Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lesterps : présentation de la commune

Dossier IA16004251 réalisé en 2005

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'étudesCommunauté de communes du Confolentais
AdresseCommune : Lesterps

Lesterps vient de " exstirpere " qui signifie défricher. A l'est du manoir du Dognon se trouve un plateau surmonté d'un talus qui pourrait correspondre à une occupation ancienne. Au sud-ouest de la commune, sous les Picardies, se trouvent les vestiges d'une motte entourée d'un fossé circulaire de datation inconnue dit château des Salles. Trois châteaux sont mentionnés sur la carte de Cassini : les Granges, la Courtodie et la Flotte. Aux Granges et à la Courtaudie se trouvent aujourd'hui deux manoirs. Le château de la Flotte a disparu.

Selon la légende, la Mandragore, serpent de 50 pieds de longueur ailé et armé de griffes, ravageait le pays depuis trois lunes lorsqu'il fut décidé de lui livrer en offrande une jeune fille. Le sort désigna Alix de Joncherolles (commune de Bussières-Boffy). Guyot de Saint-Quentin, décidé à la sauver, partit affronter le monstre qui mourut dans l'étang de l'Eaupéride. Guyot aurait fait enterré la Mandragore sous le tumulus du Dognon. Selon la légende également, une bataille aurait au lieu au Moyen Age au hameau des Boucheries. L'abbaye fut fondée à la fin du Xe siècle. Le bourg de Lesterps a possédé au Moyen Age deux autres églises, Notre-Dame et Sainte-Marie-Madeleine, dont l'emplacement est mal connu. Entre 1473 et 1480 Jean Béraudi, notaire à Lesterps, établit un terrier de l'abbaye. Ce terrier d'environ 400 pages sur parchemin récapitule les droits dus à l'abbaye sur la soixantaine de paroisses qui en dépendent. Ce document révèle notamment l'existence d'une maladrerie comprenant une chapelle au hameau de Saint-Michel. Il est à noter que le hameau de Saint-Michel ne figure pas sur le cadastre de 1824. Il est probable qu'après le disparition de la maladrerie, le hameau actuel ne se soit constitué qu'au XIXe siècle après 1824 et au XXe siècle. La population de la commune s'est maintenue entre 1355 et 1464 habitants de 1821 à 1911 connaissant une diminution dans les années 1860 avec 1281 habitants en 1861 et 1320 en 1866. En 1921, après la première Guerre Mondiale, elle n'est plus que de 1216 habitants et elle décroît ensuite tout au long du XXe siècle : 1085 habitants en 1931, 957 en 1946 après la seconde Guerre Mondiale, 801 en 1962, 623 en 1975, 557 en 1982. Elle connaît cependant une légère augmentation à la fin du siècle avec 615 habitants en 1999.

En 1862 une enquête sur les biens communaux indique que la superficie des pacages et autres biens communaux, y compris l´église et le presbytère est de 34 ha 53 a 5 ca. Celle des dépendances, plans et halles est de 8 ha 89 a 65 ca. En 1898 des terrains communaux à Chez Loubart (cad. B 156 et 143) sont vendus sous l´expertise de F. Robin, conducteur des Pots et chaussées, à MM. Gouranchat et Lépine (voir photos et acte reproduit en texte associé). D´autres ventes de communaux sont conservés dans la série O des AD16, mais sans plans annexés.

Croix pierre.

1842 : adjudication d´un bail à loyer pour un four communal.

1844 : adjudication d´un bail à ferme au boulanger pour un four communal.

Le 30 septembre 1853, le sous-préfet demande au préfet d'approuver l'adjudication du bail à ferme du four communal. Le bail est attribué le 20 novembre suivant au sieur Labracherie.

1874 : constat par le maire du mauvais état du four : une partie du toit s´est effondrée, ainsi qu´un mur, « et le reste menace ruine ». Le maire propose de vendre le terrain et les matériaux. Autorisation du préfet le 10 avril 1874 (parcelle 94, extrait du plan cadastral en 1874, cf. photo).

La délibération pour l´achat de la parcelle 168 aux époux Montalescat pour l'agrandissement du champ de foire de porcs date du 20 janvier 1857. Litige avec le préfet pour le règlement en 1859 (le maire demande l´exemption des frais d´hypothèques, refusé par le préfet). Le terrain est acquis en 1863 .

La commune de Lesterps est située dans le canton de Confolens-sud. Elle est bordée au nord-est par le département de la Haute-Vienne. En 1838 le conseil municipal de Lesterps s´oppose à la création d´un nouveau canton avec Brigueuil pour chef-lieu. En 1843 Brigueuil demande à être chef-lieu d´un canton avec Montrollet, Saint-Christophe, Saulgond, et Lesterps demande à être chef-lieu du canton de Confolens sud. Lesterps s´oppose à la décision du conseil municipal de Brigueuil, qui soustrairait des communs aux cantons de Confolens sud et de Chabanais, et souhaite le rattachement au canton de Confolens sud de terrains de Confolens situés sur la rive droite de la Vienne. L´avantage serait un tracé plus homogène du canton, et qu´il n´y ait plus deux juges de paix (cantons nord et sud) à Confolens.

La commune s'étend sur un superficie de 3603 ha. La superficie agricole utilisée en 2000 était de 2633 ha. Le bourg est desservi par de nombreuses voies : la départementale 29 traversant la commune du nord au sud en passant par le bourg ; la départementale 30 reliant le bourg à Confolens et traversant le sud de la commune ; la départementale 329 reliant le bourg à la Haute-Vienne et la départementale 82 partant vers Saint-Christophe.

Le bourg est organisé autour de l'ancienne abbaye et est en grande partie contenu à l'intérieur de l'ancienne enceinte médiévale.

La commune compte plusieurs associations : société de chasse, club du troisième âge, comité des fêtes, amicale des anciens combattants, étoile sportive, association " danse pour tous ". Le bourg comporte de nombreux aménagements : poste, école primaire, médecin, restaurant, alimentation-tabac-presse, boucherie-charcuterie, garage automobile, garage agricole, entreprises du bâtiment et entreprise de travaux agricoles. Dans le bourg le musée du patrimoine, qui conserve des vestiges de l'abbaye et des documents sur l'histoire de la commune et réalise des expositions, accueille les touristes (1546 en 2003 et 1436 en 2004).

Annexes

  • Transcription du document relatif à l'aliénation des communaux de Loubart

    Document conservé aux archives départementales de la Charente, série O

    " Commune de Lesterps

    Projet d´aliénation d´une partie du communal de Loubart et d´un ancien chemin

    Procès verbal d´expertise

    L´an mil huit cent quatre-vingt dix-huit le dix-neuf février

    Je soussigné F. Robin conducteur des Ponts et Chaussées désigné en qualité d´expert par arrêté de Mr le Sous-Préfet de l´arrondissement de Confolens en date du quinze janvier mil huit cent quatre-vingt dix-huit à l´effet de procéder à l´estimation de la parcelle du communal de Chez-Loubart que la commune de Lesterps se propose d´aliéner à Mr Mr Gouranchat et Lépine.

    Déclare m´être transporté au village de Loubart où j´ai rencontré Mr Mr Gouranchat et Lépine.

    Le terrain que la commune de Lesterps se propose d´aliéner fait partie de deux parcelles n° 143 et 156 de la section B du plan cadastral ; il comprend en outre une portion du chemin qui relie les deux parties du village de Loubart.

    L´ensemble du terrain à aliéner affecte une forme très irrégulière que représente le plan ci-après ; il est borné à l´est par deux parcelles appartenant à M.M. Gouranchat et Lépine, au sud par la partie conservée du communal de Loubart, à l´ouest et au nord par diverses parcelles appartenant à M. Gouranchat.

    La superficie de la partie du chemin à aliéner est de sept ares trente-six centiares ci 7a36.

    Celle dépendant des communaux est de quatorze ares et quatre-vingt douze centiares dont sept ares trente centiares dépendant de la parcelle n° 143 et sept ares soixante deux centiares dépendant de la parcelle n° 156, ci 14a92.

    La surface totale à aliéner est par suite de vingt ares vingt-huit centiares, ci 22a28.

    Nous avons estimé ce terrain à raison de dix francs l´are, ce qui fait une somme de deux cent vingt deux francs quatre-vingt centimes, ci 222F80.

    Il est attribué à Mr Lépine une surface totale de sept ares treize centiares, il devra payer soixante-onze [sic] fcs trente cent (es), ci 71F30

    et à Mr Gouranchat le surplus, soit une superficie de quinze ares quinze centiares ; il devra payer la somme de cent cinquante-un [sic] fcs cinquante centimes, 151F50.

    222F80

    La surface attribuée à Mr Lépine comprend

    Un are huit centiares dans la parcelle n° 156 1.08

    Un are vingt centiares dans le chemin 1.25

    Quatre ares quatre-vingt centiares dans la parcelle n° 143 4.80

    Soit au total

    Sept ares treize centiares 7a13

    La surface attribuée à Mr Gouranchat comprend

    Six are onze centiares dans le chemin 6a11

    Deux ares cinquante cent (es) dans la parcelle n° 143 2.50

    Six cinquante quatre centiares dans la parcelle n° 156 6.64

    Soit au total

    Quinze ares quinze centiares ci 15a15

    En foi de quoi nous avons dressé le présent procès-verbal et le plan ci-après les jour mois et an susdits.

    [signature]

    Plan (voir d´autre part)

    [Plan annexé au recto du document] ".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossiers communaux.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : Série O
Bibliographie
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

  • Dumont, Jacques. Géographie historique de Confolens sud. Les amis du vieux Confolens, n° 59-60, nov. 1996.

    p. 36
  • Dumont, Jacques. La terre et les hommes à Lesterps en 1473. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1988.

    p. 245-256
  • La Bastide, Léonide de. Les voies romaines et mérovingiennes dans le département de la Charente. Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de Charente, 8e s., t. 12, 1921.

    p. 26
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de Charente Limousine (c) Communauté de communes de Charente Limousine - Dujardin Véronique
Véronique Dujardin

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Moinot Emilie