Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite la Métairie de Choupeau, actuellement maison

Dossier IA00043548 réalisé en 2019

Fiche

  • La propriété vue depuis le nord.
    La propriété vue depuis le nord.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • mur de clôture
    • portail
    • grange
    • étable
    • hangar agricole
    • four
    • buanderie
    • laiterie
    • toit à porcs

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, mur de clôture, portail, grange, étable, hangar agricole, four, buanderie, laiterie, toit à porcs
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Saint-Jean-de-Liversay
Lieu-dit : Choupeau
Adresse : 26 rue
de la Vendée
Cadastre : 1811 B 2232 ; 2019 OB 795

Cette propriété existait déjà au XVIIIe siècle, peut-être même à la fin du XVIIe siècle. En 1720, la carte de la région par Claude Masse indique sa présence. Dès 1695, Marc-Antoine Giraud, 22 ans, né à La Rochelle, fils d'un conseiller du roi et garde marteau de la maîtrise des Eaux et forêts de Chizé, épouse à Saint-Jean-de-Liversay Marie-Anne Busseau, fille d'un marchand de cette paroisse (lequel possédait peut-être déjà des biens à Choupeau). Sieur de la Barbotine, Marc-Antoine Giraud achète en 1723 l'office de conseiller en l'élection de La Rochelle. En 1733, il devient sénéchal du comté de Benon. Propriétaire de marais desséchés, il est membre de la Société des marais de Taugon-La Ronde-Choupeau, dont il est caissier en 1725. Dès 1710, il est dit domicilé à Choupeau, et il décède à Saint-Jean-de-Liversay (sans doute à Choupeau) le 7 décembre 1745, à 73 ans (il est inhumé dans l'église ; sa dalle funéraire y a été mise au jour lors de la restauration de 1898-1899). Ses biens, dont le domaine de Choupeau, passent ensuite à son fils, également prénommé Marc-Antoine, né à Saint-Jean-de-Liversay (sans doute à Choupeau) en 1696. En 1746, il épouse, à Anais, Geneviève Nadaud. Avocat, il est comme son père conseiller au siège de l'élection de La Rochelle et sénéchal du comté de Benon. Il décède semble-t-il en 1753.

Choupeau échoit alors à son fils, Marc-Antoine-Alexis Giraud, né à Saint-Jean-de-Liversay (sans doute à Choupeau) le 30 septembre 1748. En 1778, à La Rochelle, il épouse Agathe Duperré, ce qui fait de lui le beau-frère (et curateur) de l'amiral et ministre Victor-Guy Duperré. Dès 1775, il est reçu avocat au Parlement de Paris, et devient procureur du roi en la maréchaussée d'Aunis, puis sénéchal de la châtellenie de La Jarne en 1788, sénéchal de la seigneurie de Landrais en 1789. La Révolution survient et, en 1790, il est désigné juge de paix à La Rochelle, puis administrateur du Département de la Charente-Inférieure en 1791. Le 7 septembre 1792, il est élu député à la Convention, représentant de la Charente-Inférieure. Adversaire des Jacobins, il vote pour la détention de Louis XVI à son procès, en janvier 1793. En février 1795, il fait partie des commissaires envoyés à Saint-Domingue mais dont la mission est annulée. Le 13 octobre 1795 (21 vendémiaire an IV), il est élu député au Conseil des Cinq-Cents, dont il démissionne dès le 23 avril 1796 (4 floréal an IV).

Le Directoire lui confie alors une mission d'administration et d'enquête sur les émeutes survenues à Saint-Domingue, mais son bilan est vivement contesté et il est rappelé en 1798. Nommé consul de France à Boston, aux Etats-Unis, il démissionne en 1815 et se retire dans le Kentucky, près de Lexington, dans un domaine qui se serait appelé New Choupeau (en souvenir de ses origines géographiques). C'est au cours d'un voyage à Paris qu'il meurt, le 20 août 1821.

Au cadastre de 1811, la propriété de Choupeau lui appartient. On remarque que l'aile est du logis se prolonge jusqu'à la rue, au nord, tandis que son aile sud est reliée au bâtiment de communs qui s'élève encore aujourd'hui au sud de la cour et qui a probablement été construit au XVIIIe siècle. Le plan cadastral montre aussi que deux autres bâtiments prennent alors place à l'avant de ces communs, dans la cour au nord.

Après Marc-Antoine-Alexis Giraud, la métairie de Choupeau passe à son fils, Félix Giraud (1780-1841), propriétaire, demeurant à La Rochelle, époux de Nancy Casimir (il possède aussi le logis de la Pommeraie, à Périgny). L'acte de partage de ses biens, le 1er avril 1841, mentionne le domaine de Choupeau "consistant en 90 hectares de terre, prés et bois et en bâtiments d'exploitation. Ce domaine appartenait à Monsieur Giraud pour lui avoir été transmis en ligne directe par ses ascendants, et il existait dans la famille depuis plusieurs générations, toujours dans les lignes paternelles". Choupeau échoit alors à son fils, Félix Giraud-Teulon (1816-1887), préfet des Hautes-Alpes en 1848-1851, puis ophtalmologue à Paris, membre de l'Académie de Médecine.

Il se défait de la métairie familiale. Le cadastre précise en effet que le logis est reconstruit en 1879 pour le compte de Jean-Jacques Ballanger époux Lamoureux, et l'inscription "ANNEE 1881" est visible sur le pilier à droite du portail. Le logis reçoit alors sans doute son aspect extérieur et son décor intérieur actuels. Le hangar et écurie à l'est de la propriété a dû être édifié à la même époque. En 1904, l'ensemble passe à Archime Robin époux de Julia Ballanger (gendre des précédents). Au recensement de 1911, sa fille, Marguerite Robin (1888-1982) y demeure avec son mari, Joseph Doray, propriétaire rentier et président de la Société de musique de Saint-Jean-de-Liversay.

Période(s)Principale : 18e siècle, 4e quart 19e siècle
Dates1879, daté par source
1881, porte la date

La propriété occupe une grande partie du côté sud de la place centrale du hameau de Choupeau. Elle est délimitée par un mur de clôture et, côté rue, au nord, par un muret avec grille en ferronnerie et portail à piliers maçonnés. Le logis s'élève dans l'angle sud-est de la cour, des communs le prolongent au sud de celle-ci, et une grande dépendance (écurie et hangar agricole) occupe l'angle sud-ouest de la propriété.

Le logis est constitué de deux ailes perpendiculaires, couvertes chacun d'un toit à croupe que souligne une corniche. Au total, les deux ailes présentent cinq travées d'ouvertures. Les baies ont chacune un encadrement saillant (mouluré pour la porte), avec appuis saillants et garde-corps en ferronnerie pour les fenêtres. A la jonction des deux ailes prend place une cage d'escalier, avec un escalier tournant en bois et à balustre en ferronnerie. A l'intérieur également, on observe un pavement et quelques cheminées, dont une à trumeau en bois (fin du XIXe siècle, comme l'escalier). L'aile est du logis se termine au nord par une laiterie.

Le bâtiment de communs qui se trouve au sud de la cour (XVIIIe siècle ?), a pu être en partie habité. A l'origine, il était relié au logis. Il est construit en moellons de pierre sous un enduit sur lequel de fausses assises de pierres ont été tracées. Le bâtiment est constitué successivement, d'est en ouest, d'une ancienne étable, d'un atelier et d'un fournil et buanderie. Un escalier en pierre de taille descend à une petite cave voûtée.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans croupe
TypologiesFerme à bâtiments séparés, Maison de maître, Grange-étable à façade en pignon, 5
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • [Vers 1750] : registre de copies d'actes importants concernant les marais de Taugon-La Ronde-Choupeau.

    p. 105, 113 et 137 Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 31 ETP, archives de la Société des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau
  • 1813, 1824-1954 : état de section, matrices et registres des augmentations et diminutions cadastrales de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 3584, 3585 à 3593
  • 1841, 1er avril : acte de partage des biens de Félix Giraud époux Casimir, devant Arsace Morin, notaire à La Rochelle (transmis par son descendant, M. Patrice Gorce).

    Collection particulière
Documents figurés
  • 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5079
Bibliographie
  • Dictionnaire historique et biographique de la Révolution et de l’Empire, Paris, s. d.

  • Fellmann, F., Tombes à Saint-Jean-de-Liversay et à Courçon, Bulletin de la Société des archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, t. 19, 1899, p. 29-30.

  • LAFUSTE, Arlette, Un témoin privilégié de la vie rochelaise au XIXe siècle : Charles Fournier (1810-1889), notaire et maire de La Rochelle, Rumeur des Ages, 1996.

    p. 53
  • ROBERT, Adolphe, BOURLOTON, Edgar et COUGNY, Gaston (dir.), Dictionnaire des parlementaires français… depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889, nouv. éd., Genève, 2000.

    p. 181
  • RUNYON, Randolph Paul, The Mentelles : Mary Todd Lincoln, Henry Clay and the immigrant familiy who educated Antebellum Kentucky, University Press of Kentucky, 2018, 280 p.

  • Suire, Yannis. Le Marais poitevin, une écohistoire du XVIe à l'aube du XXe siècle. La Roche-sur-Yon : Centre vendéen de recherches historiques, 2006.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mailles Dominique - Debelle Jacqueline