Logo ={0} - Retour à l'accueil

Taugon, les bords de Sèvre : présentation

Dossier IA17000211 réalisé en 2020

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

L’inventaire du patrimoine de la vallée de la Sèvre Niortaise a concerné Taugon de mai à octobre 2020. Ont été étudiés : d’une part, tous les éléments du patrimoine présents dans une zone d’un kilomètre à partir du fleuve, étendue jusqu'à la route D116 et au bourg ; d’autre part, les éléments les plus marquants et représentatifs du patrimoine relevés sur le reste du territoire communal. L’enquête a ainsi permis d’identifier 266 éléments. Le tout est illustré par 1174 images. Parmi tous ces éléments, certains, relevés à des fins essentiellement statistiques, font l'objet d'un dossier documentaire minimum (repérés de niveau 1). D'autres, retenus pour leur intérêt ou leur représentativité, donnent lieu à un dossier documentaire plus constitué (repérés de niveau 2). D'autres enfin, particulièrement intéressants et documentés pour l'histoire ou l'histoire de l'art, sont étudiés de manière plus poussée dans des dossiers documentaires plus étoffés

Aires d'étudesVallée de la Sèvre Niortaise, Marais poitevin
AdresseCommune : Taugon

Taugon avant Taugon

On ne connaît que peu de choses sur l’histoire de Taugon et de son territoire avant le XVIe siècle. Ancienne île calcaire devenue terre haute entourée de marécages au Moyen Âge, Taugon fait partie des biens dépendant de l’abbaye de Maillezais, donnés vers l’an Mil par le comte de Poitou à cette abbaye, ensuite érigée en siège d’évêché en 1317. L’évêque de Maillezais puis de La Rochelle en est donc le seigneur jusqu’à la Révolution. En 1146, le roi de France Louis VII, duc d’Aquitaine, confirme des exemptions accordées par le comte de Poitou à l’abbaye de Maillezais au sujet de l’église de Taugon. Vers février 1270, Geoffroy de Puy-Chabot et Brice, son épouse, font don à Raoul, abbé, et aux religieux de l'abbaye de Maillezais, de tout ce qui leur appartient à Taugon et au "Vieux-Maillezais" (sans doute le Vieux-Maillé, à La Ronde). En 1301, le lieu de « Toguont » est mentionné dans un échange effectué de la terre et seigneurie de Rochefort contre des domaines en Aunis par le roi Philippe IV le Bel.

Il faut ensuite attendre le XVIe siècle pour relever quelques mentions de Taugon et de ses habitants, notamment dans des actes notariés. La principale a trait à un premier projet d’aménagement de marais lorsque, le 28 novembre 1558, l’évêque de Maillezais cède à treize habitants de Taugon quelques arpents de marais appelés les Combrands, au bord de la Sèvre Niortaise. Ces "marais, lieux et places vagues inutiles" devront être "augmentés et mis en valeur".

Les grands dessèchements du XVIIe siècle

Cette tentative isolée précède la grande œuvre de dessèchements qui bouleverse fondamentalement le territoire de Taugon, comme tous les marais du Nord-Aunis, dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Tout commence lorsqu’en 1653, l’évêque de Maillezais-La Rochelle, Jacques Raoult de la Guibourgère, décide de faire dessécher les marais qu’il possède à Taugon et La Ronde, prenant en cela modèle sur l’évêque de Luçon qui vient de céder ses marais de Choupeau à René Sochet de Gontry. Mgr Raoult a besoin d’argent pour financer le transfert de son évêché à La Rochelle, et il fait appel au meilleur enchérisseur. Après avoir rejeté plusieurs candidats, ce n’est qu’en 1657 qu’il accorde ses marais à Pierre Perrien, marquis de Crenan, gestionnaire du comté de Marans, puissant personnage investi dans les dessèchements de marais.

Le 30 mai 1657 est signée entre eux la baillette des "marais, palus, canaux, levées et terres inondées es paroisses de Taugon et La Ronde". Elle prévoit la cession de la propriété de ces marais à Perrien de Crenan et à ses associés ; en échange, l’évêque de La Rochelle percevra un quinzième des récoltes produites dans les marais nouvellement desséchés, en plus de la perception d’un cens pour lods et ventes. Il bénéficiera en outre de deux fermes ou cabanes de marais desséchés, exempts de toute contribution au financement des travaux et à l’entretien des canaux : ce seront la cabane l’Evêque à La Ronde, et la moitié est de la cabane de l’Enchère, à Taugon. Enfin, l’évêque, qui conservera son autorité seigneuriale sur Taugon et La Ronde, recevra 15000 livres pour l’aider à financer la construction de son nouveau palais épiscopal à La Rochelle.

De son côté, Perrien de Crenan s’adjoint au cours des années suivantes plusieurs associés pour l’aider dans sa coûteuse entreprise, et se rapproche des dessiccateurs des marais de Choupeau, d’une part, de ceux de Benon d’autre part. Ils fusionnent le 26 juillet 1657 pour former la Société des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon qui va diriger les opérations et gérer, jusqu’à nos jours, les nouveaux marais desséchés. Le 17 octobre 1665, les membres de la Société se partagent les terres conquises sur les eaux, à proportion de leur apport financier respectif ; un partage renouvelé en 1675 à la suite d’erreurs de comptes et de litiges. Chacun reçoit alors une ou plusieurs cabanes dont les canaux et fossés rectilignes structurent désormais le territoire et le paysage. Au sud, la paroisse de Taugon est délimitée par le canal de la Banche qui achemine toute l’eau du dessèchement vers la mer. A l’ouest et au nord, elle est ceinturée par la digue de Taugon qui empêche désormais l’eau de la Sèvre Niortaise d’envahir les marais desséchés. Au-delà, les marais mouillés restent sous la menace de l’inondation.

Taugon au XVIIIe siècle et sous la Révolution

Ainsi réorganisée, la paroisse de Taugon, dont La Ronde est une annexe, se développe économiquement et démographiquement au XVIIIe siècle. Les grandes cabanes de marais desséchés sont la locomotive de cet essor qui ne profite toutefois avant tout qu’à leurs propriétaires, riches rentiers établis en particulier à La Rochelle. Les Pugnet de Boisvert (propriétaires de la Boisverterie), Fleuriau de Bellevue, Macault et Prou de Monroy, par exemple, dominent la structure foncière du territoire. En 1709, on compte 280 feux (soit environ 1100 habitants) à Taugon et La Ronde, 648 (soit environ 2600 habitants) en 1763, 513 (ou 2130 habitants) en 1790. En 1714, l'ingénieur Claude Masse témoigne de la croissance démographique du territoire, favorisée par les dessèchements : Taugon et La Ronde "se peuplent actuellement. Il y en a [des habitants] trois quarts de plus qu'il n'y en avait il y a 50 ans devant le dessèchement des marais". Parmi les habitants de Taugon, les plus chanceux sont les cabaniers auxquels les riches propriétaires afferment leurs cabanes.

Le reste de la population est constituée de journaliers, ouvriers agricoles dans les cabanes ou qui exploitent leurs marais mouillés et leurs terres hautes, ainsi que d’artisans. Le bourg présente aussi plusieurs moulins : il n’en reste qu’un, aux Grèves, d’autres existaient aux Rentes, au Bois et à la Cosse. Toutes ces activités sont contrôlées par l’autorité seigneuriale de l’évêque de La Rochelle qui, régulièrement, afferme la terre et seigneurie de Taugon-La Ronde à des notables locaux. Les paysans de Taugon bénéficient enfin du marais communal que la baillette de 1657 leur a attribué et que le partage de 1665 a placé à l’ouest du bourg.

Dans les marais, l’activité est encore fréquemment contrariée par les inondations et les ruptures de digues qui dévastent non seulement les marais mouillés mais aussi les marais desséchés pendant une grande partie du XVIIIe siècle. Régulièrement, les autorités et les habitants dénoncent l’effet de goulet d’étranglement provoqué par les digues de Taugon et de Vix au niveau des marais du Sablon, et aussi par les écluses ou pêcheries disséminées sur la Sèvre (le Fossé du Loup, Pain Perdu, le Rouleau, le Sablon…) Pour y remédier, outre l’entretien et la surveillance réguliers des digues et des canaux, la Société des marais de Taugon poste sur sa digue, à partir du début du XVIIIe siècle, et à intervalle régulier, des gardes ou huttiers qui, en échange de la surveillance constante de l’ouvrage, sont autorisés à habiter sur la digue, dans des « huttes », avec leurs familles. Si la plupart ont disparu au XXe siècle, plusieurs de ces huttes sont encore observées aujourd’hui.

La situation évolue peu après la Révolution. Le principal changement réside dans la disparition de l’autorité seigneuriale de l’évêque de La Rochelle, dont les biens (cabane, four banal) sont vendus comme biens nationaux. Quelques cabanes sont aussi saisies à l’encontre de nobles émigrés, mais la plupart les récupèreront sous ou après l’Empire. Tout au long du XIXe siècle, les grandes familles de propriétaires (notamment Jacques Christophe Prou de Monroy et les Fleuriau de Bellevue) continueront à jouer les bienfaiteurs pour la commune et la paroisse. Au début de la Révolution, l’agitation gagne la paroisse, devenue commune, au sujet, déjà, de la question religieuse. Très pieuse (la richesse du décor du chœur de l’église en témoigne, et la paroisse a reçu à plusieurs reprises, au XVIIIe siècle, des missions montfortaines, comme le rappelle la croix de la Rabatière), Taugon s’insurge lorsqu’on lui impose, en 1791, un curé constitutionnel, l’abbé Crespeau, en lieu et place de l’abbé Logeais, réfractaire comme son collègue de La Ronde. En octobre, le curé Crespeau doit fuir Taugon, assailli par la foule à la sortie de la messe, et sans que le maire, Mathieu-Alexis Hurtaud n’ait réagi.

Une commune rurale qui évolue entre 1800 et 1950

La commune connaît quelques évolutions dans la première moitié du XIXe siècle, à commencer par la séparation de La Ronde, érigée en commune distincte par ordonnance royale du 17 octobre 1847. Après cette séparation, la seule commune de Taugon compte en 1851 1159 habitants, 1361 en 1866. Les marais mouillés de Taugon, comme pour tous ceux du bassin de la Sèvre Niortaise, sont mieux drainés grâce au creusement de deux des canaux de redressement du fleuve : le canal du Sablon, certes situé à Vix mais qui améliore l’évacuation des marais mouillés du Sablon ; et surtout le canal du Fossé du Loup qui, à partir de 1834, permet à l’eau et aux bateaux de ne plus avoir à suivre le long contour de Maillé, créant par la même occasion une nouvelle île, l’île de la Chatte, conservée sur le territoire de Taugon. Plus localement, la route d’eau qui, sans doute depuis avant les dessèchements, longe le bourg à l’ouest en desservant ses nombreux petits ports, est régulièrement curée par la municipalité. Les efforts portent aussi sur l’amélioration de la circulation terrestre. Dès 1826, le chemin du Pont Bastard est aménagé le long d’un nouveau canal creusé parallèlement, le canal des Enfers, pour mieux desservir la commune par le sud. Au nord, parallèle au canal du Frêne, une route relie à partir de 1858 le bourg au nouveau passage par bac du Rouleau.

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe, alors que l’activité commerciale et artisanale se développe dans le bourg, de nouvelles actions sont menées pour améliorer le quotidien des habitants et les communications. Le passage du Rouleau est remplacé en 1900 par le pont du Sablon (reconstruit et élargi en 1972). En 1910-1912, le chemin de halage qui longe la Sèvre Niortaise depuis un siècle, est terrassé au niveau des Sauveurs et reconnu comme voie communale au Fossé du Loup. En 1928, l’île de la Chatte est enfin reliée par un pont, via Maillé. Divers équipements font entrer Taugon dans la modernité : ouverture d’un bureau de poste en 1911 ; mise en place en 1912 de l’éclairage public au gaz dans le bourg, lequel est électrifié à partir de 1922-1923, avant les écarts en 1937 ; ouverture en 1921 de la ligne de bus La Rochelle-Maillé, avec arrêt à Taugon, etc. En 1926, la mairie s’installe dans les anciens locaux de la laiterie coopérative qui, créée en 1893, s’est établie route de La Ronde et continue à exploiter la production laitière des cultivateurs des environs. Malgré tout, victime de l’exode rural, la commune perd déjà régulièrement des habitants : 1268 en 1881, 1098 en 1911, 783 en 1936. Les finances de la commune sont limitées, au point qu’il faudra attendre 1946 pour qu’un monument aux morts soit construit.

Et puis le développement des équipements est marqué par les querelles politico-religieuses qui, déjà prégnantes sous la Révolution, agitent vivement la commune à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. C’est que le camp paroissial est particulièrement nombreux et puissant à Taugon à cette époque, comme en témoigne le pèlerinage à Notre-Dame des Sept douleurs, organisé en particulier à partir de 1873 ; ou encore la reconstruction de l’église, en 1913, après son effondrement partiel, reconstruction vivement encouragée par toutes les autorités, municipales comprises. Le débat entre celles-ci et l’Etat de la troisième République est vif notamment autour de la question scolaire. Si, dès 1837, Taugon s’est doté d’une école publique de garçons pour laquelle on a construit en 1860 de nouveaux locaux, rue de la Cosse, la création d’une école publique et laïque de filles, rendue obligatoire par la loi de 1886, suscite un bras de fer entre l’Etat et les autorités taugonnaises. Le camp paroissial et la majorité du conseil municipal s’opposent longtemps à cette création, estimant suffisante l’école privée pour filles (3 rue de la Vinette), tenue depuis 1867 par les religieuses de l’Immaculée Conception de Bordeaux. C’est contrainte et forcée que la municipalité crée une école publique de filles en 1892, mais il faut attendre 1929 pour que des locaux lui soient véritablement affectés dans l’enceinte de l’école des garçons, rue de la Cosse. La loi de séparation des églises et de l’Etat en 1905 ravive les tensions autour de l’école privée mais aussi du presbytère pour lequel la commune refuse un temps de percevoir un loyer auprès du curé.

Les nouveaux défis de la seconde moitié du XXe siècle

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, Taugon fait partie du territoire évacué autour de la Poche de La Rochelle. Après-guerre, la commune continue à perdre des habitants : 719 en 1946, 667 en 1962, 610 en 1990. L’agriculture, frappée par cette perte de main-d’œuvre, se modernise et des opérations de remembrement et de drainage bouleversent, comme au XVIIe siècle, les paysages des marais desséchés (les marais mouillés restant en grande partie à l’écart du processus) : des canaux et fossés secondaires disparaissent, de même que les nombreuses haies bocagères qui, comme le montrent des vues aériennes des années 1950-1960, entouraient les parcelles. Celles-ci sont regroupées en de vastes étendues désormais vouées à la grande céréaliculture, tandis que l’élevage s’éteint quasiment.

Les autorités locales lancent des initiatives pour maintenir la population sur le territoire, notamment les jeunes. Dès 1947, la municipalité décide de mettre à la disposition de la Société sportive de Taugon, ainsi que des élèves des écoles, un terrain communal pour la pratique du sport, terrain pris sur l’antique marais communal qui, à l’ouest du bourg, vit ses derniers feux. Un véritable terrain de sport est aménagé en 1966, et un stade de football est inauguré en 1970. Toujours sur le même site, un terrain de camping est ouvert en 1978, et une salle du Foyer rural est mise en service en 1981, rénovée en 1995. Des cours de tennis voient le jour en 1988. Plus tard, en 2006, un Pôle Nature du Marais poitevin sera aménagé à quelques mètres de là, reconnaissant la situation privilégiée de Taugon au cœur d’un environnement si riche et particulier. Entre temps, la commune a, pour la première fois depuis les années 1860, gagné des habitants, au nombre de 823 en 2012 ; un chiffre cependant en baisse (791) en 2020.

La commune de Taugon s'étend sur la rive gauche de la Sèvre Niortaise. Elle est délimitée au nord-ouest et au nord par le fleuve lui-même, qui marque la frontière avec les communes de Vix et Maillé, en Vendée. A l'est, le canal de la Rabatière la sépare de la commune de La Ronde. Au sud, tout aussi rectiligne, le canal de la Banche assure la limite avec Saint-Cyr-du-Doret et Saint-Jean-de-Liversay, frontière prolongée à l'ouest par d'autres canaux et fossés secondaires tout aussi droits. La commune couvre 15,7 kilomètres carrés. Elle présente plus de 10 kilomètres de rives le long de la Sèvre Niortaise, en épousant ses nombreux méandres. Au plus long (du Marais du Sablon à la Vermillière), le territoire communal s'étire sur près de 6 kilomètres, pour 3 kilomètres au plus large (entre les Combrands et le pont de la Rabatière). A l'intérieur de ce territoire, on retrouve les trois grandes strates paysagères qui composent le Marais poitevin.

Les terres hautes, ancienne île calcaire, prennent place au centre du territoire communal. C'est ici que se concentre l'essentiel de l'habitat (le bourg). De faible altitude, le terrain s'élève vers le sud, culminant à l'église. L'ancienne île affecte la forme d'un triangle dont l'un des côtés, à l'ouest, est longé par une route d'eau. La pointe sud s'étire en une langue de terre sablonneuse, jusqu'au Logis des Grèves. Le coteau se prolonge au nord-est jusqu'au Grand Air et, à l'est, au pont de la Rabatière. Outre le bourg et ses extensions urbaines (à l'est notamment), ces terres hautes sont occupées en terres agricoles (quelques prés, champs céréaliers).

Près de 95 % du territoire communal sont en marais desséchés, tout autour des terres hautes. Ce paysage extrêmement ouvert (surtout depuis les réaménagements de la fin du XXe siècle) est transpercé par les canaux principaux (canal du Frêne, canal de la Rabatière) qui, du nord au sud, acheminent l'eau vers le canal de la Banche, principal évacuateur. Un réseau de canaux et fossés secondaires (lui aussi moins dense depuis quelques décennies, remplacé par le drainage) concourt à faire de ce paysage le royaume de la ligne droite, ponctué ici ou là des sièges d'exploitation des grandes fermes ou cabanes. Le tout est protégé par la digue de Taugon qui file au nord-ouest et au nord, en épousant les courbes de la Sèvre Niortaise.

Au-delà de cette digue, les marais mouillés, inondables, forment une bande de territoire plus ou moins large, selon que la digue se rapproche plus ou moins de la Sèvre (pas plus de quelques dizaines de mètres au Marais des Bourbons, au pont du Sablon ou encore près du Logis du Sablon). Les marais des Sauveurs, du Sablon, de la Chaudière et des Bourbons forment les espaces les plus larges, sans compter l'île de la Chatte, constituée d'une part par la Vieille Sèvre ou contour de Maillé, d'autre part par le canal du Fossé du Loup. Plus relâché dans cette île et dans les marais des Bourbons et du Sablon où s'étendent des prés, le parcellaire se resserre en lanières dans les marais des Sauveurs, et la végétation y est plus dense.

Annexes

  • Taugon au début du 18e siècle, extrait du Mémoire sur la carte du 46e quarez de la généralle des côtes du Bas Poitou, païs d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse Guyenne, par Claude Masse, en 1719 (SHD, 1Vd60, pièce 51) :

    "Ile de Taugon. Cette île est basse, peu élevée au-dessus des marais desséchés qui l'environnent tout autour. Elle était anciennement peu considérable (...).

    Taugon. C'est un bourg de plus de 600 toises de long, traversé par une autre rue moindre, qui forme une paroisse avec les métairies de 280 feux. Les habitants en sont aisés à cause de la grande quantité de blé dans de certaines années qu'ils y recueillent et y nourrissent un grand nombre de bestiaux. M. l'évêque de La Rochelle en est seigneur, quoiqu'il y ait quelques maisons de gentilshommes."

  • Taugon-La Ronde au début du 19e siècle, extrait de Gautier, M.-A., Statistique du département de la Charente-Inférieure. La Rochelle, 1839, 2e partie, p. 44-45 :

    "Taugon-La Ronde. Population : 2361 habitants.

    Cette commune, située à 3 myriamètres de La Rochelle, est entièrement placée dans le marais. Le chef-lieu est établi sur un terrain un peu élevé, d'où on extrait un moellon calcaire qui sert à la construction des maisons du pays.

    Son étendue comprend 3646 hectares. Le sol est en terre grasse, noirâtre, mélangée de bris, surtout dans la partie du nord. Au midi, le terrain est plus sec et presque sablonneux. Les principales cultures sont le froment, l'avoine et le lin.

    Taugon est limité à l'ouest par la Sèvre. Une digue de 15 pieds d'élévation a été construite aux frais des syndics des marais, pour préserver cette commune des inondations de cette rivière. Un peu plus bas que cette digue est une espèce de canal appelé ceinture des Hollandais [?].

    Le canal de la Banche sépare cette commune de celles de Saint-Cyr-du-Doret et de Saint-Jean-de-Liversay. Au moyen de petites écluses, communément appelées bondes, on alimente d'eau d'autres petits canaux qui sont percés de manière à permettre aux habitants de transporter, par bateau, leurs denrées à Marans.

    Il y a à Taugon deux foires annuelles qui durent deux jours chacune. L'une est fixée au premier lundi de mai, et l'autre au dernier lundi de juillet.

    Taugon-La Ronde formait anciennement une île, et c'est de là que cette commune tire l'étymologie de son nom qui, en dialecte celtique, signifie environné d'eau. Les grands travaux de dessèchement qui furent ordonnés en 1599 par Henri IV, fertilisèrent ce pays et livrèrent à l'agriculture des terrains entièrement baignés d'eau et couverts de rouches et de roseaux."

  • Taugon au milieu du 19e siècle, extrait de Lacurie, abbé A. F. Excursion archéologique sur les deux bords de la Sèvre niortaise. Bulletin monumental, tome 16, 1850, p. 566 :

    "Taugon était une île de l'archipel des Santons, alors que l'océan morcellait en lagunes toute cette partie des départements de la Charente-Inférieure, de la Vendée et des Deux-Sèvres. Le bourg est bâti sur la partie la plus élevée, seule portion, ou à peu près, qui soit possédée par les indigènes, toute la plaine, anciens marais desséchés, appartenant à des étrangers.

    Rien d'intéressant pour l'antiquaire à Taugon. L'église, simple nef sans caractère, n'a conservé de sa construction primitive que trois ou quatre mètres de muraille en moyen appareil parfaitement échantillonné, encadrant une fenêtre romane sans ornements. J'ai remarqué, engagé dans l'un des murs du clocher, et mis là comme moellon, un joli petit chapiteau du XIIIe siècle. Cette église, mentionnée dans les plus anciens pouillés de Saintes, était à la nomination de l'abbé de Maillezais.

    A la partie la plus déclive du terrain, vers le sud-est, on trouve, à la naissance du marais, une fondrière qui pourrait présenter quelque danger : le pas d'un homme fait trembler le sol à la ronde, et l'on y enfonce sans effort une longue perche sans rencontrer d'obstacle. On raconte que dans les temps anciens, une charrette attelée de boeufs y a disparu.

    Il existe à Taugon un singulier usage dont je n'ai pu découvrir l'origine. Par tout pays chrétien, si le futur époux ne conduit pas sa fiancée au pied de l'autel, du moins il la ramène chez lui, quand elle est devenue sa femme. Il n'en est point ainsi à Taugon. Le jour fixé pour la cérémonie des épousailles, le prétendu se rend seul à l'église pour faire tout disposer pour la messe, ordinairement changée, précédée du Veni creator, et suivie du Te Deum. Cependant arrive la future épouse, conduite par son père, ou son plus proche parent, suivie de nombreux invités. Les deux futurs occupent la place d'honneur, ils entendent la messe, et quand la cérémonie religieuse est terminée, le cortège ramène la jeune épouse, pendant que le nouveau marié s'entend avec M. le curé pour faire constater sur les registres de la paroisse l'union nouvellement contractée. Toutes ces formalités accomplies, l'heureux époux va rejoindre sa compagne."

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1146 : confirmation par Louis VII, roi de France, duc d'Aquitaine, d'exemptions accordées autrefois par Guillaume le Toulousain, comte de Poitiers, à l'abbaye de Maillezais au sujet de l'église de Taugon.

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Ms. Coll. Dupuy, vol. 499, fol. 53
  • Masse, Claude. Mémoire sur la carte du 46e quarez de la généralle des côtes du Bas Poitou, païs d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse Guyenne, 1719.

    Service historique de la Défense, Vincennes : 1Vd60, pièce 51
  • 1714, août : Mémoire en forme de table qui a été dressé par Masse au mois d'aoust 1714 en levant la carte du cours de la rivière de Sèvre et de la petite rivière de Mauzé avec leurs environs.

    Service historique de la Défense, Vincennes : 4° 133, pièce 10
  • 1665, 7 novembre : acte de partage des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon, devant Layné, notaire à Marans.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 E 31/37
  • Répertoire des actes, lettres, titres, papiers appartenant à la Société de Taugon, La Ronde, Choupeau et Benon fait cette année 1763.

    p. 1-3 (cession du marais des Combrands, 1558) Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 31 ETP
  • 1675, 18 novembre : partage des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 31 ETP, archives de la Société des marais de Taugon, carton 2, chemise B, dossier 1.
  • 1669-1685 : actes de partages, procès-verbaux et marchés concernant le dessèchement des marais de Taugon et Choupeau.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 37 J 40
  • 1657-1814 : registres des délibérations de l'assemblée générale de la Société des marais desséchés de Taugon-La Ronde-Choupeau-Benon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 1Mi 544
  • 1791-1793 : contentieux au sujet du curé constitutionnel de Taugon Crespeau.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : L 1063
  • 1813 : état de section du cadastre de la commune de Taugon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 4456 et E dépôt 112/471, archives communales de Taugon, 1 G 1
  • 1821 : matrice cadastrale de la commune de Taugon-La Ronde.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 4457
  • A partir de 1849 : matrices cadastrales de la commune de Taugon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 4458 à 4461, et E dépôt 112/471, archives communales de Taugon, 1 G 2 à 6
  • 1699, 18 mai : vente d'une meule de moulin de moulange pris dans les moulières de L'Hermenault, destinée au Vieux moulin de Taugon, consentie par Marc Bourgeois et René Chutron, mouliers à L'Hermenault, à Louis Ribreau, marchand au port de La Ronde et fermier d'Auguste Picoron, sieur de la Tour.

    Archives départementales de la Vendée, La Roche-sur-Yon : 3 E 40/9-1
  • 1790, 13 avril : bail à ferme pour sept années de la terre et seigneurie de Taugon-La Ronde, fait par Monseigneur Jean Charles de Coucu, évêque de La Rochelle, à Ambroise Martineau, fermier à Maillezais, et son épouse Françoise Martineau.

    Archives départementales de la Vendée, La Roche-sur-Yon : 3 E 40/28-2
  • Vers 1270, février : don par Geoffroy de Puy-Chabot et Brice, son épouse, à Raoul, abbé, et aux religieux de l'abbaye de Maillezais, de tout ce qui leur appartient à Taugon et au Vieux-Maillezais.

    Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : Coll. Dom Fonteneau, XXXVIII, 18
  • 1909-1980 : registres des délibérations du conseil municipal de Taugon.

    Archives municipales, Taugon
  • Informations fournies par Mme Gisèle Guérin (née en 1924), demeurant 2 place du 11 Novembre, à Taugon.

Documents figurés
  • 1701 : Carte contenant une partie du Bas Poitou et de l'Aunis où se trouve Marans et l'embouchure de la Seyvre Niortaise, par Claude Masse.

    Service historique de la Défense, Vincennes : J10C 1293, pièce 7
  • 1720 : Carte du 46me quarré de la generalle des costes du Bas Poitou païs d'Aunis Saintonge et partie de la Basse Guienne, par Claude Masse.

    Service historique de la Défense, Vincennes : J10C 1293, pièce 17
  • Vues aériennes depuis 1945 sur le site internet de l'IGN www.geoportail.gouv.fr.

  • [1837 :] Tableau, extrait cadastral des marais de Taugon, La Ronde, Choupeau et Benon et de Boëre, situés dans les communes de Saint Jean de Liversay, Taugon La Ronde, Saint Cyr du Doret et Courçon, canton de Courçon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 5 Fi Taugon 2
  • 1667, 2 janvier : plan [de partage des marais] de Taugon et La Ronde levé par le sieur de Laserre arpenteur général le 2 janvier 1667.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 5 Fi Taugon 4
  • Fin 19e siècle-début 20e siècle : fonds de cartes postales Louis Cassegrain, éditeur à La Rochelle.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 10 Fi
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle. 12 Fi. Fonds de cartes postales de Raymond Bergevin (1870-1953), photographe et éditeur d'art rochelais.

  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle. 14 Fi. Fonds de cartes postales sur la Charente-Maritime.

  • 1812 : plan cadastral de Taugon.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5090
  • 1963 : Le centre bourg de Taugon (l'église Saint-Jean, le cimetière) et le marais environnant.

    Archives départementales de la Vendée, La Roche-sur-Yon : 79 FI 101 (fonds Roger Henrard, CAUE de la Vendée)
Bibliographie
  • Beaussant, Ernest, Notice sur les marais de Taugon, La Ronde, Choupeau, Benon et sur les marais de Boëre, La Rochelle, 1877.

  • Clouzot, Etienne. Les marais de la Sèvre Niortaise et du Lay du Xe à la fin du XVIe siècle. Paris : H. Champion éditeur ; Niort : L. Clouzot éditeur, 1904, 282 p.

    p. 176
  • GAUTIER, M.-A., Statistique du département de la Charente-Inférieure. La Rochelle, 1839.

    2e partie, p. 30-31
  • Suire, Yannis. L'histoire de l'environnement dans le Marais poitevin, seconde moitié du XVIe siècle - début du XXe siècle. Thèse d'Ecole nationale des Chartes, 2002.

  • Suire, Yannis. Le Marais poitevin, une écohistoire du XVIe à l'aube du XXe siècle. La Roche-sur-Yon : Centre vendéen de recherches historiques, 2006.

  • Suire, Yannis. Le Bas-Poitou vers 1700 : cartes, plans et mémoires de Claude Masse, ingénieur du roi. La Roche-sur-Yon : Centre vendéen de recherches historiques, 2017, 368 p.

    p. 243, 248-249, 252, 333-334
  • Taugon, 1900-2000.

    Archives municipales, Taugon
  • Lacurie, abbé A. F. Excursion archéologique sur les deux bords de la Sèvre niortaise. Bulletin monumental, tome 16, 1850.

    p. 566
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Centre vendéen de recherches historiques (c) Centre vendéen de recherches historiques - Suire Yannis
Yannis Suire

Chercheur au Service de l'Inventaire du patrimoine de Poitou-Charentes puis Nouvelle-Aquitaine de 2005 à 2017, directeur du Centre vendéen de recherches historiques depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mailles Dominique - Sacré René