux, qui ne comprenait que 22 habitants et 6 logements en 1962, comptait 28 habitants et 8 logements en 1975, dépassant ainsi Banissière. Dans le bourg même de Beaussais, en 1962, ont été recensés 108 habitants et 33 logements, et en 1975, 86 habitants et 31 logements. En 1999, il y avait sur la localité 144 logements, dont 128 résidences principales ; 8 résidences secondaires et 8 logements vacants. Le nombre de logements a très peu augmenté depuis 1968 ; en effet, 140 logements ont été dénombrés cette année là. En 1975, il y a eu une diminution du nombre de logements, on en a recensé 136.

Le recensement agricole de 2000, a dénombré 19 exploitations agricoles, dont 13 sont des exploitations professionnelles. La superficie agricole utilisée pour les exploitations est de 1230 ha. Il y a 874 ha de terres labourables et 355 ha de terrain toujours en herbe. En l'an 2000, 203 vaches ont été recensées sur la commune. Les ressources de la commune sont essentiellement agricoles. A proximité de la vallée encaissée du Lambon, la polyculture domine (lait, viande, céréales), alors que sur une autre partie de la commune se sont développées les cultures céréalières. L'évolution de l'agriculture a entraîné une diminution du nombre d'exploitations et une bonne partie de la population active travaille à Celles, Melle, Saint-Maixant et Niort.

Le terrain est très vallonné, l'altitude la plus haute est de 150 m, il est arrosé par le Lambon et le ruisseau de Fombelle qui y prend source. Le territoire de la commune est très riche en sources. La commune est traversée du nord au sud par la D 737 de Saint-Maixent à Melle qui dessert le centre du village de Beaussais, et d'est en ouest par la D 108 de Sepvret à Celles-sur-Belle. Les lieux-dits sont tous desservis par des chemins goudronnés, mais il reste encore quelques chemins de terre et un petit pont, fait de dalles de pierre posées debout couvertes de grandes dalles rectangulaires sur le chemin empierré entre la Banissière et Six-Chiens.

Annexes

  • Description du village, vers 1700.

    "La paroisse de Baussais a pour patron saint Paul, contenant six hameaux. La cure vaut six cens livres, tenue par le sr De Vallée.

    Il y a deux chapelles chacune de six vingts (120) livres ; l'une appellée la Touche et l'autre la Cholerie, appartenantes au sr de Baussais, curé de Saint-Denis près Champdeniers.

    On y sème des seigles et avoines, peu de froments, métures et baillarges ; il n'y a point de vins, peu de noyers, quelques bois taillis et beaucoup de fourages. Les peuples commercent sur les bestiaux, boeufs gras, moutons et mulets.

    La veuve du sr Yonques, chevalier, seigneur de Sevret, est dame de la paroisse, et elle y a un château où elle demeure, de trois mille livres de rente.

    Il y a quatre foires où il se vend quelques bestiaux dont les droits peuvent valoir soixante livres.

    Le fief de la Boussay, de mille livres, au sr Chalmot, écuyer, sr de Saint-Rue, qui demeure en sa maison du Breuil, paroisse d'Aigonnay ;

    Le fief de Vilarmat, de six cens livres, appartenant au sr Josué, écuyer, qui demeure près de Saint-Jean-d'Angély ; Le fief de Mortaigre, de cinq cens livres, aux héritiers du sr Turpin, comte de Viés.

    Il y a cinq cens convertis qui ne font point leur devoir. On compte dans cette paroisse une famille noble, sçavoir : la veuve du sr Yonques, chevalier, seigneur de Sevret. Un notaire subalterne. Un greffier des rolles des tailles, Jacques Ramin. Il y a aussy un cabaretier, un garde étalon, deux meuniers, vingt-cinq laboureurs, vingt-six artisans, quarante-six journaliers, soixante-dix valets ou servantes, cent trente feux, cent cinquante hommes et huit cens âmes.

    L'imposition de la taille est de dix-neuf livres, quatre collecteurs, deux sindics ..." .

  • Cahier de doléances, 1789 :

    "1° Lesdits habitants chargent les députés qui seront nommés, de témoigner à l'assemblée leur vive reconnaissance des bontés que le Monarque bienfaisant témoigne dans la convocation des Etats généraux dont il a ordonné la tenue pour réprimer les abus et parvenir au bien et prospérité du Royaume.

    2° De déclarer que le voeu de la communauté est que le Tiers état ait autant de voix que le clergé et la noblesse, et que le nombre de ses députés soit en nombre égal aux deux autres ordres.

    3° Que toutes les impositions deviennent communes aux trois états et supportées également.

    4° De déclarer que le voeu de la paroisse est qu'il n'y eût qu'un seul impôt, et que le cultivateur qui supporte le plus d'impositions fût soulagé.

    5° Lesdits habitants pensent qu'il serait fort avantageux et très possible qu'il n'y eût dans la province qu'un seul receveur pour les impositions.

    6° Demander que les contrôles, francs-fiefs et autres droits domaniaux, fussent supprimés ou du moins modérés, et à cette fin, demander un nouveau tarif clair et précis pour qu'il ne se commette plus des abus et exactions comme il s'en commet tous les jours sans nombre, en suivant les tarifs qu'ils interprètent contre le peuple.

    7°Représenter que le terrain de la paroisse est ingrat et très difficile à cultiver, les terres sont très froides, elles ne produisent que du seigle et de l'avoine et il ne s'en recueille pas assez pour nourrir les habitants de la paroisse, ce qui est un fait vrai et reconnu de tout le monde.

    8° On désirerait beaucoup l'établissement d'un atelier de charité, mais il ne peut avoir lieu que par le secours du gouvernement. Tous les chemins vicinaux qui conduisent à Melle, Saint-Maixent, la Mothe-Saint-Héray et Celles sont très mauvais et même dangereux, ce qui prive les habitants de quelques ressources qu'offrent ces endroits pour le commerce ; beaucoup de pauvres trouveraient à gagner leur vie dans l'établissement d'un atelier de charité ; quant aux pauvres valétudinaires âgés et infirmes, on désirerait qu'il fût pourvu à leur subsistance et que la mendicité n'eût plus lieu ; propose, pour cet effet, tous les tempéraments possibles, se joindre et adhérer à tout ce qui sera favorable sur ce point.

    9° On désirerait la suppression des droits de gabelles et droits d'entrées dans les villes tarifiées, comme étant très onéreux au peuple qui souffre des monopoles qui [se] commettent journellement.

    10° On désirerait qu'il y eût un règlement sur les dîmes de luzernes et trèfles, et que ces fruits absolument nécessaires pour la nourriture des bestiaux, en fussent affranchis comme ils le sont en différentes paroisses, ce qui occasionne beaucoup de procès ruineux.

    11° Chargent, lesdits habitants, expressément lesdits députés de faire inscrire leurs présentes doléances et plaintes dans les cahiers qui seront rédigés à Saint-Maixent ; donnons pouvoirs ausdits députés de requérir et faire tout ce qui sera nécessaire pour le bien et avantage de ladite paroisse de Beaussais, le tout fait et arrêté unanimement par nous, dits habitants, dans le lieu ordinaire de nos assemblées, les jour, mois et an que dessus, et avons signés hors ceux qui ont déclaré de ne savoir, de ce enquis."

    (Suivent 24 signatures, celles de : Pierre Moysant, syndic ; Pierre Proust, député ; Jean Geoffroy, greffier, etc...).

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Deux-Sèvres. Sans cote. 16e-17e siècles : minutes notariales dépouillées par le docteur Merle.

  • A.D. Deux-Sèvres. C 41 (liasse). 1687-1688 : 134 feux.

  • A.D. Deux-Sèvres. E 2115, minutes de Piet. 1642 : marché en vertu duquel Pierre Lucas, marchand papetier de Saint-Maixent, s'engage à livrer... à Pierre Bonnaud, marchand à Melle, la quantité de 1000 livres de "paille" à faire papier, et 430 livres de colle de boeuf dudit Saint-Maixent, quérables à sa maison aux frais et dépens dudit Bonnaud, lequel pour s'acquitter du prix s'engage à conduire... à Beaussais, au logis du Cygne, 20 boisseaux de seigle et 20 boisseaux de méture... pour ledit Lucas. (Logis du Cygne).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 1442. 5 avril 1799 (16 germinal an VII) : procès verbal de visite à la requête d'Augustin Vincent Nourry, juge de paix du canton de Celles, au nom d'Anne Senné, veuve de Louis Nourry. (Crouzon : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 1453. 30 avril 1765 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à dame Jacquette Catherine Bonneau, veuve de Pierre Louis Chaigneau. (Banissière (la) : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 1542. 11 avril 1679 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant aux enfants mineurs de feu Jacques Texier, sieur du Paradis, et de demoiselle Priouleau. (Crouzon : ferme dite métairie). 30 mars 1678 : procès-verbal de visite de cette métairie. (Quaireux (le) : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 2518. 5 mars 1712 : procès-verbal de visite. (Touche (la) : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 2563, 1715, folio 100 V°, 119. 10 octobre 1715 : procès-verbal de visite. (moulins à eau et à vent).

  • 1727, 20 août : transaction entre Gabriel Dauzy, sieur des Granges, agissant tant pour lui que pour Angélique Gabrielle et Anne Benine Dauzy, filles majeures, et encore pour Louis Vasselot, sieur de la Gravette et dame Bienvenue Dauzy, son épouse, ayant les droits rétrocédés de Gaspard Pandin, sieur du Chail, demeurant à Crouzon, paroisse de Beaussais, d'une part, et Philippe Louis Chalmot, chevalier, seigneur de Saint-Ruhe, la Grois Parthenay, la Boulaye, et autres places, demeurant à Niort...

    Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : 3 E 3779
  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 4086. 5 février 1688 : Ferme, la veuve du comte de Clissé, à Pierre Aimé, laboureur. (Mortaigre : ferme dite gaignerie/Logis dit maison noble).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 4223. 2 septembre 1715 : ferme, Charles Antoine Yongues, chevalier, seigneur de Sepvret, Beaussais... à Charles Sauzé, meunier, et Jeanne Benest, sa femme, des moulins à eau et à vent situés au dit lieu de Beaussais et aux environs, dépendant du château... (moulins à eau et à vent). 5 avril 1718 : procès-verbal de visite. (Touche (la) : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 6263. 11 mai 1790 : procès verbal de visite à la requête de Louis François Chaigneau, avocat au siège royal de Saint-Maixent. (Banissière (la) : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 8972, folio 47. 30 avril 1688 : procès-verbal de visite de cette métairie appartenant à Jean Girault, sieur de Crouzon, visite faite par Louis Raymond et Philippe Pechebrun, experts. (Crouzon : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 8996. 3 juin 1761 : procès-verbal de visite de cette métairie dépendant du château de la Guillotière. (Mortaigre : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 8999. 7 mai 1766 : procès-verbal de visite de cette métairie à la requête de René Marie Challier des Guibertières. (Quaireux (le) : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 9000. 17 octobre 1766 : procès-verbal de visite de cette métairie à la requête d'André Sauquet, meunier, exerçant les droits de la Billaud, sa femme. (Quaireux (le) : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 9004. 13 juin 1774 : prise de possession et état des lieux à la requête de Pierre Proust. (Mortaigre : ferme dite borderie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 9020. 9 avril 1778 : procès-verbal de visite à la requête de dame Anne Senné, veuve de messire René Louis Nourry, notaire royal, demeurant à Melle. (Crouzon : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 9023. 19 mai 1784 : procès-verbal de visite à la requête de messire André Garnier, chevalier, seigneur de la Boissière, Faugeré, Fonchâtré et autres lieux. (Fonchâtré/Faugeré : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 9263. 26 décembre 1735 : procès-verbal de visite de cette maison à la requête de dame Gabrielle Palastre, veuve et non comune en biens de feu Me Nicollas Millet, sieur du Pont. (maison).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10301. 10 avril 1736 : procès-verbal de visite à la requête de Madelaine Pandin, fille majeure, demeurant à Crouzon, qui l'a prise à rente d'Etienne Cornu. (Crouzon : ferme dite borderie Château-Gaillard).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10313. 2 avril 1754 : procès-verbal de visite (sous-location). (Faugeré : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10317. 10 avril 1752 : procès-verbal de visite de cette borderie appartenant à Jacques Mousset, laboureur. (Fombelle : ferme dite borderie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10319. 2 avril 1754 : procès-verbal de visite, sous-location. (Crouzon : ferme dite métairie et borderie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10328. 15 avril 1777 : procès-verbal de visite à la requête de Pierre Girault de Crouzon, avocat en parlement, demeurant à Saint-Maixent, paroisse Saint-Léger. (Crouzon : logis).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10381. 13 avril 1711 : procès-verbal de visite de cette métairie dépendant de l'abbaye Notre-Dame de Celles. (Banissière (la) : ferme dite métairie de la Petite Banissière). 1er juillet 1711 : procès-verbal de visite à la requête de Jacques Fouasseau, laboureur, demeurant à la Grosse Talle, paroisse (illisible). (ferme dite borderie de la Caillauderie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10388, folio 38. 16 avril 1726 : procès-verbal de visite à la requête de Jean Girault, sieur de Montigny, marchand. (Crouzon : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10391, folio 33. 3 septembre 1731 : procès-verbal de visite à la requête de dame Benigne Manceau, veuve de messire Jacques Manceau, chevalier, seigneur de la Fraignée, la Renaudière, demeurant en son logis noble de la Renaudière. (Vilermat : ferme dite métairie au Petit Villermat).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10409. 5 avril 1765 : procès-verbal de visite à la requête de François Senechaux, marchand, demeurant à Saint-Maixent, paroisse de Saint-Martin. (Crouzon : ferme dite petite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10433. 4 juin 1789 : procès-verbal de visite à la requête de dame Marie Gabrielle Gourjault, veuve de messire Jacques Elie Manceau, de Boissoudan, demeurant à Celles. (Vireleban : ferme dite métairie).

  • A.D. Deux-Sèvres. 2 O Beaussais. An XII (1803-1804) : population 800 personnes. Mortalité 10 (sic). Cimetière entouré de fossés.

  • A.D. Deux-Sèvres. Q 50. 7 mars 1791 : vente aux enchères de la métairie appelée la Touche, avec ses appartenances et dépendances, paroisse de Beaussais, dépendante de la chapelle Notre-Dame de la Touche de laquelle Jean Frappier jouit, adjudicataire Louis Gabriel Yongues pour 15.900 livres. (Touche (la) : ferme dite métairie).

  • A.D. Vienne. B IV 57. 10 juin 1741 : Philippe Cacault, conseiller du roi, président du siège royal de la sénéchaussée de Civray, descend "en la maison de François Brangé, hoste vendant vin... où y pend pour enseigne un bouchon." (Auberge du Bouchon).

  • A.N. Paris. 3 II 4, 11. Commune possédant un dossier aux Archives nationales. Administration communale, S. d.

  • A.N. Paris. F 19 10689. 1856, 3 octobre 1856 : tableau statistique de l'église consistoriale réformée de Melle par communes dans le département des Deux-Sèvres, relatif : 1° aux écoles communales de garçons 2° aux écoles communales de filles 3° aux maisons d'écoles appartenant aux communes 4° aux places de pasteurs à créer 5° aux presbytères 6° aux édifices consacrés aux cultes.

Bibliographie
  • Berbudeau, Eric. Bernard, Michel. Deux-Sèvres. Balades aériennes, Niort, 1999.

    p. 279
  • Crozet, René. L'art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    p. 133, 138, 142, 150, 174, 177, 228, 231
  • Dupin, Baron. Mémoire sur la statistique du département des Deux-Sèvres. Niort : Impr. P. Plisson, 1800-1801 (an IX). (Haras de baudets).

    p. 106
  • Favraud, A. Celles, Chef-Boutonne et Sauzé-Vaussais, in Paysages et monuments du Poitou photographiés par Jules Robuchon, Paris, 1894.

    p. 4
  • Hiernard, Jean. Simon-Hiernard, Dominique. Les Deux-Sèvres, Carte archéologique de la Gaule, Paris, 1997.

    p. 110
  • Poignat, Maurice. Histoire des communes des Deux-Sèvres (volume 2). Le pays mellois. Niort : Ed. du Terroir, 1982.

    p. 110
  • Amiot, Jean-Michel. Bilan provisoire des prospections souterraines dans les Deux-Sèvres. Bull. soc. hist. sc. Deux-Sèvres, 1973, 2e s., t. 6, n°4. (souterrain).

    p. 124
  • Canal, Séverin, Boudhors, Ch.-H. Le Chevalier de Méré et sa famille. Le Pays d'Ouest, 1913, n°15, déc. 1913.

    p. 606 et suivantes
  • Gelin, Henri. Madame de Maintenon. Etude iconographique. Mém. soc. hist. scient. des Deux-Sèvres, t. 3, 1907.

    p. 123
  • Martin, Pierre. Une femme de chez nous. Bull. soc. Etudes folkloriques du Centre-Ouest, t. 14, 1980. (logis).

    p. 178
  • Merle, Louis. Autour du chevalier de Méré. Antoine Gombaud et sa famille. Les Cahiers de l'Ouest, 1957.

    p. 29-43
  • Proust, Henri. Inventaire du fonds Briquet. Bull. soc. stat. départ. des Deux-Sèvres, 1885-1887, t. 6.

    p. 754
  • Richard, Alfred. Mémoire statistique sur l'élection de Saint-Maixent. Mém. soc. Stat. des Deux-Sèvres. 2e s., t. 13, 1873-1874.

    p. 39-40
  • Rivierre, Jean. La vie des protestants du Poitou après la Révocation (1685-1700), 2e partie, Bull. Soc. histor. scient. Deux-Sèvres, 2e s. t. 9, 1976.

    p. 58
  • Simonnaud, R. Communication au Congrès Régional des Sociétés Savantes - Confolens, 17-18 septembre. Bull. Mém. Soc. Archéol. Hist. Charente, 1988. (Javarzay : prieuré, armoiries).

    p. 164
  • Simonnaud, R. Communication à la séance du 11 janvier. Bull. Mém. soc. archéol. hist. Charente, 1989. (Javarzay : prieuré, clef de voûte : armoiries des Rochechouart).

    p. 8
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Liège Aurélie - Pon Charlotte