Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA79001536 réalisé en 2002

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, grange, poulailler, four
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCelles-sur-Belle - Celles-sur-Belle
AdresseCommune : Celles-sur-Belle
Lieu-dit : Montigné
Adresse : les
Groies
Cadastre : 1820 B 176 à 180 ; 1981 ZE 81, 82, 85

Cette ferme ne figure pas sur l'ancien plan cadastral. Son origine pourrait remonter au 15e siècle. Une porte couverte d'un arc brisé pourrait dater de cette époque. Au début du 17e siècle, elle était devenue une ferme de rapport appartenant à la famille Le Riche, une famille d'échevins de Saint-Maixent. Vers 1820, l'ensemble appartenait à François Martinet et le logement était imposé pour deux ouvertures. La date 1872, gravé sur un linteau de la façade sud du logement actuel pourrait correspondre à une reconstruction du logement. Le propriétaire actuel a pratiqué la baie de droite sur l'élévation latérale gauche.

Période(s)Principale : Fin du Moyen Age
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1872, daté par source, porte la date

Le logement actuel présente sa façade au sud-sud-ouest. La date 1872 est gravée sur le linteau de la fenêtre centrale de la partie gauche. Toutes les baies ont probablement été remaniées, le linteau de la porte d'origine avait probablement la date gravée. Ce logement a été prolongé vers l'est. La façade de l'ancien logement, sur l'élévation ouest, a également été remaniée vers 1872. Seule la porte la plus au nord a un linteau chanfreiné (remploi ?). Les deux pierres avec deux trous de boulin ont été insérées à cette époque. Ce bâtiment a été prolongé vers le nord afin d'agrandir la grange.

Murscalcaire
pierre de taille
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
croupe
pignon couvert
Escaliersescalier intérieur : escalier droit en maçonnerie
Typologiesgrange à façade en gouttereau
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Métairie de la Grois, les Groie, les Groix

    Historique :

    La ferme des Grois a été bâtie à une époque inconnue avant le début du 17e siècle ; en effet, Michel Le Riche, sieur des Grois, était maire de Saint-Maixent. Appartenant à la famille Le Riche, une famille d'échevins de Saint-Maixent, elle était devenue une métairie, une ferme de rapport.

    Une porte intérieure en arc brisé pourrait être un vestige d'une construction datant du 15e siècle.

    Plusieurs états des lieux (1691, 1712, 1712) nous décrivent un logement composé de la chambre principale à feu, c'est à dire équipée d'une cheminée et éclairée par une fenêtre donnant sur la cour ; seul la visite de 1691 mentionne la présence d'un évier ; il n'y est pas question d'un potager. Cette pièce communiquait à une petite pièce, appelée antichambre (1691) ou cellier (1712), éclairée sur le jardin et celle-ci à une autre chambre donnant sur l'aire, éclairée sur la coursoire ; la porte qui ouvrait sur l'aire à battre pourrait correspondre à la porte actuelle couverte d'un arc brisé. De cette dernière pièce on montait aux greniers ; elle communiquait aussi avec la grange et avec le fournil. Encore aujourd'hui, un escalier en pierre droit permet l'accès aux greniers.

    Parmi les autres dépendances, il y avait plusieurs toits et loges, ainsi qu'une fuie ou pigeonnier qui était tombé en ruine avant la fin du 17e siècle.

    Il est à remarquer qu'il y avait un puits, un équipement assez rare à cette époque pour une métairie.

    Enfin, bien que les couvertures des bâtiments soient entretenues, la visite mentionne un grand nombre de fermetures, portes et fenêtres, vieilles et usées en leur bois (il n'y avait pas de vitres du tout), ainsi que les carreaux du four et quelques murs de clôture. Ces observations confirment l'hypothèse qu'à cette époque, les bâtiments étaient déjà vieux d'au moins une bonne sinon deux centaines d'années.

    Vers 1800, cette ferme était toujours en exploitation indirecte.

    Vers 1820, l'ancien plan cadastral montre bien la structure des deux bâtiments, logement et grange, dont les murs sont jointifs sur une petite partie. A cette époque, elle appartenait à François Martinet qui y demeurait ; le logement était imposé pour deux ouvertures, correspondant à la chambre principale.

    La date 1872, gravée sur un linteau de l'élévation sud du logement actuel correspond, semble-t-il à l'acquisition de cette ferme par François Marboeuf, et non à la reconstruction de la façade qui a dû avoir lieu vers le milieu du 19e siècle.

    En 1882, l'ensemble appartenait encore à François Marboeuf ; c'est lui probablement qui a fait agrandir le logement qui était imposé pour six ouvertures en 1908.

    Au début du 20e siècle, en 1908, Pierre Marboeuf, à Chancellé, commune de Saint-Genard (c. Melle) est mentionné comme propriétaire. On peut supposer que la ferme était redevenue une exploitation indirecte car les propriétaires du 1er quart du 20 siècle n'y habitaient pas.

  • Visites de la métairie des Grois à Montigné :

    29 mars 1691 :

    "Premièrement nousdits experts avons veu et vizitté la porte et principalle entrée de ladite mesterie laquelle est bonne ... ; à la fenestre quy sort dans la cour il y a une meschante fermeture fort vieille ... ; l'éguier est en assé bon estat.

    De ladite chambre entré dans un[e] petit[e] antichambre, la porte en bon estat ... ; la fermeture de la fenestre en assé bon estat ...

    Dudit lieu sommes transportés dans une autre chambre, la porte en mauvais estat ... ; la fenestre quy regarde sur la cour, il n'y a de fermeure ; la porte quy sort vers l'aire est telle quelle ...

    La porte du grenier à bourdonnault, assé bonne ... les planchés en mauvais estat et ont bezoing d'estre rejoints ...

    La petite porte quy entre dans la grange ... ; la porte quy sort dans l'aire ...

    Aux deux petite fenestre de la grange il n'y a de fermeture ; les grandes portes à bourdonnault sont en assé bon estat.

    Dudit lieu sommes entrés en le fourniou, la porte d'icelluy en mauvais estat ... ; vizitté le four lequel est en assé bon estat et y menque quelque masonne dans le dedans ; il n'y a de planché sur icelluy ...

    Dudit lieu sommes entrés dans le toit au brebis, la porte fort uzée ...

    Les austres toits et loges sont entièrement et ruinés et tombés par terre aussy bien que la fuye.

    Les murs des jardins sont aussy tous tombés par terre en meschant ordre ...

    Tous les bastiments de ladite mesterie ont bezoing d'estre recouvertes et y convient plusieurs lattes et thuilles".

    5 avril 1712 :

    "Premièrement veu et vizité la porte et principalle entrée de la chambre du feu laquelle est veille et uzée en son bois ... ; nous avons remarqué la fenestre de ladite chambre laquelle est en assez bon estat ...

    Veu la porte quy entre dans le sellier, la porte bonne en son bois ... ; veu la fenestre de ladite chambre laquelle est bonne en son bois ...

    Dudit lieu nous sommes transporté dans une austre chambre à costé de la cheminée, la porte est vieille en son bois ..., la fenestre est sans fermeture ; veu la porte quy sort dans l'aire, laquelle est en très mavais estat ... ; veu aussy la porte quy entre dans la grange laquelle est vieille en son bois ...

    Dudit lieu nous sommes monté dans le grenier, la porte en bon estat ... ; veu les planché[s], ont bezoin d'estre rejoint ; les porte et fenestre sont sans fermeture ...

    Dudit lieu nous sommes transporté dans la grange, les grandes portes veille en leur bois estant à bourdonneaux ... ; veu la petite porte de ladite grange laquelle est veille en son bois ... ; nous avons remarqué la charpente de ladite grange laquelle menace ruyne sy ny est promptement remédié ...

    Dudit lieu nous sommes transporté dans le fourniou, la porte veille et uzée en son bois ... ; le four en assez bon estat ...

    Nous avons aussy remarqué les toitz quy sont devant ladite porte de ladite maiterye, lesquel[s] sont tout tombé[s] et abimé[s], néanmoins la porte est telle que telle ...

    Veu un austre toit quy est recouvert de gl[e]ux

    Veu le puy de ladite maiterye, lequel est fondeu et a bezoing d'estre refait à neuf ; les jardins assez bine fermé de muraille aussy bien que les cour et coursoire (1820 B 180)

    Et à l'esgard de la vigne ..., ledit [fermier sortant] ... sera tenu de la faire maitre en estat".

    28 mars 1727 :

    "Premièrement la porte et principalle entrée de la chambre du feu de ladite maiterye est en bon estat ... ; la fenestre de ladite chambre est vieille en son bois ... ; c'est trouvé dans ladite chambre un tenalier servant à mettre du p[a]in.

    La porte quy entre dans la petitte chambre est en assez bon estat ... ; la fenestre quy regarde sur le jardin est en assez bon estat ...

    La porte quy entre dans la chambre de l'aire est vieille et uzée en son bois ... ; la fenestre de ladite chambre quy regarde sur les coursoire[s] est sans fermeture ... ; la porte quy regarde dans l'aire est vieille et uzée en son bois ... La porte quy entre dans la grange est vieille et uzée en son bois ...

    La porte quy monte dans les greniers est à bourdonneau uzée en son bois ... ; les greniers sont en assez bon estat ...

    La porte du fourniou est en assez bon estat ... ; la fenestre dudit fourniou est sans fermeture ; le fourt est en assez bon estat à la rezerve du carreau quy est vieux et uzé .

    La loge quy est dans la coursoire, couverte de gleux, quy sert de deux petits toit[s] est en maichand estat ...

    Dans la coursoire c'est trouvé aussy une bassée d'anviron quatre seau.

    La porte du toit à berbis [brebis] est en assez bon estat

    Les grandes porte[s] de la grange sont vieille et uzée en leurs bois, à bourdonneau ... ; la petitte porte de ladite grange est en assés bon estat ...

    Les murs autour de l'aire et du pasturault de la fuye sont vieille ...

    Le jardin du puy est fermé d'un costé de murs ... et le costé de la chaume est sans fermeture ... ; le puy est garny de son tours fort uzé avecq une vieille rouhe sans corde.

    Le champ des ? ...il y a sept ou huit arbre hormeau quy sont en jette d'aage de six ans ...

    La vigne despandant de ladite maiterye situé dans le fief de bourgeron est en mauvais estat, la moityé estat en froutis ...

    Tous les bastiments despandant de ladite maiterye sont en bon estat de la couverture".

  • Fonds agricole de la métairie des Grois :

    Parcelle B172 : labour (propriété de François MARTINET aux Grois).

    Parcelle B173 : labour (propriété de BERNARDIN, propriétaire à St-Martin-lès-Melle, au Champ de la vigne).

    Parcelle B174 : labour (propriété de François MARTINET aux Grois, au Champ de talion).

    Parcelle B175 : jardin (propriété de François MARTINET aux Grois, au Jardin de la chaume).

    Parcelle B176 : chaume (propriété de François MARTINET aux Grois, à la Chaume de la Grois).

    Parcelle B177 : jardin (propriété de François MARTINET aux Grois, au Verger derrière la grange).

    Parcelle B 178 : pailler (propriété de François MARTINET aux Grois, à la Groix).

    Parcelle B 179 : maison (propriété de François MARTINET, à la Groix).

    Parcelle B 180 : jardin (propriété de François MARTINET, au Jardin du puits).

    Parcelle B 181 : labour (propriété de François MARTINET, au Champs derrière les toits).

    Chronologie des mutations de propriété :

    Parcelle B179 : en 1820, maison (propriété de François MARTINET).

    Parcelle B179 : en 1872, maison (propriété de François MARBOEUF à Montigné, date inscrite sur le linteau de la fenêtre).

    Parcelle B179 : en 1882, maison (propriété de François MARBOEUF à Montigné, date inscrite sur le linteau de la fenêtre).

    Parcelle B179 : en 1908, maison (propriété de Pierre MARBOEUF à Chancellé (Saint-Genard).

    Parcelle B179 : en 1910 (propriété de Pierre MARBOEUF à Chancellé (Saint-Genard) et Albert MERLET et consorts à Montigné).

    Parcelle B179 : en 1914, maison (propriété de Pierre MARBOEUF à Chancellé (Saint-Genard).

    Parcelle B179 : en 1920, maison (propriété de Pierre MARBOEUF à Chancellé (Saint-Genard).

    Parcelle B179 : en 1926, maison (propriété de Albert MERLET-BERTHONNEAU à Croué).

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10182, fol. 36 [incommunicable]. 27 mars 1665 : procès-verbal de visite à la requête de Michel Riche, sieur des Grois. 21 mars 1684 : idem, résidu [sic sur document repris]. 29 mars 1691 : procès-verbal de visite.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10189, fol. 7 [il manque une demie page]. Visite du 21 mars 1684 à la requête de Jean Le Riche, sieur de ladite métairie des Grois et de la Chancellerie, avocat au siège royal de Saint-Maixent.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10192. Visite du 29 mars 1691 à la requête de honorable Michel Le Riche, sieur des Grois.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10291. Visite du 5 avril 1712 à la requête de Michel le Riche, sieur des Groix, demeurant en la ville de Saint-Maixent.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10294. Visite du 28 mars 1727 à la requête de Michel le Riche, sieur des Groix, demeurant en la ville de Saint-Maixent.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10387, fol. 53. 11 avril 1724 : Procès-verbal de visite de cette métairie dépendant de l'abbaye de Celles-sur-Belle.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10389, fol. 62. 8 avril 1727 : Procès-verbal de visite de cette métairie dépendant de l'abbaye de Celles-sur-Belle.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10394, fol. 43. 6-8 novembre 1749 : Procès-verbal de vérification des réparations faites à l'abbaye de Celles et à ses dépendances par Marie Girault, veuve de feu André Guillon, charpentier ; vérifications faites par André Giret, me tailleur de pierre, et François Provosteau, me charpentier à Celles, experts nommés.

  • A.D. Deux-Sèvres. Q 36. 22 décembre 1790 : Procès-verbal de ventilation [estimation ? ] de la ferme et métairie de La Grois l'Abbé, affermée à François Paireau par acte devant notaire à Celle [vide] ; consistant 1° dans une maison, grange, écurie, cour, coursoire, jardin et quereux, le tout ce joignant et contenant six boissellées trois quart mesure de Saint-Maixent ; plus 2° terres etc. estimée à 61.988 livres.

  • A.D. Deux-Sèvres. Q 41. 9 août 1791 : Procès-verbal d'adjudication définitive de la métairie de la Groix-l'Abbé consistant 1° en bâtiment, cour, jardin, etc..., 2°, 3°, 4° en terres labourables, prés et bois taillis... Adjudicataire M. Pastour, ancien receveur des tailles et receveur du district de Niort, demeurant à Niort pour 112.500 livres + 13.500 livres de frais.

Bibliographie
  • Dupin, baron. Dictionnaire géographique, agronomique et industriel du département des Deux-Sèvres. - Niort, Plisson, an XI.

  • POIGNAT, Maurice. Histoire des communes des Deux-Sèvres [volume 2]. Le pays mellois. - Niort : Ed. du Terroir, 1982.

    p. 98
  • RICHARD Alfred. "Mémoire statistique sur l'élection de Saint-Maixent dressé en 1698". Mém. Soc. stat. dép. Deux-Sèvres, 2e s., t. 13, 1873-1874.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Pon Charlotte - Liège Aurélie