Logo ={0} - Retour à l'accueil

Blanzay-sur-Boutonne : présentation de la commune

Dossier IA17035011 réalisé en 1997

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'étudesVals de Saintonge Communauté
AdresseCommune : Blanzay-sur-Boutonne

En nous basant sur les documents les plus fiables que nous avons consultés, nous faisons démarrer l'histoire de Blanzay sur Boutonne à l'époque de la Révolution Française. Il est indéniable que l'histoire commença bien avant... A cette époque les principales cultures étaient le blé et la vigne, et l'industrie se résumait au négoce des vins à faire les eaux-de-vie. Il faut signaler que déjà à cette période un élevage de baudets du Poitou existait et avait grande renommée. Le second document qui remonte à 1809 confirme la science de l'hydrologie développée à Blanzay sur Boutonne. En effet, cinq moulins à eaux destinés à la transformation du blé oeuvraient sur les rives et biefs de la Boutonne. Avec quelques 3000 livres de farine qu'ils pouvaient fournir par jour, Blanzay sur Boutonne avait le meilleur rendement du canton. Plus tard plusieurs de ces moulins dits "blanc" (c'est-à-dire réserver à l'alimentation humaine) se sont spécialisés dans le broyage de diverses céréales tel que l'orge ou dans le cas du moulin de Passavent dans la fabrication d'huile de noix. En 1836 une note du Préfet de la région signalait pour l'ensemble de la commune 55 maisons, 6 moulins à eau et l'existence de 4 distilleries. Quelques décennies plus tard, Blanzay sur Boutonne atteint l'apogée de son développement communal, ensuite celui-ci périclita du fait de la crise du phylloxera et de l'avènement de l'ère industriel.

Les familles illustres qui ont marqué l´histoire de la commune :

La famille Fradin de Bélabre. Dans le bourg se situe un ancien logis du 19e siècle qui appartenait à la famille Fradin de Bélabre. Le plus ancien Fradin connu, né vers 1270, était un des notables de la ville de Saint-Jean d'Angély. Ensuite se succédèrent plusieurs Fradin qui furent tous maire de cette même ville. Ce n'est qu'en 1620 que Charles Fradin acquiert en Poitou le fief de Bélabre dont il prend le nom. La famille s´appelle désormais Fradin de Bélabre. Plusieurs membres de la famille s'illustrent en tant que notables dans la région. Charles, Marie, Paulin Fradin de Bélabre est, pendant 30 ans, maire de Blanzay-sur-Boutonne durant la deuxième moitié du 19e siècle. Au fil des ans le logis fait l'objet de partages entre divers héritiers et, à l'heure actuelle, il n'en reste que peu de traces.

La famille Auger. La famille Auger, connue à l'échelon local, s'est engagée dans l'élevage et la sauvegarde des baudets du Poitou. Mlle Auger, ancien maire de Blanzay sur Boutonne, en est la figure principale. Elle a également été la propriétaire de plusieurs fermes de la région, dont le logis de Chauvin qui date du 18e siècle. Ce dernier possède un très bel escalier de pierre avec une rampe en fer forgé de style Louis XV. Il est noter que sur Blanzay-sur-Boutonne l'élevage des baudets a été repris par le maire, Monsieur Jean-Luc Duguy.

Parmi les différentes personnes qui se sont illustrées dans la vie communale, nous citerons Madame Dornat ; une impasse porte son nom car elle a été l'institutrice du village pendant de nombreuses années. Dans cette même impasse se trouvait la première école du village, qui daterait du 18e siècle.

Histoire de l'église

Vers 1888 une sépulture à trois corps superposés a été découverte dans le cimetière auprès du mur nord de l'église. Des squelettes de grande dimension et des vases funéraires ont été trouvés près du chevet. La cloche de l'église a été fondue en 1731. Le moule de celle-ci aurait était fait avec du sable provenant des carrières d'Angles. Dessus nous distinguons nettement un écusson ovale sur lequel figurent cinq baudets du Poitou.

Une anecdote concernant Blanzay-sur-Boutonne. Une légende se perpétue depuis plusieurs générations. Elle dit qu'un bourgeois, propriétaire des trois lieux-dits suivants aurait mangé trop de "Gâteau", il aurait été boire à "La Rivière" et il aurait fini par "Encrevé".

La petite commune de Blanzay-sur-Boutonne se situe à 7 km d'Aulnay-de-Saintonge : auparavant dépendant du canton d'Aulnay, elle appartient aujourd'hui au canton de Matha. La toponymie Blanzay sur Boutonne provient de l'époque gallo-romaine. "Villa" signifiait domaine et par extension cela devint "village". Celui-ci s'est développé à partir du domaine d'un riche propriétaire dont la consonance du nom se rapprochait de "Blanzay". Sa situation géographique proche de la boutonne lui attribua son nom définitif : Blanzay-sur-Boutonne. Il est a noter que le cours d'eau qui le traverse se dénomme "la Petite Boutonne".

En bordure du Poitou et de la Saintonge, la commune est proche des villages de Dampierre-sur-Boutonne, Saint-Georges-de-Longuepierre, Saint-Pierre de l'Isle et Saint-Martial de Loulay. Sa superficie est de 570 hectares sur lesquels se répartissent sept hameaux et lieux-dits qui lui sont rattachés : Angles, Chauvin, Encrevé, Gâteau, Marcherioux, Passavent et la Rivière.

Au fil des ans la population a diminuée en raison de la situation économique du village. En 1876 on dénombrait 239 habitants, en 1954 il en restait 142, en 1968 on en comptait 146 et, de nos jours, il en demeure 83. Cette désertification s´explique dans un premier temps par l'apparition du phylloxéra qui anéanti l'économie viticole. Malgré l'introduction de nouvelles ressources, tel que l'élevage de bovins, la pisciculture et l'intensification des cultures céréalières déjà existantes l'exode rural s'est poursuivie.