Logo ={0} - Retour à l'accueil

Peinture monumentale de la chapelle de Notre-Dame des Sept douleurs ou de la Bonne mort

Dossier IM17003387 réalisé en 1995

Fiche

Dénominationspeinture monumentale
Aire d'étude et cantonCourçon
AdresseCommune : Taugon
Emplacement dans l'édificeChapelle latérale sud.

Comme le montrent des photographies du début du 20e siècle, la chapelle de Notre-Dame des Sept douleurs ou de la Bonne mort était déjà à cette époque recouverte d'une peinture monumentale, sans doute réalisée dans la seconde moitié du 19e siècle. Elle était constituée de frises et rinceaux végétaux, et, dans la niche centrale, d'un semis de Sacrés-Coeurs. De cet ensemble, il subsiste probablement le décor peint sur l'arc doubleau à l'entrée de la chapelle. En 1952, le curé de Taugon, l'abbé Métayer, fait appel au peintre René Dionnet pour recouvrir les murs de la chapelle d'une nouvelle peinture monumentale.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1952, porte la date
Auteur(s)Auteur : Dionnet René
René Dionnet

René Dionnet est un peintre français, chrétien, connu pour avoir réalisé plusieurs oeuvres dans différentes églises de France. On lui doit par exemple, en 1953, la fresque du Bon Samaritain qui entoure le tombeau de Frédéric Ozanam, en l'église Saint-Joseph des Carmes, à Paris ; un an plus tard, une fresque à la Vierge dans l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal, également à Paris ; ou encore, en 1960, le décor de deux chapelles latérales de l'église Saint-Martin-des-Champs, toujours à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre signature

Les peintures recouvrent l'arc doubleau à l'entrée de la chapelle, puis les deux tiers supérieurs des murs est et ouest, ainsi que le pourtour de la niche sur le mur sud. Ces dernières ont été exécutées sur plâtre, à la colle ou à la cire.

Catégoriespeinture murale
Matériauxplâtre, support (?), peinture à la cire, détrempe à la colle
IconographiesCrucifixion
ange
Présentation au Temple
Précision représentations

L'arc doubleau à l'entrée de la chapelle (sans doute peint dans la seconde moitié du 19e siècle) présente, sur chaque côté, un décor constitué de rinceaux végétaux ainsi qu'un phylactère s'enroulant autour de branches de roseaux et d'iris.

Les peintures réalisées par René Dionnet en 1952, sont ainsi composées : sur le mur est, le Christ en croix entouré de la Vierge et de saint Jean, avec une épée sortant du côté du Christ et perçant celui de la Vierge ; dans les angles sud-est et sud-ouest de la chapelle, quatre anges portant les instruments de la Passion ; sur le mur ouest, la présentation de l'Enfant Jésus au temple, amené par ses parents et porté par Siméon.

Inscriptions & marquessignature, peint
date, peint
inscription concernant l'iconographie, peint
Précision inscriptions

Sur les phylactères peints sur l'arc doubleau, on lit : "ORA PRO NOBIS" ("Priez pour nous").

Sous les peintures du mur est : "DEBOUT AU PIED DE LA CROIX OU SON FILS ETAIT SUSPENDU, LA MERE DE DOULEUR PLEURAIT / SON ÄME ABATTUE GEMISSANTE ET DESOLEE FUT TRANSPERCEE DU GLAIVE DE DOULEUR."

Sur le parchemin que tient l'ange dans l'angle sud-ouest de la chapelle : "VOS DOULEURS / Ö MARIE / SONT GRANDES / COMME / LA MER".

Sous les peintures du mur ouest : "SIMEON DIT A MARIE : / "UN GLAIVE TRANSPERCERA VOTRE ÄME"."

La signature du peintre et la date de réalisation de son oeuvre sont portées sur le mur ouest, à droite : "René Dionnet 1952".

Statut de la propriétépropriété de la commune