Logo ={0} - Retour à l'accueil

Groupe scolaire

Dossier IA17047440 réalisé en 2019

Fiche

Parties constituantes non étudiéescour, logement
Dénominationsécole primaire, groupe scolaire
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Saint-Jean-de-Liversay
Lieu-dit : Bourg
Adresse : 7, 9 et 11 rue
Saint-Jean
Cadastre : 1811 B 733 ; 2019 OB 114, 155, 157

Aucune construction ne figure à cet endroit sur le plan cadastral de 1811. La création de la rue Saint-Jean, au milieu du 19e siècle, permet l'extension du bourg vers le nord-est. Quittant ses anciens locaux de la place de l'église, l'école s'installe là peu après la Libération. Le projet en est cependant lancé dès 1931 par le conseil municipal, au vu de l'exiguïté des anciennes écoles de garçons et de filles, mais la guerre 1939-1945 diffère le projet. Il est relancé en conseil municipal du 25 septembre 1947. Une esquisse est présentée par Maurice Morguet, architecte départemental honoraire, devant le conseil du 26 juin 1950, mais celui-ci la rejette pour retenir une option moins coûteuse, comprenant un seul réfectoire au lieu de deux, une seule salle de travail manuel et des logements attenants au reste des bâtiments. Le nouveau projet conçu par Maurice Morguet est finalisé le 3 octobre 1951. Il prévoit un long bâtiment en rez-de-chaussée devant accueillir les salles de classes, encadrées par des préaux, avec un couloir de dégagement reliant l'ensemble. Les garçons seront placés dans la moitié sud, les filles dans la moitié nord. L'acquisition des terrains nécessaires se heurte toutefois à des difficultés avec les propriétaires, et il faut en passer par une procédure d'expropriation. Les travaux de construction sont adjugés le 11 mars 1954. Le lot de maçonnerie revient à Franck Dehaut, entrepreneur à Taugon. Le nouveau groupe scolaire est finalement inauguré le 26 janvier 1958.

Un garage est ajouté à la suite des logements en 1962-1963. En 1971, suivant les plans de Pierre et Fernand Grizet, architectes à La Rochelle, le préau sud est transformé en salle de jeux avec bloc sanitaire, et l'aile sud (jusqu'ici école de garçons) est transformée en école maternelle avec aménagement de deux salles de classes et d'une salle de repos. Les mêmes architectes interviennent en 1979 pour la construction d'une cantine en arrière des bâtiments, vers le nord-ouest. Une nouvelle extension du groupe scolaire est réalisée vers le nord en 1997, suivant les plans de Jacques Légeron, du Studio A3 Architecture de La Rochelle. Conçue par l'architecte Laurent Guillon, de Marans, une nouvelle cantine est construite en 2010 à l'ouest de l'ensemble.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle, 1er quart 21e siècle
Dates1954, daté par source
1971, daté par source
1979, daté par source
1997, daté par source
2010, daté par source
Auteur(s)Auteur : Morguet Maurice architecte attribution par source
Auteur : Grizet Fernand architecte attribution par source
Auteur : Grizet Pierre architecte attribution par source
Auteur : Guillon Laurent
Laurent Guillon

Architecte à Marans (17).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Légeron Jacques
Jacques Légeron

Architecte au Studio A3 Architecture de La Rochelle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

L'école est située dans la partie nord-est du bourg, le long de la rue Saint-Jean. Elle jouxte au nord différentes installations sportives et de loisirs. Les bâtiments des années 1950 comprennent, au sud-ouest, un bâtiment de logements, autrefois dévolu aux enseignants, et, au nord-est, les salles de classes. Construit en parpaings de pierre reconstituée, sous des toits en ardoise et à débordement, le bâtiment de logements est constitué d'un corps principal, à un étage, encadré par deux ailes identiques, en rez-de-chaussée. La façade du corps principal présente trois travées d'ouvertures, avec porte centrale. La façade postérieure, au nord-ouest, s'organise autour d'une haute et étroite baie qui éclaire la cage d'escalier. Chacune des deux ailes ouvre sur le mur pignon par une porte sous un oculus aveugle. En dehors des débordements de toit, le décor se limite aux linteaux à claveaux, au bandeau de niveau du corps principal et au solin qui se prolonge sur les deux ailes. En arrière du bâtiment se trouve une cour (ancien jardin) sur le côté ouest de laquelle prend place un garage dont l'architecture rappelle celle du bâtiment de logements. Une autre dépendance se trouvait à l'opposé de la cour, à l'est, et a fait place récemment à un préau.

Le bâtiment qui abrite les salles de classes, au nord-est, en arrière d'une vaste cour arborée, est un long édifice en simple rez-de-chaussée, lui aussi en parpaings de pierre reconstituée, sous un toit à croupes. Percé de larges baies réunies par trois, il se prolonge à gauche et à droite par un préau (celui de gauche a été fermé et transformé en salle de classe).

Murscalcaire pierre de taille
béton parpaing de béton
Toitardoise
Étagessous-sol, 1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registres des délibérations du conseil municipal de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives municipales, Saint-Jean-de-Liversay
  • 1951-1963 : construction du groupe scolaire, puis d'un garage.

    Archives municipales, Saint-Jean-de-Liversay : Carton Ecole de Saint-Jean, construction
  • 1971-1997 : aménagement d'une école maternelle, construction d'une cantine et d'une nouvelle école maternelle au groupe scolaire de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives municipales, Saint-Jean-de-Liversay : Carton Cantine scolaire Saint-Jean
Documents figurés
  • 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5079
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.