Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite la Fagnouse, actuellement maison

Dossier IA17047563 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, jardin, grange, étable, fournil
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Saint-Jean-de-Liversay
Lieu-dit : Fagnouse (la)
Cadastre : 1811 B 1854 ; 2019 YB 80

La cabane de la Fagnouse a été créée à la fin du 17e siècle à l'issue d'un contentieux ayant opposé la Société des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon, l'évêque de Luçon et des propriétaires habitants de Choupeau. Tout commence avec la baillette du 18 décembre 1652 par laquelle l'évêque cède à la Société ses marais de Choupeau pour les dessécher. Il reçoit en échange, entre autres, des marais exemptés de la contribution financière annuelle à verser à la Société pour l'entretien des digues et canaux. Aussitôt, il commence à mettre en exploitation ces marais. Le 3 novembre 1676 par exemple, il afferme pour cinq ans à Nicolas Pinet, laboureur, une cabane située dans le dessèchement de Choupeau, comprenant 150 journaux de terre et une simple loge, en promettant d'y faire construire une cabane pour le logement du fermier et des bestiaux.

Or, les marais ainsi attribués à l'évêque englobent en fait des terres possédées par de petits et moyens propriétaires habitant dans la région (notamment à Choupeau), lesquels protestent contre cette usurpation, alors que la Société leur réclame le paiement de la contribution. Un long procès s'engage entre les trois parties. Le contentieux est clos par un accord entre, d'une part, l'évêque et la Société, le 13 octobre 1682 ; d'autre part, entre l'évêque et les propriétaires, le 6 décembre 1683. En compensation (ou "récompense") pour la perte de leurs marais, l'évêque cède à ces derniers 120 arpents de terres qui, désormais, formeront la cabane des Récompenses, exemptée des contributions envers la Société. Mais l'évêque obtient de son côté de la Société de nouveaux marais, formant alors les cabanes de la Fagnouse (ou Faignouse, qui tire son nom du terme "fagnoux" désignant un terrain très humide et boueux) et de l'Evêque (ou de la Banche), elles aussi exemptes des contributions de la Société. Les trois cabanes apparaissent comme telles (en bleu) sur la carte des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon vers 1837.

En 1752, la Fagnouse et l'Evêque sont mises en ferme, pour le compte de l'évêque de Luçon, par Jean-Baptiste-Martin d'Artaguette, marquis de La Mothe-Saint-Héray et seigneur d'Ecoué, puis en 1771 par son gendre, Louis-Nicolas de Pérusse des Cars. La cabane de la Fagnouse est, comme celle de l'Evêque, saisie à la Révolution comme bien national. Elle est vendue aux enchères le 13 mai 1791 et acquise pour 41500 livres par M. Rasteau, négociant à La Rochelle, pour le compte de sa mère, la veuve Rasteau. La cabane figure ensuite sur le plan cadastral de 1811 et appartient alors toujours au sieur Rasteau.

Les cabaniers se succèdent au cours des 19e et 20e siècles. Au recensement de 1846, François Renaudeau (1793-1865) et Marie Neveux exploitent la Fagnouse avec leur fils, François, époux de Marie Bernard, un domestique, un berger et une servante. En 1901, Eugène Bouhier et son épouse Augustine Gay vivent là avec leurs enfants, comme fermiers de M. Renaud, propriétaire. Au recensement de 1936, Rémi Fourneau est cabanier à la Fagnouse, avec son épouse Gabrielle Tirateau. Les bâtiments actuels ont probablement été (re)construits vers le milieu du 19e siècle.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle

Cette ancienne cabane ou ferme de marais desséchés est située à quelques centaines de mètres au sud du canal de la Banche. Les bâtiments sont alignés au sud d'une vaste cour. Le logis, composé d'un rez-de-chaussée et d'un grenier, est encadré par une grange-étable à gauche, une autre à droite. La ferme disposait aussi d'un four. La façade du logis, au sud, présente deux travées d'ouvertures et trois baies au rez-de-chaussée.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étagesrez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
TypologiesFerme de plan allongé, Cabane de marais desséchés, 2/3

Repéré de niveau 2.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1771, 2 et 7 novembre : baux à ferme des cabanes de la Banche et de la Fagnouse, à Saint-Jean-de-Liversay, par Louis-Nicolas de Pérusse des Cars.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 E 47/90
  • 1813, 1824-1954 : état de section, matrices et registres des augmentations et diminutions cadastrales de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 3584, 3585 à 3593
  • 1791, 13 mai : vente comme bien national de la cabane de la Fagnouse, à Saint-Jean-de-Liversay, saisie contre l'évêque de Luçon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : Q 112, fol. 40
  • 1589-1745 : titres et droits de l'évêque de Luçon sur le marais de Choupeau, à Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Vendée, La Roche-sur-Yon : 1 G 32
  • 1752, 30 mai et 12 septembre : baux à ferme des cabanes de la Banche et de la Fagnouse, à Saint-Jean-de-Liversay, par Jean-Baptiste-Martin d'Artaguette.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : Dépôt 22, liasse 46
Documents figurés
  • 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5079
Bibliographie
  • Suire, Yannis. Le Marais poitevin, une écohistoire du XVIe à l'aube du XXe siècle. La Roche-sur-Yon : Centre vendéen de recherches historiques, 2006.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.