Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à papier, minoterie, actuellement centre de loisirs

Dossier IA86000147 inclus dans Secteur urbain de l'entrée ouest du bourg de Saint-Benoît réalisé en 1994

Fiche

Destinationscentre de loisirs
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication
Dénominationsmoulin à papier, minoterie
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Poitiers
Hydrographiesle Clain
AdresseCommune : Saint-Benoît
Lieu-dit : le Moulin
Adresse : avenue de
Lorch
Cadastre : 1840 B9 5 à 10 ; 1964 AH 530 ; 2004 AH 1000

Parmi ses sources de revenus, l´abbaye de Saint-Benoît possédait jusqu´à la Révolution des moulins sur le Clain. Dès le Moyen Age, l'abbaye exploite les ressources du Clain, comme le montre une transaction de 1274 au sujet d'écluses à poisson. Le moulin à papier est attesté en 1456, celui à blé est cité en 1636. Arrentés à des particuliers à partir de ces deux dates, ils apparaissent en très mauvais état lorsque l´abbaye en reprend le contrôle en 1747. Reconstruits en partie en 1750, ils sont confiés en rente en 1756 à Charles Pavie. Une nouvelle reconstruction a lieu en 1802, comme l´atteste une date inscrite encore visible sur l´actuel bâtiment. En 1823, le site est la propriété de la famille Ally, héritière des Pavie. Il comprend encore le moulin à blé et le moulin à papier, constitué en fait de deux moulins. Racheté peu après par Jean-Pierre-Magloire Camus, contremaître à la filature de Biard, le moulin à papier produit 3 500 rames de papier par an en 1829. Actionné par 25 ouvriers, le matériel de la papeterie consiste alors en 1 cylindre, 1 roue à marteaux, 1 cuve à papier blanc et 1 cuve à papier gris, ne fonctionnant que 6 mois de l'année. Comme le montre le plan cadastral de 1840, le site de production comprend déjà plusieurs bâtiments au bord et sur le lit même du Clain. Le moulin à papier est transformé en minoterie en 1869 avec la construction pour Ernest Véron d'un grand atelier de fabrication situé à l'est du précédent établissement. Cet atelier est agrandi en 1882. En 1890, la minoterie est mue par une roue hydraulique et une turbine actionnant 7 paires de meules. Un nouvel agrandissement a lieu en 1921 avec la construction d'un silo en béton, pour Henri Piganiol. La production atteint alors 120 quintaux par jour en 1924, puis 180 quintaux en 1950. Equipée d'un moteur diesel en 1942, et employant de 11 à 15 personnes selon les saisons dans les années 1950, l'usine cesse de fonctionner dans les années 1970, et la majeure partie des bâtiments est démolie en 1974, tandis qu'un centre de loisirs est aménagé dans l'ancien moulin à papier. Le moulin, laissé à l'abandon est restauré en 1978. L'ancienne papeterie (soit la partie la plus basse) est transformée en base de canoë-kayak en 1991.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1802, daté par travaux historiques, porte la date, daté par source
1869, daté par source
1882, daté par source
1921, daté par source
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

L'ancien moulin à papier, tel qu'observé aujourd'hui, comprend un long bâtiment qui enjambe le Clain par un passage en berceau. A droite de ce passage, sur la façade sud, se trouve une petite porte à arc brisé. Au-dessus se trouvaient quatre ouvertures, dont une aujourd'hui murée. La partie ouest constitue un logement avec quatre baies en rez-de-chaussée et quatre à l'étage.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile creuse
Étages1 étage carré
Couverturestoit à longs pans croupe polygonale
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
énergie thermique produite sur place
États conservationsétablissement industriel désaffecté
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • A. D. Vienne. 1H 6/16. 1466-1789 : baux à rente et à ferme des moulins à papier et à blé.

    1526 : arrentement du moulin à papier de Saint-Benoît.

    1578, 9 mai : ferme des moulins à tanner et banaux de Saint-Benoît, assis sur la rivière du Clain, par l´abbé de Saint-Benoît à Simon Touffou, marchand meunier à Nouaillé.

    1591, 8 avril : bail à ferme des moulins à blé à Michel Herault et René Pascault, de Poitiers.

    1599, 11 janvier : bail à ferme par l´abbé à François Pichereau, marchand boulanger à Poitiers, et à Vincent Dupin, marchand meunier, des moulins banaux consistant en deux roues, l´une à blanc et l´autre à brun.

    1661, 29 novembre : bail à ferme par Catherine de la Vergne, veuve de René Coutancin, marchand à Poitiers, à Jacques Resty, marchand meunier à Saint-Benoît, époux de Michelle Negrier, des moulins à blé, consistant en deux roues de moulin, l´une à blanc et l´autre à méture.

    [18e siècle] : état de titres concernant les droits de l´abbaye sur les moulins, dont un acte d´acensement du moulin à papier du 30 juin 1456, et un bail du moulin à blé de 1559.

    1736, 26 août : état des biens et droits de l´abbaye, dont les moulins à blé sur la rivière du Clain, "avec leurs appartenances consistant en chaussées, îles, prés et îlots, joignant aux moulins à papier, une pièce de pré entre les deux dépendant dudit moulin à papier, et d´autre côté comme l´on va du bourg de Saint-Benoît aux dits moulins à papier à main droite, et des autres côtés entourés de la rivière appelée la Clain, et les dits îlots présents en deux pièces, l´un étant au-dessus de la chaussée du moulin à blé, et l´autre au-dessous au côté du dit moulin à blé, le tout joignant le moulin renfermé d´eau". Le 7 septembre suivant, le moulin à blé est arrenté.

    1750, 12 mai : procès-verbal de visite du moulin à blé. Les experts entrent dans l´appartement du meunier par la porte de l´écurie. De l´écurie, ils passent dans un petit emplacement où est une des roues du moulin. Puis ils montent dans l´appartement du meunier par un escalier en bois, d´abord dans la chambre du meunier, puis un grenier. On mesure la roue, la meule, une chaussée ou écluse, commune avec le moulin à papier, composée de pierres sèches.

    1776, 7 mars : mémoire au sujet d´une rente due à l´abbaye sur les deux moulins à papier qui ont été arrentés autrefois, ont appartenu au sieur Leprince et la demoiselle Varache son épouse, qui les a transmis à son second mari Louis Debure, marchand. Le 13 mai 1756, devant Bourbeau notaire à Poitiers, Louis Debure et son épouse Marie-Jeanne Braud ont cédé les moulins à Charles Pavie, marchand, et Magdeleine Voye son épouse.

    1789, 21 février : bail à ferme du moulin banal à deux roues, près le moulin à papier, à Jean Guy, époux de Catherine Lamoureux, déjà meunier du moulin depuis 1777.

    A. D. Vienne. B 26. 1703, 5 novembre : procès-verbal de visite des moulins de Saint-Benoît. Des experts charpentiers sont commis par Pierre Brebion, fermier général des moulins à papier et à blé de Saint-Benoît, et par Jacques Lelarge, écuyer, sieur de la Drageonnière, dont le flot des bûches de bois a endommagé les moulins. On note le passage ou chemin par lequel on va au moulin à blé, au devant duquel il y a un râteau nouvellement mis ; en entrant dans le moulin à blé, à droite se trouve la roue « qui est vieille et caduque » ; de retour sur la chaussée, il y a un pont qui conduit dans le chemin du moulin ; on entre dans le moulin à papier et on tourne ensuite à droite le long du mur où passe le cours d´eau qui le fait tourner, où se trouve la roue ; au dehors, de retour sur la chaussée, il y a un pont ; enfin les experts vont dans un troisième et dernier moulin, appelé le Moulin à Chanvrier, avec sa roue et sa chaussée.

    A. D. Vienne. 1H 6/13. 1740-1750 : registre contenant les actes de vêtures, noviciats et professions des vœux faits pour entrer dans l´ordre de Saint-Benoît de Quinçay, dont :

    1750, 25 janvier : un procès a été mené contre Henry Lemaistre et son épouse Jeanne Brebion, ci-devant propriétaires des moulins à papier et à blé, pour dette. Ces moulins sont dans une ruine totale, comme cela a été constaté devant Me Cuisinier, notaire à Poitiers. Les réparations à faire se montent à huit mille livres. Un emprunt est décidé.

    A. D. Vienne. 1H 6/14. 1750-1759 : registre des décisions du chapitre de l´abbaye de Saint-Benoît. 1750, 3 juin : pouvoir donné au chantre d´emprunter pour financer la reconstruction des moulins à blé, ponts et chaussées en dépendant ; 1776 : état des revenus de l´ancienne mense conventuelle, réunis au grand séminaire, dont les moulins à blé et à papier situés sur la rivière du Clain à Saint-Benoît, arrentés l´un en 1636, l´autre en 1456, et rachetés, en mauvais état, le 5 octobre 1747.

    A. D. Vienne. 4E 27/477. 1823, 21 juillet : donation par Magdeleine Françoise Pavie, veuve de Paul-François Ally, demeurant à Saint-Benoît, à ses enfants, dont Paul-Joseph Ally, maire de Saint-Benoît, Magdeleine Elisabeth Ally épouse de Joseph Verriet-Litardière, demeurant à Saint-Benoît, et Adelaïde Justine Ally épouse de Claude-Charles Barrilleau.

    Parmi les biens appartenant en propre à la donatrice, figurent les moulins à papier situés à Saint-Benoît, sur la rivière du Clain, avec toutes leurs anciennes dépendances, consistant en maison d´habitation, grand et petit moulins à papier et tout ce qui en dépend, un grand jardin, partie en pré et partie en jardin potager, et un petit jardin en face de la maison ; plus une chintre partie en pré et partie en bois, située le long de la rivière du Clain.

    Parmi les biens acquis en communauté par M. et Mme Ally, figure un moulin à blé et à deux roues avec ses dépendances, situé sur la rivière du Clain, consistant en trois chambres, un grenier, une écurie et deux petites cours, plus tous les îlots qui en dépendent ; plus la métairie de Puy-Joubert consistant en bâtiments d´exploitation, cour, jardins, prés, terres et toutes ses dépendances.

    Le premier lot de la donation, comprenant les moulins à papier, va à M. Ally maire. Le second lot, comprenant la métairie de Puy-Joubert, va à Magdeleine Elisabeth Ally. Le troisième lot comprenant le moulin à blé va à Mme Barrilleau.

    A. D. Vienne. J 78. Vers 1830 : vente, devant Gras, notaire à Poitiers, par Claude-Charles Barrilleau, docteur en médecine, et Adelaïde Justine Ally son épouse, demeurant à Poitiers, à Jean-Pierre-Magloire Camus, contremaître à la filature de Biard, et Rosanne Fréchet son épouse, d´un moulin à blé à deux roues situé à Saint-Benoît sur la chaussée qui conduit de Saint-Benoît à la Papeterie, consistant en trois chambres, un grenier, un écurie, une cour et tous les accessoires nécessaires pour faire fariner ; plus les îlots situés près le moulin et qui en dépendent ; plus une maison au bourg de Saint-Benoit consistant en chambre basse, grenier par dessus, petite cour, écurie, cellier par derrière, fenil sur l´écurie et le cellier, tenant à la maison. Madame Barrilleau en a hérité par acte de partage du 20 juillet 1823 passé devant Ribault notaire, des biens de Madeleine-Françoise Pavie sa mère, veuve de Paul-François Ally.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Deux-Sèvres : 1 F 6. Enquête sur la reprise et le développement de la vie économique en Poitou (Vienne et Deux-Sèvres), septembre 1918.

  • A. D. Vienne. B 26. 1703, 5 novembre : procès-verbal de visite des moulins de Saint-Benoît. A. D. Vienne. 4E 27/477. 1823, 21 juillet : donation par Magdeleine Françoise Pavie, veuve de Paul-François Ally, demeurant à Saint-Benoît, à ses enfants, concernant notamment les moulins de Saint-Benoît et la métairie de Puy-Joubert. A. D. Vienne. 1H 6/1. 1274 : transaction entre l´abbé et les religieux pour faire des fosses et des écluses sur le Clain afin d´y mettre du poisson. A. D. Vienne. 1H 6/13, 14 et 16. Archives de l´abbaye de Saint-Benoît, pièces concernant les moulins. A. D. Vienne. J 78. Vers 1830 : vente par Claude-Charles Barrilleau et Adelaïde Justine Ally son épouse à Jean-Pierre-Magloire Camus, d´un moulin à blé à Saint-Benoît. A. D. Vienne. 6 M 221-222. 1924-1934 : réglementation.

  • A. D. Vienne : 6 M 320. Réglement, 1918.

  • A. D. Vienne : 10 M 1. Statistiques, 1802.

  • A. D. Vienne : 10 M 121. Statistiques et enquêtes diverses, 1809-1830.

  • A. D. Vienne : 4 P. 1842-1891. Matrices cadastrales.

Documents figurés
  • Cartes postales anciennes (A. privées).

Bibliographie
  • Annuaire de Poitiers et du département de la Vienne : administratif - militaire - religieux - judiciaire - industriel - commercial. Poitiers : Marc Texier, 1938.

    p. 912
  • Dyer, Colin. Saint-Benoît (Vienne) : une commune suburbaine défend son identité de 1840 à nos jours. Municipalité de Saint-Benoît, 1987.

    p. 101
  • Jeune chambre économique (Poitiers). La Vienne. Poitiers, 1960.

  • Loez, Alexandre ; Perlat, René. La sous-région du Poitou. Monographie économique de la Vienne et des Deux-Sèvres : Agriculture - Commerce - Industrie - Tourisme. Niort : Imp. Saint-Denis, 1931.

    p. 48
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Géographie populaire du département de la Vienne. Poitiers : Létang, 1869.

    p. 153
  • Pinard, Jacques. Les industries du Poitou et des Charentes : Étude de l'industrialisation d'un milieu rural et de ses villes. Poitiers : S. F. I. L., 1972.

    p. 201
  • Riffault, Louis, Cézard, Henri, Pironnet, Georges. Statistique agricole de la France : Annexe à l'enquête de 1929. Poitiers : Imp. l'Union, 1937.

    p. 270
  • Sinqsous, Michel. Saint-Benoît d´hier à travers la carte postale ancienne. Poitiers : Municipalité de Saint-Benoît, 1993.

    p. 41
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Poitiers - Moisdon Pascale - Masson Maïna