Logo ={0} - Retour à l'accueil

Rivière de la Fragnée, vanne, moulin à eau, fontaine et lavoirs

Dossier IA17043400 réalisé en 2010

Fiche

Dénominationsmoulin, rivière aménagée, lavoir
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde - Communauté de communes de Haute-Saintonge
AdresseCommune : Saint-Sorlin-de-Conac
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 1828 A 221, 2001, 2003 ; 2009 A 499, 500 et 1248

Le plan cadastral de 1828 figure la rivière et ses différents bras, serpentant au fond du vallon, entre le bourg et la Mothe. Le pont qui l'emjambe aujourd'hui n'y apparaît pas, pas plus que la vanne et le lavoir placés en amont du pont. Sur le plan, en aval du pont actuel, un petit bras descend de l'église et passe juste à côté d'un vivier, propriété de la commune, là où se trouve aujourd'hui l'esplanade et le four communaux. La fontaine située en contrebas du bourg, à côté de l'ancien moulin, apparaît déjà sur le plan de 1828, selon une forme circulaire. Elle appartient alors à un propriétaire privé, Jean Massière, demeurant à la Rambauderie.

Ce site fait l'objet d'aménagements et d'un contentieux dans les années 1860. D'un côté, François Bertin établit sur la rivière, d'abord sans autorisation, un moulin à eau pour moudre le blé, là où s'élève aujourd'hui un petit bâtiment, à côté du pont. D'un autre côté, à la même époque, Jérémie Fourestier, propriétaire du Château Saint-Sorlin, installe un barrage d'irrigation et un lavoir en amont du moulin de Bertin, puis les donne à la commune. En 1864, un contentieux s'en suit entre Bertin et les habitants du bourg au sujet du débit de l'eau dans la rivière. Un plan établi à cette occasion montre le moulin installé sur un bras de la rivière, la fontaine à côté, liée à un lavoir, et les bras de la rivière en amont. Sous la pression de l'administration, Bertin met son moulin en conformité en 1869. Le cadastre indique que la construction a été réduite dès 1872, aboutissant probablement au petit édifice actuel.

Par la suite, en 1919, le conseil municipal décide de construire un petit pont pour permettre de franchir la rivière, en remplacement d'un simple madrier. En 1935, il adopte la reconstruction du lavoir à côté de la fontaine et l'installation de la vanne pour mieux réguler le niveau d'eau. Quant au lavoir placé en amont, il a été restauré vers 2000.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

La petite rivière de la Fragnée qui coupe les coteaux en deux, prend sa source au nord du hameau Chez-Diot, sur la commune de Saint-Georges-des-Agoûts. Elle coule dans un vallon partagé en deux par le pont qui relie le bourg de Saint-Sorlin-de-Cônac au hameau de la Mothe. En amont du pont, la rivière coule en plusieurs bras à travers des prairies. En aval, son lit est unique va se perdre entre le pied du coteau et les marais desséchés.

Le lavoir situé en amont du pont est fermé de murs sur trois côtés, avec une porte sur le mur du fond, et il est couvert d'un toit à longs pans. Au niveau du pont, juste en amont, une vanne en bois sert à réguler le niveau d'eau. Le pont, dépourvu de parapet, est construit en pierre de taille. Le second lavoir se situe à proximité, sur la rive droite. Il comprend un bassin quadrangulaire. Juste à côté, se trouve un puits. Il possède une margelle circulaire en pierre de taille. Ce qui reste de la pompe est fixé à un énorme bloc de pierre taillé.

De l'autre côté de la rivière, jouxtant le pont, une petite construction est ce qui doit rester de l'ancien moulin à eau. Couvert d'un toit à longs pans en tuile creuse, il ouvre sur la rue par une porte, une autre porte basse surmontée d'une fenêtre. Le mur pignon qui surplombe le ruisseau est percé à la base d'une ancienne porte partiellement murée. Au-dessus, on remarque cinq pierres faisant saillie.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Charente-Maritime. 3P 4097. 1828 : tableau indicatif des propriétés foncières, état de section.

  • A. D. Charente-Maritime. 3P 4098 à 4102. 1831-1939 : matrices cadastrales des propriétés foncières.

  • A. D. Charente-Maritime. S 11636 et 11637, 11483 et 11484. 1863-1867 : établissement d´une usine sur le ruisseau de la Fragnée par François Bertin, avec plans.

  • A. M. Saint-Sorlin-de-Cônac. Registres des délibérations du conseil municipal.

    séances du 12 avril 1919 et du 1er septembre 1935
Documents figurés
  • A. D. Charente-Maritime. 3P 4941. 1828-1842 : plan cadastral de Saint-Sorlin-de-Cônac.

  • Plan cadastral de Saint-Sorlin-de-Cônac établi entre 1828 et 1842.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 4941
Bibliographie
  • Le canton de Mirambeau, Mémoire en Images, Ed. Alan-Sutton, 2003.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.