Logo ={0} - Retour à l'accueil

Demeure

Dossier IA00043532 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, portail, communs
Dénominationsmaison, demeure
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Saint-Jean-de-Liversay
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 4 rue
de l'Aunis
Cadastre : 1811 B 793 ; 2019 OB 77

Un bâtiment figure déjà à l'emplacement de la maison sur le plan cadastral de 1811. Il appartient alors à Jean Billaud (1767-1836), maréchal-ferrant, époux de Marie-Thérèse Guionnet. La propriété est ensuite achetée par Pierre Alexis Benoist (1800-1856), propriétaire, époux de Marie-Madeleine Etien (1799-1879), fille et soeur de maires de Saint-Jean-de-Liversay. Ils habitaient jusqu'à présent à la Goronnière. Comme l'indique le cadastre, Pierre Alexis Benoist se fait construire une nouvelle demeure en 1852, avant de mourir dès 1856. C'est alors que la municipalité, conduite par son beau-frère Louis Etien, cherche un nouveau lieu pour loger le presbytère (qui se trouvait depuis 1815 près de là, dans l'impasse du 2 bis rue de l'Aunis). Il est un temps envisagé d'acheter la demeure de la veuve Benoist, soeur du maire, mais on lui préfère finalement la maison Quoy (6 rue du Docteur Quoy). Au milieu du 20e siècle, les bâtiments annexes de la maison abritent une fabrique de limonade tenue par Gaston Petit puis son fils Francel.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle
Dates1852, daté par source

La maison est située en retrait par rapport à la voie. Elle dispose d'une cour latérale, fermée par un portail à piliers maçonnés et en arrière de laquelle se trouvent des communs (écurie ?). La maison domine le bourg de son très haut toit à croupes (7 mètres de hauteur), couvert en ardoise et surmonté d'épis de faîtage en zinc. Ce toit est souligné par une corniche, tandis qu'un solin marque la base de la façade. Celle-ci présente trois travées d'ouvertures. La seconde travée, décentrée, comprend la porte qui possède un encadrement mouluré et que surmonte une corniche. Elle était encore abritée en 1980 par une marquise en ferronnerie couverte en ardoise, laquelle a disparu. Les appuis des baies sont saillants.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans croupe
TypologiesMaison indépendante, Maison de maître, 3
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1809-1909 : entretien et restauration de l'église de Saint-Jean-de-Liversay, acquisition et travaux au presbytère.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1950
  • 1813, 1824-1954 : état de section, matrices et registres des augmentations et diminutions cadastrales de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 3584, 3585 à 3593
Documents figurés
  • 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5079
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mailles Dominique