Logo ={0} - Retour à l'accueil

Logis seigneurial de Choupeau, puis demeure

Dossier IA00043547 réalisé en 2019

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, jardin, mur de clôture, portail
Dénominationsmaison, demeure
Aire d'étude et cantonVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Saint-Jean-de-Liversay
Lieu-dit : Choupeau
Adresse : 1 rue
de la Plaine
Cadastre : 1811 B 1992, 1993 et 1994 ; 2019 OB 1713

Cette demeure était avant la Révolution le siège de la seigneurie de Choupeau, alors détenue par l'évêque de de Luçon depuis que le roi Henri II d'Angleterre et son épouse Aliénor d'Aquitaine lui en ont fait don en 1157. La carte de la région par Claude Masse, en 1720, y situe une "chapelle ruinée". Il est même question du prieuré de Choupeau, affermé le 5 juillet 1589 par l'évêque de Luçon à Loys Chauvet, marchand à Marans. La ferme générale des biens et revenus de l'évêque en sa seigneurie de Choupeau est régulièrement renouvelée. En 1636, elle est renouvelée pour sept ans au bénéfice de Mathieu Giraud, sieur des Coustaux, demeurant à Marans, puis est accordée en 1640, pour neuf ans, à Mathieu Girault père, demeurant à Choupeau, et à Jehan Tuffet, marchand et bourgeois de La Rochelle. La même année, ledit Tuffet obtient de l'évêque de Luçon la cession de ses marais de Choupeau afin de les dessécher, mais il échoue dans son entreprise et l'évêque reprend ses marais.

En 1702, la ferme seigneuriale de Choupeau est résiliée à l'encontre de François Bion, conseiller du roi, assesseur en l'hôtel de ville de Marans. En 1745, la ferme est exercée par René Denfer de Haute Roche et Pierre Garos de la Bretonnière, notables de Vix, puis en 1773 par Jacques-Pierre-Simon Garos, sieur du Colombier, neveu et fils des précédents, et époux de Jeanne-Geneviève Arrivé de Boisneuf. En 1745, le 10 août, un procès-verbal de visite des maisons, bâtiments, fossés et dépendances de la seigneurie de Choupeau est établi. Le siège de la seigneurie comprend les éléments suivants (le logis seigneurial n'est alors pas décrit) : la chambre de la borderie, une autre petite chambre y attenant, un grenier au-dessus, la chapelle avec grenier, une petite chambre attenant à la grange à terrage, un grenier à pied y attenant, un puits, ladite grange à terrage, avec une aire close de murs, une petite écurie à côté, un toit à brebis et à cochons, un four et son fournil. a ferme est ensuite confiée le 19 juin 1776, pour cinq ans et 13500 livres payables en deux fois, à Jean-Charles Besnier, fermier, et Marie-Magdeleine Gendronneau, son épouse, de Chaillé-les-Marais. Cet acte de ferme mentionne "une maison, grange, greniers, aires, ouches, terres labourables et autres, prés, marais", deux cabanes et leurs dépendances [c'est-à-dire la Fagnouse et l'Evêque], le four banal, des rentes sur les moulins banaux et le droit de pêche dans la Sèvre Niortaise.

A la Révolution, le logis seigneurial de Choupeau est saisi comme bien national à l'encontre de l'évêque de Luçon. Il est vendu aux enchères le 29 brumaire an II (19 novembre 1793) et acquis pour 5250 livres par Louis Joseph Caquet, ancien préposé des fermes à La Rochelle. La propriété consiste alors en une maison avec chambres hautes et basses, des granges et des greniers, confrontant au sud à la place commune ou canton de Choupeau.

Le plan cadastral de 1811 montre deux grands bâtiments dans le même périmètre que celui de l'actuelle propriété : l'un se trouve à l'emplacement du logis actuel, l'autre (des dépendances ?) au sud-ouest, débordant sur l'actuelle rue de la Plaine. Le tout appartient alors à Jean Martineau dit le Riche (1741-1816), cabanier, époux de Marie Gaucher, enrichi par la vente de biens nationaux, avant de passer à leur petit-fils, Pierre Benoist (1798-1844), époux de Suzanne Etien, puis au fils de ces derniers, PIerre Benoist (1828-1875), époux de Louise Soullice.

Le cadastre indique que le logis est reconstruit en 1859 pour le compte de celui-ci, avant de passer à son gendre, Emile Avrard (1844-1900), marié avec Aline Benoist (leur tombeau est encore visible de nos jours dans le cimetière). En 1881-1882, les époux Avrard-Benoist font démolir une partie du logis et agrandir une autre, donnant au bâtiment son aspect actuel. Leurs initiales A et B, entrelacées, figurent d'ailleurs sur le couronnement du portail ainsi que sur la façade du logis.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle

La demeure occupe une position centrale dans le hameau de Choupeau, sur le côté nord de la petite place située en son centre. Le logis est placé en retrait, à l'arrière d'un parc délimité par un mur de clôture et, côté sud, sur la place, par un muret avec grille et portail en ferronnerie. Ce portail, auquel sont adjointes deux portes piétonnes, présente un couronnement orné de volutes et des initiales A et B entrelacées.

Le logis est un haut bâtiment de plan rectangulaire, à trois niveaux, couvert d'un toit à croupes, et auquel est adossé à l'arrière un corps de bâtiment en appentis. Chacun de ces deux corps de bâtiment est couronné par une corniche. La façade, au sud, présente six travées d'ouvertures. Chaque baie possède un appuis saillant, un linteau en arc déprimé et un garde-corps en ferronnerie. La porte possède un encadrement mouluré, avec également linteau en arc déprimé. Large, elle déborde sur les deux travées latérales. Au centre de la façade, au-dessus de la porte, sont intégrées trois pierres sculptées, probablement des remplois antérieurs à la construction de la maison. La plus grosse (17e ou 18e siècle ?) présente un médaillon dans un cuir découpé, le tout entouré de palmes et de guirlandes florales. Les initiales A et B entrelacées figurent au centre du médaillon. Au-dessus de cette pierre, deux autres plus petites (époque médiévale ?) semblent être des éléments de dais ou de chapiteaux.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré, étage en surcroît
Couverturestoit à longs pans croupe
TypologiesMaison indépendante, Maison de maître, 6
Techniquessculpture
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • 17e-18e siècles : déclarations rendues par l'évêque de Luçon au comté de Benon au titre de la terre et seigneurie de Choupeau.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : H 36
  • 1813, 1824-1954 : état de section, matrices et registres des augmentations et diminutions cadastrales de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 3584, 3585 à 3593
  • 1793, 19 novembre (29 brumaire an II) : vente comme bien national de la maison ci-devant seigneuriale de Choupeau, à Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : Q 115, fol. 40
  • 1589-1745 : titres et droits de l'évêque de Luçon sur le marais de Choupeau, à Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Vendée, La Roche-sur-Yon : 1 G 32
Documents figurés
  • 1720 : Carte du 46me quarré de la generalle des costes du Bas Poitou païs d'Aunis Saintonge et partie de la Basse Guienne, par Claude Masse.

    Service historique de la Défense, Vincennes : J10C 1293, pièce 17
  • 1811 : plan cadastral de Saint-Jean-de-Liversay.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5079
Bibliographie
  • Suire, Yannis. L'histoire de l'environnement dans le Marais poitevin, seconde moitié du XVIe siècle - début du XXe siècle. Thèse d'Ecole nationale des Chartes, 2002.

    p. 310
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mailles Dominique