Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite villa de Val-Rocas

Dossier IA16006554 réalisé en 2006

Fiche

  • La villa de Val-Rocas.
    La villa de Val-Rocas.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • dépendance
    • parc
    • portail
    • clôture
    • château d'eau

Dossiers de synthèse

AppellationsVal-Rocas
Destinationsmaison close, villa
Parties constituantes non étudiéesdépendance, parc, portail, clôture, château d'eau
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Confolentais - Confolens-Sud
AdresseCommune : Confolens
Adresse : 9 rue du
Pont de l'écuyer
Cadastre : 2004 AE 96

Le petit corps de bâtiment figuré sur le cadastre de 1826 (parcelle A 845) a été détruit. Il a abrité en 1848 une maison close dont la clientèle devait être composée des ouvriers travaillant à la construction du Pont-Neuf (pont Babaud-Laribière).

La construction de la villa de Val-Rocas s'est achevée en 1903. Elle fut construite par les architectes Fourquet et Gay-Bellile pour le docteur Octave Garraud. D'après ses descendants, cet ophtalmologiste de Limoges se serait installé dans cette villa en fin de carrière, aménageant un cabinet de consultation au rez-de-chaussée. La villa aurait porté le nom de " Sans-Souci " avant de se voir attribuer celui de " Val-Rocas ", lié à sa position sur un versant rocheux de la vallée du Goire. Le parc qui entoure la maison fut réalisé par l'architecte paysagiste F. Gaudoin de Limoges. Les entrepreneurs Faucher et Débonnaire, de Limoges, s'occupèrent des travaux de serrurerie. Les cheminées furent confiées à l'entreprise Delphin Honorat Frères de Limoges. L'ancienne écurie, située en bord de route, a été transformée en gîte dans la seconde moitié du XXe siècle. Certaines de ses ouvertures ont été remaniées à cette occasion.

Il existait autrefois un petit bâtiment, visible sur l'ancien cadastre, au sud-ouest du parc.

Un petit château d'eau situé de l'autre côté de la route était approvisionné en eau grâce à un système de pompe puisant l'eau dans le Goire. Ce château d'eau alimentait la villa en eau avant son raccordement au réseau d'eau potable. Il a été détruit à la fin du XXe siècle.

Période(s)Principale : 19e siècle , (détruit)
Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates1903, porte la date
Auteur(s)Auteur : Fourquet architecte
Auteur : Gay-Bellile architecte
Auteur : Gaudoin F. architecte paysagiste
Auteur : Faucher entrepreneur
Auteur : Débonnaire entrepreneur
Personnalité : Garraud Octave propriétaire attribution par source
Auteur : Honorat Jean-Baptiste Félix dit Félix
Jean-Baptiste Félix dit Félix Honorat (15/02/1868 - 22/07/1938

Jean-Baptiste Félix Honorat, né et décédé à Limoges, sculpteur marbrier, 40 avenue Garibaldi à Limoges. L’entreprise familiale a été créée en 1855 par son père Delphin Honorat, à la même adresse. L'entreprise a fermé ses portes en 1971.

Il était le 3ème fils du marbrier Delphin Honorat, enfant abandonné né le 23 décembre 1823 à Tarbes et décédé le 15 janvier 1878 à Limoges et de son épouse Jeanne Linol, née le 20 novembre 1826 à Martel (Lot) et décédée le 24 janvier 1916 à Limoges.

Félix Honoratne doit pas être confondu avec Henri-Félix-Louis Honorat(comme c’est le cas dans l’ouvrage " En mémoire d’elles, la statuaire féminine dans les monuments aux morts de 1914-1918 "), né le 12 mai 1902 à Limoges et décédé à Feytiat le 6 février 1978, qui était dessinateur-architecte mais n’a jamais travaillé le marbre. Sources : Laurent Honorat, descendant de la famille Honorat, 2009.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier (?), attribution par source

La villa de Val-Rocas est construite à flan de colline sur l'un des versants de la vallée du Goire. Un escalier à rampe monumentale conduit à la porte d'entrée. La villa comprend un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage surmonté d'un comble à surcroît. Elle se compose d'un corps de bâtiment central, perpendiculaire à la route et cantonné de deux ailes. Le corps central est percé d'un bow-window donnant sur la vallée du Goire et éclairant le rez-de-chaussée et l'étage. L'aile ouest est flanquée d'un pavillon, couvert d'un toit en pavillon, et d'une tourelle, coiffée d'une flèche conique. Une véranda est accolée dans l'angle sud-est de l'édifice. Le corps central et les ailes sont couverts de toit à longs pans en ardoise complétés d'une croupe, percée d'une lucarne, pour l'aile ouest. Deux bandeaux en pierre calcaire séparent le rez-de-chaussée surélevé de l'étage et l'étage du comble à surcroît. Seule la tourelle est couronnée d'une corniche en pierre calcaire. Les encadrements des ouvertures de l'étage de soubassement sont en granite et ceux des niveaux supérieurs en pierre calcaire. Le nom de la villa (VAL-ROCAS) est inscrit sur une pierre située sous la fenêtre percée dans le comble à surcroît du mur pignon sud. La date de construction (1903) figure à l'étage de l'élévation nord du pavillon.

L'ancienne écurie, transformée en gîte, est située en bordure de route. Elle comporte une large ouverture sur la droite et deux fenêtres sur la gauche dont l'une est une porte partiellement murée. Ces trois ouvertures sont couvertes de linteaux en arc segmentaire faits de briques et pierres calcaires qui se poursuivent par un bandeau de briques. Le comble à surcroît est percé d'une porte couverte en plein cintre dont le linteau est en brique avec une clef en pierre calcaire. Cette ouverture est couverte par un petit toit à longs pans avec demi-croupe qui vient interrompre le toit à longs pans, en ardoise.

Le parc qui entoure la maison comporte de nombreuses essences d'arbres. Il est fermé par une clôture et un portail en métal.

Murscalcaire moellon
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage en surcroît
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
flèche conique
croupe
demi-croupe
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier tournant en maçonnerie
Typologieslogement à étage à porte latérale, logement sans travée
Techniquessculpture
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • Boulanger, Pierre. Promenade à travers les rues de Confolens, impr. Eclaircy, Confolens, 2003.

    p. 108-109
  • Dujardin, Véronique, Moinot, Émilie. Confolens, Charente, collection Parcours du patrimoine, n° 325, Geste éditions, La Crèche, 2007.

    p. 67
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

    p. 46
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de Charente Limousine (c) Communauté de communes de Charente Limousine - Malégol Raphaël - Moinot Emilie - Dujardin Véronique
Véronique Dujardin

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.