Logo ={0} - Retour à l'accueil

Villiers Couture : présentation de la commune

Dossier IA17035065 réalisé en 2001

Fiche

Œuvres contenues

Voir

Aires d'étudesVals de Saintonge Communauté
AdresseCommune : Villiers-Couture

Une fondation médiévale ?

La présence humaine est attestée sur le territoire de la commune au Néolithique par la découverte d'une fusaïole (anneau servant de poids pour le filage). Aucune autre trace d'occupation n'est antérieure au Moyen Age. Le principal indice concernant la naissance du village est sans doute son nom : il indique probablement qu'il s'agit d'un bourg neuf créé suite aux défrichements de la sylve d'Argenson dans la seconde moitié du Moyen Age. C'est le cas de nombreuses localités aux alentours dont le nom inclut « ville » : Villeneuve la Comtesse, Villenouvelle, La Villedieu, Villiers sur Chizé, Villiers en Bois, Villemorin, Belleville…

Au Moyen Age, la paroisse portait semble-t-il le nom de Villiers le Larron. En revanche, "couture" dérive-t-il de "terres cultivées" ou de la rivière Couture qui coule à proximité, en Deux-Sèvres (Couture d'Argenson).

L'église Saint-Hilaire remonte, pour ses parties les plus anciennes, au 12e siècle : il s'agit de l'édifice le plus ancien conservé sur la commune, et peut-être le témoin de la naissance du village. La nomination des curés appartenait à l'abbé de Saint-Cyprien de Poitiers. Un souterrain refuge, peut-être également médiéval, se trouve au village de La Touche. La localité appartenait à la province du Poitou et dépendait pour la plus grande partie de la seigneurie de Fontaine Chalendray. Quelques maisons relevaient du prieur de Senebières, lui-même vassal du seigneur de Fontaine.

La paroisse possédait 140 arpents (70 hectares) de forêt, où les habitants pouvaient, en vertu d'une transaction de 1406, prélever du bois mort et faire paître les troupeaux en retour de corvées pour le seigneur de Fontaine. Cet acte fut reconnu jusqu'en 1806, date à laquelle les communes de Villiers Couture et Romazières durent soutenir un procès sur l'usage de faire paître les animaux dans la forêt. La transaction de 1406 n'ayant pas été reconnue comme valable par les juges, les deux communes furent condamnées à payer les frais de procès.

On ignore tout des événements qui purent marquer la commune à cette époque. L'église porte la trace de mutilations mais s'agit-il de destructions liées aux guerres ? Le souterrain refuge de La Touche fut-il utilisé ?

Une activité intense aux 18e siècle et au début du 19e siècle

Au 18e siècle, la paroisse compte entre 300 et 400 habitants. On sait par la carte de Cassini qu'elle possédait un moulin à vent cité dès le 17e siècle (disparu, le moulin actuellement en ruine date du 19e siècle), un moulin à eau à proximité du logis de Bois Benet (commune de Chives), ainsi qu'une tuilerie en lisière de la forêt d'Aulnay.

En activité jusqu'au début du 20e siècle, cette tuilerie aurait possédé un grand four pour les tuiles et un four plus petit pour produire de la chaux. Le cadastre napoléonien de 1834 mentionne à cet emplacement un lieu-dit aujourd'hui disparu, Saint-Guinat. La tuilerie était la propriété de la famille Charroux, dont un membre fut le premier maire de Villiers Couture, puis d'un certain Brachet dont des briques et carreaux portent encore le nom.

Les registres paroissiaux indiquent qu'au 18e siècle la paroisse possédait un grand nombre d'artisans, chaudronnier, menuisier, cordonnier, maréchal, maçon, marchand, tailleur, tisserand, tonnelier, sabotier. Cette intense activité se retrouve en 1840 dans les descriptions de Gautier. Si les terres sont peu productives, on y cultive néanmoins "le froment, l'orge, la baillarge, le seigle, l'avoine, la garobe, le maïs et la pomme de terre". Mais le vin constitue la première production de la commune. Selon Gautier, les vins de la commune sont très estimés, surtout le vin blanc. La commune compte également carrières, tuilerie et fours à chaux et tire parti de l'exploitation des bois.

La Révolution rattache la commune de Villiers Couture au département de la Charente-Inférieure, au district de Saint-Jean d'Angély, et à un éphémère canton de Néré rapidement englobé dans celui d'Aulnay. La commune connait son apogée démographique durant la 1ère moitié du 19e siècle : elle compte près de 500 habitants en 1830.

Les grands changements du 19e siècle au 20e siècle

Le déclin démographique de Villiers Couture est précoce puisqu'il s'amorce dès le milieu du 19e siècle, avant même la crise du phylloxéra qui ravage le vignoble dans les années 1875. L'éloignement des villes et des grands axes en est très probablement la première cause. Le phylloxéra n'a fait qu'aggraver une situation déjà établie.

Aux 19e siècle et 20e siècles, la commune se modernise mais est contrainte par un budget limité, principalement dédié à l'entretien du réseau vicinal. Pendant longtemps, aucun grand projet de construction n'est à signaler : l'école est aménagée dans une ancienne ferme dans les années 1860, une petite mairie lui est annexée en 1890. Le cimetière, en plein coeur du bourg, ne sera déplacé qu'au début du 20e siècle. La commune reste à l'écart du chemin de fer qui passe à Néré, Les Eduts et Saleignes.

En un demi-siècle, Villiers Couture perd la moitié de ses habitants et ne compte plus que 230 âmes au début du 20e siècle. L'exode rural se poursuit malgré une très légère amélioration dans les années 1950. Le bouleversement de l´agriculture, dû à la mécanisation des travaux des champs, a fait disparaître les petites exploitations familiales qui maintenaient dans les villages bon nombre de personnes. Quelques exploitations demeurent néanmoins. La commune compte aujourd'hui environ 130 habitants, appelés les Villiérois ou Villésois.

La principale entreprise de Villiers Couture est aujourd'hui Sotrinbois (Société de Transformation Industrielle du Bois). Société créée en 1985 à la suite d'une petite entreprise familiale de 1947, aujourd'hui spécialisée dans la conception et la fabrication d'accessoires de finition et panneaux bois, elle possède des antennes à Chives et Pérignac et près de cent salariés. Le site de Villiers Couture abrite le siège social, le bureau d'études, l'atelier de fabrication de moulures et la plateforme logistique.

Située à l´extrémité nord-est du département de la Charente-Maritime, à la limite des Deux-Sèvres, la commune de Villiers Couture appartient à l'arrondissement de Saint-Jean d´Angély. Elle se situe à un peu moins de 20 km d´Aulnay de Saintonge et 35 km de Saint-Jean d´Angély. Les communes limitrophes sont Romazières à l'ouest, Fontaine Chalendray au sud, Chives, Couture d'Argenson et Villemain à l'est, Aubigné au nord.

Villiers Couture possède une superficie de 837 hectares sur lesquels se répartissent le bourg et seulement deux hameaux, La Touche et Chez d'Aigre. Le territoire communal possède un relief assez vallonné, dont la partie centrale où coule le Naudin est enserrée entre deux hauteurs boisées. L'altitude varie de 96m d'altitude en fond de vallée à la limite de Chives au sud-est, jusqu'à 138m dans la forêt de Fontaine et 132m en lisière de la forêt d'Aulnay.

La frange nord du territoire de Villiers Couture borde l'extrémité de la forêt domaniale d'Aulnay. Cette forêt, inscrite au pré-inventaire des richesses naturelles de la Charente-Maritime, ainsi que l´ensemble du massif forestier Aulnay-Chizé sont des reliques de l'ancienne "sylve d'Argenson", une immense forêt séparant le Poitou et la Saintonge progressivement défrichée au cours des siècles. En grande partie dévastée par la tempête de 1999, la forêt d'Aulnay panse toujours aujourd'hui ses plaies. Les deux principales essences représentées sont le chêne et le hêtre. A l'opposé, au sud, Villiers Couture possède une importante portion de la forêt de Fontaine, qui s'étend aussi sur Romazières et Fontaine Chalendray.

Le Naudin, qui arrose le bourg, est un petit ruisseau, affluent de l'Aume. Il passe à Romazières et près de La Touche et traverse Chives avant de gagner le département de la Charente. A Saint-Fraigne, il rejoint l'Aume qui elle-même se jette dans la Charente à Ambérac.

La commune n'est traversée par aucun axe de communication important, mais des routes secondaires se croisent à proximité du bourg et de La Touche : la départementale 130 d'Aulnay à Ruffec, la départementale 132E2 vers Chef-Boutonne et la départementale 225 vers Aigre. Villiers Couture reste toutefois très à l'écart des grandes et petites villes et des gros bourgs, le plus proche étant celui de Néré, à moins de 10 km.

Références documentaires

Documents figurés
  • 1834 : plan cadastral napoléonien de la commune de Villiers Couture.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5210
Bibliographie
  • Cassagne, Jean-Marie. Seguin, Stéphane. Origine des noms de villes et villages de Charente-Maritime. Saint-Jean d'Angély : Ed. Bordessoules, 2002.

    p. 235
  • Chapacou, Denis. Aulnay, un voyage dans l'histoire du canton, 1995.

    p. 49
  • Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime. Paris : Flohic, 2002.

    p. 148-150
  • GAUTIER, M.-A., Statistique du département de la Charente-Inférieure. La Rochelle, 1839.

    p. 139
  • Hercule, Philippe. Paroisses et communes de France, dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Charente-Maritime. Paris : Editions du CNRS, 1985.

  • Mouclier, Joseph. Notice historique sur Villiers Couture, 1898.

  • Mouclier, Joseph. Notice historique sur les communes de Villiers Couture, Romazières, Les Eduts, Seigné, Chives, Vinax et Fontaine Chalendray. Ruffec, 1899.

  • Mouclier, Joseph. La Font-Brisson, Romazières et leurs environs, souvenirs d'un médecin de campagne. Ruffec, 1911.

    p. 108-111
Multimedia
  • Site internet : http : //cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/ [Des villages de Cassini aux communes d'autrefois].

  • Site internet : http : //www.insee.fr.