Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir

Dossier IA79002060 réalisé en 2002

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiéescour, logement, grange, hangar agricole, cimetière
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonCelles-sur-Belle - Celles-sur-Belle
AdresseCommune : Celles-sur-Belle
Lieu-dit : Chironnail
Cadastre : 1822 F 41 à 51 ; 1981 AP 28 à 38, 140

Le manoir figure sur l'ancien plan cadastral, mais nous ne connaissons pas son origine, ni le nom des propriétaires avant la Révolution. Les minutes notariales révèlent une grande campage de restauration dans le troisième quart du 17e siècle. Dès avant la Révolution, cette propriété était une très grande ferme de rapport qu'elle est restée pendant tout le 19e siècle. A la fin du 19e siècle, la propriété a été divisée en plusieurs lots, au moins trois. Sur le nouveau parcellaire de nouveaux logements ont été bâtis au début du 20e siècle.

Période(s)Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Ce qui restait d'un ancien logis a été démoli vers 1990. Ce dernier avait une porte d'entrée en anse de panier. Les cheminées, non engagées, avaient de grandes hottes en pierre de taille. Les vestiges du bâtiment nord-est ont conservé une porte en anse de panier sur la parcelle AP 30 et une autre porte en plein cintre sur la parcelle AP 31. Le logement de la parcelle AP 30, identique à celui de la parcelle AP 29, présente sa façade, à trois travées et porte centrale, sur le mur gouttereau sud-est sur cour. Le chaînage est harpé. Le grand comble à surcroît est éclairé par de grandes baies. Les appuis sont saillants. L'élévation latérale gauche est percée d'une travées de deux baies et l'élévation postérieure sur le chemin aussi. L'accès au sous-sol se faisait là. Situé en bordure du chemin communal n°8 au nord-est du village du Chironnail, le cimetière privé, clos de murs en moellons, est accessible par une porte métallique. Les huit tombeaux, qui s'échelonnent entre 1896 et 1954, sont disposés en deux rangs. Ce cimetière se distingue par la variété et le décor des tombeaux. On y trouve trois tombeaux du type colonne brisée, dont une est cannelée ; trois autres stèles sont à fronton triangulaire, dont deux abondamment sculptés et le troisième orné d'un cuir découpé, un motif assez rare.

Murscalcaire
enduit
moellon
Toittuile creuse
Étagessous-sol, en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
croupe
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Historique :

    L'ancien plan cadastral figure des bâtiments autour d'un cour presque carrée avec deux tours d'angle du côté du chemin et un pigeonnier circulaire sur la parcelle F 47.

    Les minutes notariales ont conservé plusieurs marchés de travaux du troisième quart du 17e siècle, entre 1652 et 1664, qui suggèrent une grande campage de restauration : portes et fenêtres, charpente d'une des tours de l'enceinte, entretien des couvertures. Le marché de la charpente de la tour est passé entre Jacques des Jettons, chevalier seigneur de l'Avenage, peut-être un membre de la famille des Gittons, mais qui n'est pas mentionné dans le Dictionnaire de Beauchet-Filleau, et des maîtres charpentiers.

    Au début du 19e siècle, l'ensemble, comprenant aussi la métairie au sud-ouest (les parcelles F 41 et 42), appartenait à la veuve Jacques de Brémond, à Niort. Il s'agit vraisemblablement de Louise-Marguerite-Lucie des Francs qui avait épousé en seconde noce Jacques-Charles-Alexandre, 1720-1810. Leur fille, Louise-Alexandrine-Apolline de Brémond d'Ars, épousa en 1830 Jean-Augustin du Chesne de Vauvert.

    En 1872, la propriété est inscrite au nom de Augustin du Chesne de Vauvert et consorts. Elle était donc restée une propriété de rapport, une ferme en exploitation indirecte.

    En 1882, les différents logements, toujours au nom de du Chesne de Vauvert, sont imposés : la maison sur la parcelle F 41 pour treize ouvertures ; celle sur la parcelle F 43, construite vers 1843, pour deux ouvertures, et celle sur la parcelle F 49 pour un portail et vingt ouvertures. Une division a eu lieu vers 1890.

    En 1891, la ferme autour de la parcelle F 41 devient la propriété de Pierre Rivault-Pastoureau au Chironnail, et celle sur la parcelle F 49, partagée en deux lots, de Charles Moreau-Nambot et de Jacques Rivault fils, au Chironnail.

    Vers 1897, la partie de la maison sur la parcelle F 49 appartenant à Jacques Rivault fils devient la propriété d'Alcide Pairault-Moreau.

    En 1905, ce dernier la fait démolir et construire un peu en retrait un nouveau logement imposé pour un portail et dix ouvertures. Les tourelles de l'enceinte, ainsi que le pigeonnier ont disparu à une époque inconnue. Ce qui restait de l'ancien logis a été démoli vers 1990. Les bâtiments appuyés au mur nord-est de l'enceinte ont en grande partie disparu lors d'une incendie à la fin du 20e siècle.

    Le cimetière privé comprend au premier rang de gauche à droite les tombeaux de Clémence Moreau, épouse d'Aristide Fouché, décédée en 1899 ; de Charles-Aristide-Gaston Fouchier, fils d'Aristide Fouchier [sic Fouché] et de Clémence Moreau, né et décédé en 1896 ; de Bertrand Guenon, 1926-1954 ; de Pierre Guenon, 1924-1942 ; d'Amélie-Marie-Louise Pairault, épouse d'Henri Guenon, décédée en 1933 ; au second rang de gauche à droite ; un tombeau cassé ; le tombeau de Nellie Pairault, décédée en ? ? ? ; de Marie-Rose Lambault, décédée en 1918, et de Charles Moreau.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10176, fol. 38. 16 septembre 1652 : marché entre François Fort, maître maçon demeurant à Montigné, et François Correau et Joseph Cerneau, maîtres tailleurs de pierre, demeurant à Celles, pour faire des fenêtres, une porte et une cheminée.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10179. 22 mai 1662 : Marché entre Jacques des Jettons, chevalier seigneur de l'Avenage, et Jacques et Philippe Bestier et Jean Terrière, mes charpentiers, pour faire la charpente de la tour qui est au coin de l'entrée comme elle était, la charpente d'un pavillon des portes et des fenêtres et la grande et petite porte du portail.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10181. 24 septembre 1664 : Marché entre Jacques Sallé, Jacques Pesrault et Pierre Sabourin, demt au Chironail, et Jean Joyau, l'aîné, couvreur, d'entretenir la couverture des bâtiments pendant 7 ans.

  • A.D. Deux-Sèvres. B Suppl. Prévôté de Melle, 6. 31 juillet 1663 : Visite et inventaire du lieu noble du Chironnail.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Pon Charlotte - Liège Aurélie