Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin et centrale hydroélectrique

Dossier IA86004393 réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiéespasserelle
Dénominationsmoulin, centrale hydroélectrique
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Poitiers
HydrographiesLe Clain
AdresseCommune : Buxerolles
Lieu-dit : Lessart
Adresse : route de
Lessart
Cadastre : 1817 A19 23 et 24 ; 2004 AT 22 à 24 et 177

L'ancien moulin apparaît sur le cadastre de 1817 et appartient alors à M. Orillard, maire de Buxerolles. Cette haute tour carrée, autrefois située au bord du Clain, pourrait dater du 17e ou du 18e siècle, comme le laisse penser une baie chanfreinée. Le cadastre indique toutefois une "augmentation de moulin" réalisée en 1869 par le propriétaire, Victor Roche. Ce dernier aménage en 1878 l'îlot situé en face, à l'ouest. C'est là que l'usine hydroélectrique est construite en 1898. Le bras du Clain qui coulait entre les deux bâtiments et au-dessous de l'usine a depuis été comblé : la passerelle qui les relie témoigne encore de cette ancienne présence. Une carte postale de 1900 environ montre aussi la circulation d'eau entre les deux bâtiments, avec l'emplacement de la roue sur la façade nord-ouest de l'ancien moulin.

Période(s)Principale : 17e siècle , (?)
Principale : 18e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates1869, daté par source
1878, daté par source
1898, daté par source
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

L'ensemble composé par l'ancien moulin et l'ancienne usine hydroélectrique se situe entre la route de Lessart à l'est et le Clain à l'ouest. Les deux bâtiments sont séparés par un remblais qui a comblé un ancien bras de rivière. Enjambant celui-ci, une passerelle en béton relie l'ancienne usine à la rue. L'ancien moulin est un bâtiment de plan massé et carré. Un petit bâtiment en appentis lui est accolé à l'est. Le moulin possède deux étages carrés, un étage de comble, et un toit en pavillon. Ses façades nord-est et sud-ouest sont éclairées par une travée se prolongeant par une lucarne sur le versant du toit. La façade nord-ouest ouvre par une baie chanfreinée au rez-de-chaussée, et par un autre au second étage, les deux ne formant pas de travée. Un épi de faîtage marque le sommet du toit. L'ancienne usine hydroélectrique se compose d'un bâtiment en forme de V ouvert vers le sud-est. L'aile est est construite en pierre. Elle ouvre à l'est par une large porte, au nord par quatre grandes fenêtres alignées, et au sud par trois autres fenêtres cette fois accolées. Ces trois baies correspondent aux trois turbines qui se trouvaient à l'intérieur. Toutes ces baies possèdent un linteau mouluré à arc segmentaire. Elles sont reliées par un bandeau mouluré qui file sur les façades. Une corniche couronne celles-ci. L'aile sud-ouest quant à elle est construite en brique, sur une base en pierre de taille. Sur la façade sud-ouest, les panneaux de briques s'inscrivent dans une armature métallique visible de l'extérieur. Cette aile ouvre au nord-ouest par deux fenêtres hautes et larges, à arc segmentaire, et par une autre au sud-est.

Mursbrique
béton
métal
calcaire
enduit
moellon
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Les moulins de "l´Exart" sont cités pour la première fois en 1077 dans une donation de terres à l´abbaye de Montierneuf, le long du Clain, et ce bien avant la première mention de la paroisse de Buxerolles, au 13e siècle seulement. Au 18e siècle, on compte trois moulins à Lessart et sur l´autre rive du Clain : le moulin Blanc, le moulin du Milieu et le moulin des Bouchaux, tous trois alors très dégradés. En amont du dernier moulin encore visible aujourd´hui, un barrage sur le Clain indique l´ancienne présence d´un port et d´une écluse, témoins avec les moulins de la prospérité de Lessart du temps où le Clain était utilisé pour le commerce, et où ce village de meuniers était le coeur économique de Buxerolles. Près du moulin aussi, au nord (actuel parking), un gué permettait de traverser la rivière pour accéder aux prés situés de l´autre côté. Situé en bordure de l'ancienne rive du Clain, le moulin fonctionnait à l'aide d'une roue fixée sur son flanc nord-ouest. Le site fut réaménagé à la fin du 19e siècle. En 1889, son propriétaire, Charles Orillard, minotier aux Quatre-Roues de Poitiers, fit réparer les vieilles pelles en bois de trois vannes de décharge du moulin, et fait refaire les joints du « boucheau » ou passage d´eau. Surtout, en 1895, une usine hydroélectrique fut construite sur un espace gagné sur le Clain à l´ouest du vieux moulin. L´installation de trois turbines est due à l´ingénieur mécanicien Eugène Wells. Les vannes de décharge furent déplacées en 1898, permettant la mise en activité de l´usine. Celle-ci fonctionna jusqu´en 1950, sous la houlette de la Société d´électricité de Poitiers. Ses trois turbines à axe vertical étaient alimentées par un bras de rivière détourné du Clain. Le niveau d'eau était régulé par un barrage et une vanne situés en amont. La centrale produisait 222.500 kilowatts en 1946 et 1885 en 1948. A cette époque, une partie du courant fournissait de l´électricité à des communes comme Dissay, Chasseneuil et Jaunay-Clan. Cette activité n'allait pourtant pas sans soulever des difficultés. En 1904 déjà, les riverains se plaignirent des prises d´eau effectuées par l´usine, qui abaissaient le niveau dans le Clain et empêchaient ainsi l´évacuation de la pollution qui s´y trouvait. Le maire de Buxerolles dut intervenir pour limiter ces effets. En 1916, les habitants de Lessart et de Clotet dénoncèrent cette fois la pollution du Clain par les résidus d´huiles de houille et de schistes alimentant le moteur de l´usine hydroélectrique. Un arrêté du maire interdit alors leur déversement.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Vienne 4 E 27/178, 279 et 286. Avril 1689, 8 mai 1733 et 23 mars 1738 : baux de moulin à Lessart.

  • A. D. Vienne 7 S 22. 1889-1905 : aménagement du moulin et de l'usine hydroéléctrique de Lessart.

Bibliographie
  • Chancerel, François. Buxerolles à la fin de l´Ancien Régime : les hommes et la terre dans une paroisse de la banlieue de Poiters. Mém. de maîtrise, dir. D. Guillemet, J. Peret. Poitiers, 2005, 219 p.

    p. 11 et 36
  • Thimonier, Joseph. Buxerolles : le pays des buis. Poitiers, les Editions du Pont-Neuf, 1998, 126 p.

    p. 35-39 et 89
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de Poitiers - Suire Yannis