Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine de feutre pour papeterie Procop, puis tannerie de Sireuil

Dossier IA00066340 réalisé en 1988

Fiche

Appellationsdite usine de feutre Procop, puis tannerie de Sireuil
Destinationssalle des fêtes
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication
Dénominationsusine de feutre, tannerie
Aire d'étude et cantonCharente - Couronne (La)
Hydrographiesla Boëme
AdresseCommune : Nersac
Adresse : usine de feutre 3e
Cadastre : 1992 AS 330

Cette usine de feutre pour papeterie est créée dans les années 1830 par François Chrétien fils, qui dépose un brevet en 1836 pour la fabrication de draps sans fin, destinés aux machines à papier alors nouvellement utilisées. La soeur de François Chrétien se marie avec Pierre André Procop, apprêteur et fabricant d'étoffe, qui s'associe à son beau-frère en 1846. Pierre Procop dépose, en mars 1861, un brevet relatif à l'application de tissus dans la fabrication des feutres destinés aux machines à papier continu. La raison sociale de l'entreprise change plusieurs fois : Chrétien, Debouchaud, Mattard, Vérit et Cie, puis Vve Chrétien, Debouchaud. En 1885, elle devient A. Procop et Cie, à la tête de quatre usines dirigées par André Procop. Son frère, Célestin, se spécialise dans la fabrication de papier et rachète plusieurs usines.

Des bâtiments, situés près de l'église de Nersac et appartenant en propre à André Procop, sont reconstruits dans les années 1890, dont le logement patronal et un bâtiment de filature. Un moulin à foulon fait aussi partie de la propriété d'André Procop. De nombreux ateliers sont construits entre les bâtiments précédemment cités et la rivière, par la société Procop, dans ces mêmes années : fabrique à métiers à la mécanique, filature de laine, salle des métiers, atelier de l'encolleuse, du lavage des laines et d'égouttage. A ces bâtiments s'ajoutent des magasins, une chaufferie et une conciergerie.

L'ancienne forge de Sireuil est achetée, en 1895, par André Procop qui la transforme en mégisserie et tannerie, dirigées par son fils Alban. Le site de Sireuil a pour objet l'achat, la préparation et le commerce des peaux, cuirs et laines, ces dernières étant ensuite transformées en feutre à Nersac. En 1902, l'entreprise emploie au total 360 ouvriers.

La société A. Procop et Cie est mise en liquidation en juin 1904. Les sites de Nersac et de Sireuil sont rachetés en 1910 par Louis Lehmann, négociant parisien, propriétaire des Nouvelles Galeries d'Angoulême et de Cognac. La marque "les Tanneries de Sireuil" est créée, et bientôt l'usine de Nersac, convertie au vernissage du cuir au chrome, devient une dépendance de celle de Sireuil. Dans les années 1920, l'affaire, spécialisée dans les dessus de chaussures, est reprise par Eugène Cléry, directeur des tanneries de Sireuil depuis 1907. Les bâtiments sont transformés, une voie Decauville et un nouvel outillage installés. Les Tanneries de Sireuil se développent pour employer jusqu'à 400 personnes vers 1950. Un nouvel atelier de vernissage est construit à Nersac, puis agrandi, vers 1955.

En 1963, l'usine de Nersac ferme et on détruit des bâtiments, à l'exception du logement patronal et d'une partie du bâtiment de filature situé près de l'église, ainsi que d'un atelier de fabrication des années 1950-1955, que la mairie transforme en salle des fêtes entre 1965 et 1968. La rue qui y mène, dite des Tanneries, rappelle la présence de cette usine.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle

L'ilôt, situé au sud de l'église de Nersac, faisait autrefois partie de l'usine. La maison patronale forme l'angle nord-ouest et un mur à hauteur d'appui en constitue la limite sud-ouest. La maison en pierre de taille est dotée d'un étage carré surmonté d'un toit à croupes en ardoise. La façade principale, qui présente cinq travées, est couronnée d'une corniche moulurée, au-dessus de laquelle trois lucarnes à fronton en arc segmentaire éclairent l'étage de comble. Du côté sud-est de l'îlot, l'ancienne filature est un bâtiment en pierre de taille, en rez-de-chaussée, doté de très grandes portes et fenêtres, et couvert d'un toit à croupes en tuile creuse.

Des ateliers, situés non loin de la Boëme, ne subsistent plus qu'un corps de bâtiment des années 1950 en béton, couvert d'un toit à sheds en tuile mécanique.

Mursbéton
calcaire pierre de taille
Toittuile mécanique, ardoise, tuile creuse
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturesshed
toit à longs pans croupe
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
États conservationsvestiges, restauré

Industrie du cuir

Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée

Annexes

  • Extrait de l'acte de vente par M. et Mme Procop à la société anonyme de fabrication et vente des cuirs et feutres, le 25 juillet 1905. Archives privées.

    "art 1 - une grande maison d'habitation et un grand bâtiment servant de filature, 1er étage et magasin de laine au-dessus ; construits en remplacement d'anciennes constructions lorsque les immeubles sont devenus la propriété de M. Procop) le tout confrontant du nord à une rue touchant l'église de Nersac, du midi à la rue des Juifs, de l'est à un chemin conduisant à l'église et de l'ouest à la rue des Juifs ;

    Art 2 - Un bâtiment servant de filature confrontant du nord à un chemin de servitudes, du midi à la rue des Juifs, à l'est du bât ci-après et de l'ouest de la route de l'église à la rue des Juifs ;

    art 3 – atelier de tissage en rez-de-chaussée, du midi à la rue des Juifs .

    art 4 – écurie sur la place de l'église (autrefois maison)

    art 5 - un moulin à foulon"

  • Extrait d'une annonce d'adjudication parue dans le journal La Charente, le 21 juillet 1905.

    "Deuxième lot ; premièrement une usine à fabriquer les feutres située à Nersac et comprenant :

    Un vaste bâtiment composé d'un grand atelier de tissage, d'une salle pour les chaudières, forge et ajustage, autre salle pour la charpenterie, bureaux et appartements du concierge.

    Un autre bâtiment à destination de séchoir avec les fours à chauffage et cabinets pour les ouvriers.

    Ensemble les terrains servant de passage séparant les divers bâtiments ci-dessus."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrices cadastrales de Nersac, 1882-1966.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 3 P PROV 262
  • 1905, 26 juillet : vente par M. et Mme Procop à la Société anonyme de fabrication des cuirs et feutres.

    Archives privées
  • 1861, 19 mars : brevet d'invention de 15 ans déposé par Procop de Nersac pour l'application de tussus dans la fabrication des feutres destinés aux machines à papier continu.

    Institut national de la propriété industrielle : 1BB48846
  • 1836, 19 novembre : brevet de perfectionnement de 5 ans déposé par François Chrétien fils pour la fabrication de draps sans fin destinés aux fabriques de papier.

    Institut national de la propriété industrielle : 1BA5967
Bibliographie
  • Exposition universelle de 1900 ; revue de la classe 88. Le moniteur de la papeterie française, 1er août 1901.

    p. 35-36
  • Exposition universelle de 1900 ; rapport de M. Augustin Blanchet. Revue de la papeterie française et étrangère, 1er janvier 1902, n° 1.

    p. 550
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Van Riesen Wulf - Moisdon Pascale