Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite la Candée

Dossier IA17047541 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, grange, étable, pigeonnier, escalier indépendant
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Saint-Jean-de-Liversay
Lieu-dit : Candée (la)
Cadastre : 1811 A 2003 ; 2019 OA 1735 et 1736

La ferme ou cabane de marais desséchés a été créée au 18e siècle, et non pas au milieu du 17e, au moment des dessèchements de marais, comme la plupart des cabanes des environs. Au partage des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon en 1675, ces marais (deux cabanes dans le carreau C, futures cabanes de la Baudrie et de la Candée) sont attribués à l'un des membres les plus fortunés de la Société, Guillaume d'Harouis, seigneur de la Seilleraye. Originaire de la région de Nantes, trésorier des Etats de Bretagne, et apparenté, par son épouse, à la marquise de Sévigné (qui parle de lui dans sa correspondance), il a investi dans le dessèchement des marais de Choupeau en 1664, à l'époque où la Société des marais devait faire face à d'importantes difficultés financières. Membre incontournable de la Société, il l'a même dirigée en 1670-1671. Mais, lui-même ruiné par ses affaires, il est jugé en 1689 et envoyé à la Bastille où il meurt en 1699, à 81 ans.

La Candée n'apparaît pas sur la carte de la région par Claude Masse en 1720. Dans la seconde moitié du 18e siècle, la cabane appartient probablement, comme la Baudrie, à François Charles Carré, seigneur de Candé (d'où le nom de la cabane), conseiller du roi, président trésorier de France à La Rochelle. La Candée figure bien ensuite sur le plan cadastral de 1811. Celui-ci figure des bâtiments regroupés au milieu d'un espace irrégulier que délimitent des fossés. A cette date, la Candée appartient (comme la Baudrie) à la veuve Jousseaume, demeurant à La Rochelle. Le 10 juin 1822, elle est mise en ferme par Jacques-Jacob Jousseaume, propriétaire demeurant 25 rue de l'Escale, à La Rochelle. Parmi les bâtiments actuels, le logis semble avoir été reconstruit dans la seconde moitié du 19e siècle, probablement en deux étapes.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle

La ferme ou cabane est isolée au milieu des marais desséchés. Elle regroupe principalement un logis et une grange-étable dans son prolongement à l'est. Le logis comprend un grenier, accessible à l'arrière, au nord, par un escalier extérieur. Sa façade, au sud, présente quatre travées d'ouvertures ainsi qu'une pierre d'évier. La grange-étable est une vaste dépendance à façade sur le mur pignon, caractéristique des grandes exploitations de marais qui étaient vouées à l'élevage. La porte de la grange, centrale, est encadrée par deux petites baies et surmontée de deux anciens boulins à pigeons, désormais comblés. Les murs gouttereaux ne sont percés que de toute petites baies assurant l'aération de l'espace intérieur, dans lequel les animaux étaient répartis de chaque côté de l'espace de circulation central.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, étage en surcroît
Couverturestoit à longs pans
TypologiesFerme de plan allongé, Cabane de marais desséchés, Grange-étable à façade en pignon, 4

Repéré de niveau 2.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1675, 18 novembre : partage des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 31 ETP, archives de la Société des marais de Taugon, carton 2, chemise B, dossier 1.
  • 1813, 1824-1954 : état de section, matrices et registres des augmentations et diminutions cadastrales de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 3584, 3585 à 3593
  • 1822, 10 juillet : bail à ferme de la cabane de la Candée, à Saint-Jean-de-Liversay, par Jacob-Jacques Jousseaume, demeurant à La Rochelle, à Françoise Girard épouse Brodu, devant Potet, notaire à Saint-Sauveur-d'Aunis.

    Archives privées
Documents figurés
  • 1720 : Carte du 46me quarré de la generalle des costes du Bas Poitou païs d'Aunis Saintonge et partie de la Basse Guienne, par Claude Masse.

    Service historique de la Défense, Vincennes : J10C 1293, pièce 17
  • 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5079
Bibliographie
  • Suire, Yannis. L'histoire de l'environnement dans le Marais poitevin, seconde moitié du XVIe siècle - début du XXe siècle. Thèse d'Ecole nationale des Chartes, 2002.

    p. 431, 432, 443-446, 450
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.