Logo ={0} - Retour à l'accueil

Prieuré, aujourd'hui église Saint-Pierre de Pérignac

Dossier IA17037513 réalisé en 2014

Sous l'apparence d'une forteresse, l'église de Pérignac, grâce à la fine ornementation de sa façade occidentale, figure parmi les plus importants témoignages de l'art roman en Saintonge. Par ailleurs, son architecture atteste des évolutions entre les styles roman et gothique.

Cet édifice, dédié à saint Pierre, a été construit en débutant par la façade occidentale dans la première moitié du 12e siècle, en poursuivant par la nef, dans la première moitié du 13e, et en finissant par le choeur après 1250. Elle a ensuite été fortifiée, puis a subi quelques modifications avec le remaniement du portail occidental au 15e siècle. La fortification a énormément transformé l'apparence générale du bâtiment en supprimant le pignon triangulaire occidental, en exhaussant les murs latéraux et en aménageant un chemin de ronde avec chambres de guet et de tir en haut des contreforts. Les voûtes du choeur ont été refaites en plâtre au 19e siècle et le clocher date des premières années du 20e siècle.

Le mur carré de la façade occidentale, très élevé, est animé par une ornementation de grande qualité d'exécution au-dessus d'un rez-de-chaussée austère, remanié au 15e siècle. Au premier étage, treize arcades aveugles abritent les représentations des apôtres et de la Vierge assise au centre. Toutes les têtes ont été détruites lors des mouvements révolutionnaires. Au-dessus, la corniche est ornée de très beaux modillons sculptés. Au deuxième étage, de part et d'autre de la baie centrale, quatre arcatures abritent des statues (trois d'entre elles n'ayant pas été exécutées du côté droit) figurant les vertus foulant au pied les vices, symbolisés par des monstres. Au dernier registre est représentée l'Ascension du Christ dans une mandorle tenue par deux anges. A gauche, un autre ange assiste à la scène.

Du côté sud du chevet, un portail à voussure interne polylobée, semblant dater du 13e siècle, a été obturé. Les murs gouttereaux présente la particularité d'être dotés d'une ouverture en demi-lune au-dessus d'une baie en plein cintre dans leur travée orientale. Le mur oriental du chevet présentait la particularité d'être divisé en trois travées chacune couverte d'un pignon triangulaire. Elles sont percées d'un oculus à l'encadrement ornementé qui surmonte une haute et étroite baie pour les travées latérales et un triplet pour la centrale.

A l'intérieur, la nef, couverte de voûtes angevines, résulte d'un style de transition entre le roman et le gothique au contraire du vaste choeur, dont le volume et l'esprit relèvent de l'art gothique.

Vocablessaint Pierre
Destinationséglise
Dénominationsprieuré
Aire d'étude et cantonPays de Haute-Saintonge - Pons
AdresseCommune : Pérignac
Cadastre : 2014 OB 212

Donné à l'abbaye de Saint-Jean-d'Angély par Guillaume Archelin et Ersende, sa femme, vers 1061.

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH, 1907/01/21
Précisions sur la protection

Eglise : classement par arrêté du 21 janvier 1907.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Oudin, Philippe. Eglise de Pérignac ; étude préalable. Suresnes, 1989.

    Direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes, Conservation régionale des monuments historiques, Poitiers
Bibliographie
  • Blomme, Yves. Pérignac, église Saint-Pierre. Lacoste, Jacques dir. La sculpture romane en Saintonge : l'imaginaire et la foi. Sans lieu : Ch. Pirot, 1998.

    p. 250-253
  • Daras, Charles. Dictionnaire des églises de France, tome IIIc. Paris : Laffont, 1967.

    p. 125
  • Pariset, François-Georges. Les églises de Chadenac et de Pérignac. Congrès archéologique de France tenu à La Rochelle, 114e session, 1956. Orléans, 1956.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Sarrazin Christine - Moisdon Pascale