Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite le Logis Rouge

Dossier IA79002321 réalisé en 2002

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénominationdite le Logis Rouge
Parties constituantes non étudiéescour, grange, étable, four, poulailler, puits
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCelles-sur-Belle - Celles-sur-Belle
AdresseCommune : Celles-sur-Belle
Lieu-dit : Montigné
Cadastre : 1933 A3 435

Les bâtiments ne figurent pas sur l'ancien plan cadastral. La maison de maître a été bâtie en 1852, date gravée sur le linteau de la porte d'entrée entre les initiales PAA et MQ ou MP. Le Q est écrit comme un P à l'envers. Cette maison doit son nom, le Logis Rouge, à l'enduit sur la façade latérale droite. A une époque inconnue, un bâtiment construit à l'origine avec sa façade sur le mur pignon a été refait en grange avec une façade sur le mur gouttereau. Deux éléments pourraient témoigner d'une campagne de rénovation dans le quatrième quart du 19e siècle : le jour de la pierre d'évier en forme de trèfle, rencontré sur deux autres logis à Montigné datés l'un, à la Moutonnerie, de 1877 et l'autre, à la Tête Noire, de 1879 ; le pilier maçonné supportant une pompe dont le corps est en cuivre et le balancier en fonte, autre édicule qui date de la même époque (vers 1875). La charpente de la grange s'est effondrée vers 1997, et a été refaite à l'extrême fin du 20e siècle.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1852, porte la date

Bâti en bordure d'un terrain plat qui descend à l'arrière vers la Belle, le logis, simple en profondeur, présente sa façade, à trois travées et porte centrale, sur le mur gouttereau sud-est. Sous la partie gauche se trouve le sous-sol, accessible par une porte sur l'élévation postérieure. Les élévations antérieure et latérale gauche sont sommées d'une corniche moulurée et les niveaux soulignés par deux bandeaux d'appui. La partie qui surmonte la porte d'entrée est en pierre de taille. L'élévation latérale gauche est percée de baies à l'étage et au comble à surcroît. L'élévation postérieure est percée de baies au rez-de-chaussée surélevé et à l'étage ; deux oculi superposés éclairent l'emplacement de l'escalier. A l'intérieur, les deux pièces du rez-de-chaussée sont équipées d'un potager placé à côté des cheminées, éclairé d'un petit jour en forme d'oculus et des armoires murales ont été aménagées dans l'épaisseur du mur des élévations antérieure et postérieure. A l'étage, la pièce de gauche est également équipée d'un potager. La façade n'est plus enduite. Les dépendances adossées (poulailler) ont été remaniées pour créer une terrasse. Les dépendances, construites en face du logis ont été adossées à la métairie voisine. L'élévation antérieure de la grange a conservé les traces d'un ancien bâtiment en pignon. Le four à pain fonctionne toujours. La pompe, qui équipe un puits de 17 m de profondeur, a un corps en cuivre et un balancier en fonte. La façade de ce logis est comparable à celles datées 1869 au lieu-dit la Rézière à Prailles, 1886 à la Mouline à Celles-sur-Belle et 1892 au village de Vitré, ainsi qu'à quelques autres non datées dans le canton.

Murscalcaire
enduit
moellon
Toittuile creuse
Étagessous-sol, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
croupe
Escaliersescalier intérieur : escalier tournant en charpente
Typologiesgrange à façade en gouttereau
Statut de la propriétépropriété privée
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Pon Charlotte - Liège Aurélie