Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite la Pichonnière

Dossier IA00043564 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, grange, étable, toit à porcs, hangar agricole, bergerie
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Saint-Jean-de-Liversay
Lieu-dit : Pichonnière (la)
Adresse : route
D114
Cadastre : 1811 D 3177 ; 2019 YH 84

La Pichonnière figure sur la carte de la région par Claude Masse en 1720. Elle prend alors place sur la hauteur dominant les marais de Santenay et de l'Angle GIraud, au bord de la route qui mène à Marans. Sur le plan cadastral de 1811, la ferme ou cabane apparaît avec le chemin conduisant vers Luché et passant à travers la cour actuelle. Quant aux bâtiments, leur disposition est proche de celle d'aujourd'hui : le logis, d'axe nord-sud, est prolongé au nord par d'importantes dépendances (granges, étables). Une partie au moins de celles-ci pourrait remonter au 18e siècle, tout comme le logis, malgré de probables reprises au 19e.

A la veille de la Révolution, la Pichonnière, comme d'autres fermes et cabanes de marais dans les environs (par exemple la cabane de la Renaude), appartient à Jean-Christophe Macauld, sieur du Doret, avocat au présidial de La Rochelle, qui l'afferme le 19 août 1785, pour neuf ans, à François Martineau, laboureur à boeufs, et Marie Gaucher son épouse. La Pichonnière est ensuite sans doute saisie comme bien nationale et, au cadastre de 1811, elle appartient à M. Maudet, curé. Au recensement de 1846, Pierre Bénéteau et son épouse Marie Foucaud y sont fermiers, puis Louis Jaulin et Adeline Gaucher en 1886 et 1906, avant leur fils Roger, époux de Léa Jaulin, au recensement de 1926.

Période(s)Principale : 18e siècle, 19e siècle , (?)

Cette ferme est située sur les terres hautes, surplombant les marais des environs. Elle comprend plusieurs bâtiments répartis entre deux grandes cours. Le logis est un corps de bâtiment de plan rectangulaire, à un étage, couvert d'un toit à croupes, avec épis de faîtage en terre cuite. Sa façade présente cinq travées d'ouvertures. Il est prolongé au nord par deux vastes granges-étables qui ont chacune leur façade sur le mur pignon, à l'est (cette forme est caractéristique des grandes fermes à l'activité d'élevage importante). Dans la cour ouest se trouve un petit hangar en pierre.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans croupe
TypologiesFerme à bâtiments jointifs, Grange-étable à façade en pignon, Maison de maître, 5

Repéré de niveau 2.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1785, 19 août : bail à ferme de la métairie de la Pichonnière, à Saint-Jean-de-Liversay, par Jean-Christophe Macaud du Doret à François Martineau et Marie Gaucher.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 E 47/4
  • 1813, 1824-1954 : état de section, matrices et registres des augmentations et diminutions cadastrales de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 3584, 3585 à 3593
Documents figurés
  • 1720 : plans, coupes et profils du sas de Saint-Liguaire, annexés à la Carte du 46e quarré de la généralle des costes du Bas Poitou, païs d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse Guienne, par Claude Masse, ingénieur du roi.

    Service historique de la Défense, Vincennes : J10C 1293, pièce 17
  • 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5079
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mailles Dominique - Debelle Jacqueline