Logo ={0} - Retour à l'accueil

Monument aux morts de la Vienne

Dossier IA86008020 réalisé en 2008
Dénominationsmonument aux morts
Aire d'étude et cantonRégion Poitou-Charentes - Poitiers 1er Canton
AdresseCommune : Poitiers
Adresse : boulevard de
Verdun
Cadastre : 2014 BK 127

Raoul Péret, député de la Vienne et président de la chambre des députés, avait posé la première pierre d'un monument aux morts le dimanche 14 novembre 1920. Le comité pour l'érection du monument, chargé de recueillir les souscriptions et de mener à son terme le projet, est présidé par le colonel Malapert. En août 1922, le total des souscriptions atteint juste 75000 francs et la ville accorde une subvention de 40000 francs pris sur l'emprunt destiné à l'embellissement du boulevard de Verdun.

Le budget daté du 14 novembre 1922 fait état d'un devis de 141844,74 francs couverts par des souscriptions pour 67844,74 francs (moins qu'annoncé quelques mois plus tôt) et 74000 francs de budget municipal. L'emplacement devra être éloigné des monuments historiques et ne comportera comme emblème que la croix de guerre et un trophée.

Après une première campagne de collecte de fonds en 1921, au cours de l'année 1923, le comité pour l'érection du monument aux morts de la Vienne sollicite les autres communes du département pour qu'elles participent à la souscription, le monument étant dédié à tous les morts du département (voir détail en référence documentaire).

Un nouveau devis descriptif et estimatif est signé des architectes poitevins Maurice-Charles et Lucien Martineau le 1er novembre 1924. Le 15 novembre 1924, le conseil municipal constate du retard pris par le projet suite aux " difficultés rencontrées à propos du choix définitif de l'emplacement [...] arrêté après entente entre le sculpteur M. Octobre et M. Martineau, architecte, en haut du boulevard de Verdun ". La dépense a été supérieure au budget estimatif. Ce devis, de 148719,30 francs, est couvert par les souscriptions (54714,30 francs, revu à la baisse par rapport au budget de 1922), un emprunt (40000 francs), le budget ordinaire de la commune (34000 francs), il manque donc 15000 francs, votés sur le budget additionnel.

L'érection du monument aux morts est autorisée par arrêté préfectoral du 28 novembre 1924 sur la base d'un budget de 148719,30 francs couverts par des souscriptions pour 59714,30 francs, des crédits votés pour 89005 francs et une demande de subvention de 8010 francs calculée par rapport au nombre de morts pour la France de la commune (1416 tués pour 41242 habitants).

Le monument aux morts a été inauguré le 15 mars 1925.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Octobre Aimé
Aimé Octobre (13/05/1968 - 22/07/1943

Sculpteur, né le 13 mai 1868 à Angles-sur-l'Anglin, mort le 22 juillet 1943 à Vouvray, élève de Pierre-Jules Cavelier (1814-1894), Jules Alexis Coutan (1848-1939), Tony Noël (1845-1909) et d'un certain Gauthier, lauréat du prix de Rome en sculpture de 1893.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur signature
Auteur : Martineau Maurice Charles
Maurice Charles Martineau (1887 - 1982

Architecte poitevin.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Martineau Lucien architecte attribution par source

Le monument est dédié aux 11810 soldats morts pour la France (chiffre donné par le comité chargé de l'érection du monument) du département de la Vienne. Selon de La Roulière : " Poitiers ne donne aucun nom, le monument concernant tout le département. Une liste dans des rouleaux scellés y fut déposée le jour de l'inauguration " (p. 5).

Il domine la vallée de la Boivre, en haut des escaliers menant de la gare au centre-ville, sur le boulevard de Verdun.

Il se compose d'un groupe sculpté en bronze signé Aimé Octobre, posé sur un haut socle en pierre de taille. Le groupe est dominé par une allégorie féminine (Victoire ailée) qui tient de sa main gauche la main droite d'un Poilu casqué et vêtu de sa vareuse. La Victoire, coiffée d'un chignon et la tête ceinte d'une couronne végétale, brandit de la main droite des branches de laurier représenté à la manière d'un flambeau de la Liberté. Pieds nus, elle porte une longue robe au fin drapé.

Le socle, qui repose sur des gradins, porte la dédicace " AUX / ENFANTS / DE LA / VIENNE / MORTS / POUR LA / FRANCE / 1914-1918 " et l'ajout dans des caractères différents : " 1939-1945 ".

Un drapeau est sculpté en relief et se déploie sur le ressaut du socle. Il est surmonté d'un casque de Poilu et entrecroisé avec des rameaux de chêne et de laurier.

Un flambeau de la Liberté entrecroisé avec un poignard (du Souvenir français) et un cor entremêlé avec une palme (avec l'inscription Sidi Brahim du Poitou), en bronze, ont été apposés sur la face du socle, ainsi que plusieurs plaques en marbre, en mémoire des veuves et orphelins de guerre, des combattants d'Indochine et des Anciens d'Afrique du Nord.

Mursbronze
calcaire pierre de taille
Techniquessculpture

Inscriptions sur le socle : " AUX / ENFANTS / DE LA / VIENNE / MORTS / POUR LA / FRANCE / 1914-1918 / 1939-1945 ".

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1920-1924. Monument aux morts de Poitiers.

    1921 : délibérations de diverses communes pour participer ou non à la souscription, le plus souvent en joignant la liste des morts de la commune : Ayron (13 novembre, 50 francs), Blanzay (19 novembre, 100 francs), Charroux (20 novembre, 20 francs), Chouppes (20 novembre, 20 francs), Colombiers (3 décembre, 50 francs), Latillé (13 novembre, 20 francs), Lésigny (20 novembre, 50 francs), Mouterre (13 novembre, 100 francs), Neuville (5 novembre, refus), Nouaillé (13 novembre, 100 francs), Les Ormes (13 novembre, 50 francs), Persac (22 novembre, 25 francs), Saint-Jean-de-Sauves (20 novembre, 50 francs), Sanxay (4 décembre, 50 francs), Thurageau (20 novembre, 50 francs), Vaux (6 novembre, 100 francs).

    1922, 21 août : délibération du conseil municipal. Le colonel Malapert a demandé dans une lettre du2 août si la ville pourrait verser au comité pour l'érection du monument aux morts une subvention de 40000 francs car la souscription ne couvrira pas le coût estimé à 141845 francs, seuls 75000 francs ont été recueillis et les 100000 francs seront difficilement atteints. La subvention est votée et sera couverte par l'emprunt destiné à l'embellissement du boulevard de Verdun. L'emplacement devra être éloigné des monuments historiques et ne comportera comme emblème que la croix de guerre et un trophée.

    1922, 14 et 15 novembre : formulaire pour la demande de subvention à calculer par rapport au nombre de morts pour la France de la commune (1416 tués pour 41242 habitants) ; budget sur la base d'un devis de 141844,74 francs et bordereau d'envoi à la préfecture du dossier complet (délibération du 21 août 1922, croquis du monument, devis estimatif, budget, questionnaire pour la demande de subvention).

    1923 : délibérations de diverses communes pour participer ou non à la souscription, le plus souvent en joignant la liste des morts de la commune : Aslonnes (7 février, 50 francs), Avanton (4 février, 20 francs), Bournand (4 février, 100 francs) La Chapelle-Montreuil (4 février, 30 francs), Chasseneuil (11 février, 200 francs), Coulombiers (11 février, 75 francs), Coulonges (18 février, 200 francs), Coussay (18 février, 10 francs), Cuhon (11 février, 100 francs), Curzay (6 février, 100 francs), Dangé (5 février, 100 francs), Dercé (4 février, 30 francs), Fleuré (août, 100 francs), Marigny-Chémereau (11 février, 50 francs), Naintré (11 février, 50 francs), Neuville (17 février, refus de participer), Persac (14 février, 100 francs) Ranton (27 mai et 26 juillet, 20 francs), Rochereau (4 mars, 50 francs), Rossay (23 février, 15 francs), Rouillé (23 février, 150 francs), Saint-Germain (4 février, 100 francs), Samarçolles (23 février, 20 francs), Sillards (18 février, 50 francs), Smarves (18 février, 50 francs), Trois-Moutiers (4 février, 50 francs), Vaux (18 février, 100 francs), Vaux-sur-Vienne (27 mai, 20 francs), Veniers (11 février, 100 francs).

    1924 : bordereau du dossier avec budget (148719,30 francs) et liste des pièces (croquis du monument, avis de la commission spéciale chargée de l'examen au point de vue artistique, indication des voies et moyens, 1 demande de subvention). Calcul de la subvention par rapport au nombre de morts pour la France de la commune (1416 tués pour 41242 habitants) : 8010 francs.

    1924, 15 août : délibération du conseil municipal.

    1924, 22 octobre : lettre du préfet au maire de Poitiers l'informant de la suppression prochaine de la subvention calculée sur la base du nombre de morts de la commune et lui demandant en conséquence de demander cette subvention avant le 1er décembre 1924.

    1924, 1er novembre : devis descriptif et estimatif signé des architectes poitevins Maurice-Charles et Lucien Martineau et plan du monument.

    1924, 15 novembre : délibération du conseil municipal. Constat du retard pris par le projet suite aux " difficultés rencontrées à propos du choix définitif de l'emplacement ". La dépense a été supérieure au budget estimatif. Ce devis, de 148719,30 francs, est couvert par les souscriptions (54714,30 francs), un emprunt (40000 francs), le budget ordinaire de la commune (34000 francs), il manque donc 15000 francs, votés sur le budget additionnel. L'emplacement du monument est définitivement " arrêté après entente entre le sculpteur M. Octobre et M. Martineau, architecte, en haut du boulevard de Verdun ".

    1924, 17 novembre : formulaire pour la demande de subvention à calculer par rapport au nombre de morts pour la France de la commune (1416 tués pour 41242 habitants).

    1924, 27 novembre : avis favorable de la commission spéciale chargée de l'examen au point de vue artistique.

    1924, 28 novembre : arrêté préfectoral autorisant l'érection du monument aux morts.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 9 T 88 (monuments aux morts de l'arrondissement de Poitiers)
Documents figurés
  • " Ville de Poitiers. Monument aux morts de la Vienne. Plans, élévations et coupes ". Maurice-Charles et Lucien Martineau, 18 août 1924. Échelle 0,02 par mètre.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 9 T 88 (monuments aux morts de l'arrondissement de Poitiers)
Bibliographie
  • Poitiers fête ses morts de guerre. Le Courrier de la Vienne et des Deux-Sèvres, 71e année, 15-16 novembre 1920.

    p. 1-2
  • Poitiers. [M. Raoul Péret préside à la pose de la première pierre d'un monument aux morts]. Mémorial du Poitou, 71e année, n° 85, 20 novembre 1920.

    p. 2
  • Aux morts de la guerre. L’Avenir de la Vienne, 53e année, n° 64, lundi 16 et mardi 17 mars 1925.

    p. 1
  • La Roulière, Jérôme de. La Grande Guerre ; les monuments aux morts dans le Poitou. Le Picton, n° 165, mai-juin 2004.

    p. 4 ; 5
  • Pon-Willemsen, Charlotte. Les allégories de la République sur les monuments aux morts en Poitou-Charentes. Parcours du Patrimoine, n° 342. Geste éditions, 2008.

    p. 57
  • Le patrimoine des communes de la Vienne. Paris : Flohic (35-Rennes : Oberthur Graphique), 2002.

    p. 24
  • Vouhé, Grégory. Aimé Octobre. De la femme éplorée à la Victoire, L'Actualité Poitou-Charentes, n° 106, automne 2014.

    p. 24
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Véronique Dujardin

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pon Charlotte