Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecole primaire de garçons et mairie, puis bureau de poste, actuellement maison

Dossier IA00043528 réalisé en 2019

Fiche

Parties constituantes non étudiéescour, préau
Dénominationsécole primaire, poste, mairie
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Saint-Jean-de-Liversay
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 2 rue
du Vanneau
Cadastre : 1811 B 932 et 933 ; 2019 OB 2200

Ce bâtiment a abrité la mairie et l'école de garçons puis le bureau de poste. L'école de garçons résulte, comme celles des filles, d'une fondation réalisée par testament le 23 avril 1739 par l'ancien curé René Ayrault (1657-1742) (il a officié de 1686 à 1738) en faveur des pauvres de la paroisse. Par cet acte, le curé Ayrault donne à la paroisse la cabane de Prétebeau et ses revenus, ainsi que de l'argent pour la création d'une école de filles et l'achat ou la construction d'une maison devant abriter une école de garçons et un maître d'école, "afin qu'il enseigne les pauvres pour rien, qui sont en grand nombre, et que les autres paient moins qu'ils ne feraient s'il n'y avait point de fondation". Ainsi créée probablement dès les années 1740, l'école de garçons, comme celle des filles, est gérée, grâce au don du curé Ayrault, par la paroisse puis, au 19e siècle, par le bureau de bienfaisance communal.

L'école de garçons apparaît à cet endroit sur le plan cadastral de 1811, entre un jardin au nord et le cimetière, qui recouvrait alors la place, au sud. Il semble qu'à la même époque, la mairie soit logée dans un petit habitant jouxtant l'église (devenu ensuite prison puis chaufferie, à droite de la porte ouest de l'église). En 1842, l'école est dans un état de dégradation et d'insalubrité avancés, malgré les relances faites par la commune au bureau de bienfaisance. Le 27 décembre 1843, le conseil municipal refuse pourtant de participer aux travaux envisagés par le bureau de bienfaisance, estimant que c'est du seul ressort de celui-ci. Tout juste consent-il à payer le salaire de l'instituteur et à céder une bande de terrain à prendre sur le cimetière qui va être transféré de la place de l'église au nord du bourg. Mais cette cession est accordée à la condition que les enfant de la commune auront accès à l'école à perpétuité. Les 25 janvier et 15 septembre 1844, M. Viaud, architecte, présente un devis et un devis complémentaire pour reconstruire et agrandir l'école, avec création au rez-de-chaussée d'une grande salle de classe à l'est et d'un logement pour l'instituteur à l'ouest, et à l'étage d'un dortoir pour dix pensionnaires. Suivant adjudication du 24 mars 1844, les travaux sont réalisés par Joseph Pouvreau, menuisier à Saint-Jean-de-Liversay.

Mais dès 1845, les services de l'Etat constatent que, bien que reconstruite, l'école reste insuffisante : la cour, au sud, doit être plus nettement séparée de l'ancien cimetière à l'aide d'un mur de clôture ; un préau couvert ainsi que des servitudes pour l'instituteur doivent aussi être construits. Avant d'obtenir l'aval de l'Etat, la municipalité engage de premiers travaux, ce qui lui vaut les remontrances de la préfecture, amoindries sur intervention du baron Pierre Martin de Chassiron, très investi dans l'aménagement des marais de la région. Présenté en 1847, un nouveau projet de reconstruction et d'agrandissement se heurte au fait que le cimetière n'a été fermé que deux ans auparavant ; or la réglementation impose de ne pas réutiliser son emplacement avant cinq ans, ce qui empêche tout empiètement sur son ancien périmètre. Un compromis est finalement trouvé : l'extension sera pratiquée sur la cour de récréation au sud, laquelle occupe une portion du cimetière qui n'était déjà plus utilisée depuis trente ans. Suivant un projet de l'agent-voyer cantonal secondaire, le projet, approuvé par le conseil municipal le 9 août 1849, est mis en oeuvre en 1850. Il incorpore la mairie à l'école, laquelle mairie quitte donc son ancien local jouxtant l'église.

D'autres travaux sont menés à l'école de garçons (aménagement d'une salle de classe et d'un hangar-préau) en avril 1856, sous la direction d'Achille Fragneau, agent voyer à Courçon (qui vient aussi d'oeuvrer à la reconstruction de l'école de filles). Au terme de tous ces travaux, au corps de bâtiment principal en fond de cour (qui comprend une salle de classe à l'est et le logement de l'instituteur à l'ouest), s'ajoutent désormais deux ailes en retour d'équerre : un préau à l'ouest, des communs à l'est. Une seconde classe est créée en 1878 et on aménage alors une partie de l'aile est pour la recevoir. Elle est transformée en école enfantine (ou maternelle) en 1910 de manière à soulager l'école des filles, aux effectifs trop importants. Un garage lui succèdera par la suite dans cette même aile est.

En 1923, la mairie quitte les lieux pour s'installer dans ses locaux actuels. Les pièces qu'elle occupait sont réutilisées en salle de musique. L'école déménage à son tour en 1958 pour s'établir dans le nouveau groupe scolaire. Il est alors décidé de réutiliser le bâtiment ainsi libéré en bureau de poste (jusque là établi dans une maison louée, 27 rue Saint-Jean), plutôt que de réaménager l'ancienne halle. C'est chose faite en 1959-1960, suivant les plans dressés le 6 février 1959 par Jean Osten, architecte à La Rochelle. Après la mort de celui-ci, survenue en 1960, les travaux sont dirigés par Jean Salmas. Outre le réaménagement intérieur, l'opération consiste à reculer le mur pignon est de façon à respecter l'alignement de la rue. La poste restera là jusqu'en 2016, avant qu'une agence postale soit installée à l'ouest, de l'autre côté de la rue. Depuis, l'ancienne école-mairie puis bureau de poste sert de logements.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle
Dates1850, daté par source
1856, daté par source
Auteur(s)Auteur : Fragneau Achille
Achille Fragneau

Agent voyer à Courçon (Charente-Maritime) au milieu du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
agent voyer attribution par source
Auteur : Osten architecte attribution par source

L'ancienne école est située au coeur du bourg, près de la mairie et de la place de l'église. Son ancienne cour, devenue parking, est intégrée au reste de la place. L'ancienne école puis bureau de poste comprend un corps principal de bâtiment et, en retour d'équerre à l'ouest, une aile composée d'une remise et d'un préau (une seconde se trouvait à l'est). Le corps principal de bâtiment, à un étage, est couvert d'un toit à croupes. Sa façade, marquée par un bandeau d'appui, présente quatre travées d'ouvertures, sans autre élément de décor particulier. Le préau, à l'extrémité de l'aile ouest, présente sa façade sur le mur pignon, couronné par un large fronton mouluré.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans croupe
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1743, 1er mai : accord entre Antoine Penigot de Grandchamps, conseiller du roi, magistrat au siège présidial de Poitiers, et Marie Ayrault son épouse, d'une part, et Pierre Marteau, curé de Saint-Jean-de-Liversay, pour clore le procès entre eux au sujet du testament de René Ayrault, ancien curé de Saint-Jean-de-Liversay (avec copie dudit testament).

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 4 J 246
  • 1806-1931 : gestion du personnel communal, travaux, aménagements, transfert de la mairie et des écoles de garçons et de filles de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1946
  • 1813, 1824-1954 : état de section, matrices et registres des augmentations et diminutions cadastrales de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 3584, 3585 à 3593
  • Registres des délibérations du conseil municipal de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives municipales, Saint-Jean-de-Liversay
  • 1959-1961 : réaménagement de l'ancienne école de garçons en bureau de poste.

    Archives municipales, Saint-Jean-de-Liversay : Carton Bureau de poste
  • 1957-1960 : projet d'aménagement de la halle de Saint-Jean-de-Liversay en bureau de poste, puis de l'ancienne école de garçons en bureau de poste.

    Archives municipales, Saint-Jean-de-Liversay : Carton Bureau de poste et PTT
Documents figurés
  • 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5079
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mailles Dominique