Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château

Dossier IA00045639 réalisé en 1978

Fiche

Dossiers de synthèse

Le château d’Angles-sur-l'Anglin apparaît vers 1025 comme une propriété de l’évêque de Poitiers. Situé sur un superbe promontoire rocheux dominant l’Anglin, il contrôle un pont sur la route reliant le Poitou et la Touraine. Il est probablement inféodé aux seigneurs de Lusignan avant la fin du 11e siècle. Les vestiges qui s’organisent sur l’éperon barré ont fait l’objet de plusieurs articles mais attendent encore une étude archéologique d’ensemble.

La motte située en haut du plateau correspond sans doute au premier château, complété par une première enceinte et une chapelle, près de la porte, avant la fin du 12e siècle.

C’est dans un second temps que le donjon quadrangulaire est bâti et l’enceinte agrandie pour enclore toute l’extrémité de l’éperon rocheux. Ce donjon est à demi ruiné, mais peut être restitué sur des dimensions imposantes(16 x 7,70 m). L’ouverture d’une porte, face au bourg, avec un châtelet d’entrée intégrant en partie haute une nouvelle chapelle est sans doute plus tardive (13e siècle). Ce vaste ensemble est complété à la fin du Moyen Âge par des logis d’une part, et des tours de défense d’autre part (13e- 15e siècles).

Parties constituantes non étudiées chapelle, donjon, ouvrage d'entrée, enceinte, cour, communs, écurie, puits, tour, fossé, logis
Dénominations château fort
Aire d'étude et canton Vals de Gartempe et Creuse - Saint-Savin
Adresse Commune : Angles-sur-l'Anglin
Cadastre : 1826 F1 13 à 21 ; 1954 AB 315, 362, 362 BIS ; 2014 AB 315, 316, 362, 649 Donjon sur la parcelle 315, chapelle parcelle 649

Un certain Gilbert du castellum d’Angles apparaît vers 1025 dans une charte de donation à l’abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers. Pour Jacques Duguet, ce personnage n’est que le gardien du château qui appartient à l’évêque de Poitiers Isembert, fondateur de l’abbaye Sainte-Croix d’Angles avant 1047. La famille des évêques de Poitiers conserve le contrôle d’Angles jusqu’à la fin du 11e siècle.

Vers 1100, Hugues VI de Lusignan est désigné comme seigneur du château. On ne sait précisément comme il en devient le possesseur (spoliation ? inféodation ?). Quoiqu’il en soit, Angles est tenue par la branche des Lusignan-Lezay, en coseigneurie jusqu’au milieu du XIIIe siècle. En 1267, Guillaume de Lezay cède sa part à l’évêque de Poitiers en échange de la terre de Villefagnan. L’évêque rachète par la suite d’autres parts de la châtellenie, qui reste dans la mense épiscopale tout au long du Moyen Âge. Les comptes signalent d’importants travaux dans la seconde moitié du 15e siècle et au début du 16e siècle, pour restaurer les fortifications après la guerre de Cent ans et pour aménager les logis.

Abandonné dès le début du 18e siècle, le château est laissé à la ruine. Il est acheté en 1923 par la société des Antiquaires de l'Ouest, et classé en tant que monument historique trois ans plus tard.

Différentes campagnes de restauration sont réalisées à partir de 1938, pour consolider autant la falaise rocheuse que les constructions médiévales. Les quelques sondages réalisés dans les années 1980 dans la chapelle Sainte-Marie n’ont pas livré d’indices probants de datation.

Période(s) Principale : 1er quart 11e siècle, 4e quart 12e siècle, 14e siècle, 15e siècle , (?)

N.B. Seules les parties les plus anciennes du château ont été étudiées dans le cadre de l’inventaire des châteaux romans du Poitou-Charentes (Baudry-2010).

Sur une crête rocheuse dominant l’Anglin, aux confins du Poitou, le château d'Angles surveille la route vers le Berry et la Touraine. Les vestiges qui s’organisent sur l’éperon barré ont fait l’objet de plusieurs articles mais attendent encore une étude archéologique d’ensemble. Nous n’insisterons ici que sur les parties pouvant correspondre au château « roman ».

La motte arasée, d’environ 50 mètres de diamètre, située en haut du plateau correspond sans doute au noyau du premier château. Elle est détachée de l’enceinte par un fossé taillé dans le roc.

L’enceinte de pierre qui englobe l’extrémité de l’éperon rocheux présente différentes phases de construction. Face à la motte et au plateau, la muraille peu élevée est flanquée d’une tour d’angle pleine et arasée, et percée d’une porte piétonne (2,50 m haut x 1,30 m large). Cette dernière est ménagée dans un pan de mur en bel appareil de pierre de taille, et ouverte sous un arc en plein cintre. Elle semble dépourvue de tout système de défense et peut être datée, comme la tour voisine, de la seconde moitié du 12e siècle. La chapelle Saint-Pierre associée à la porte a été attribuée à la même période par différents auteurs. Assez remaniée, elle présente aujourd’hui une nef unique charpentée se terminant par un chevet arrondi. Cet ensemble est isolé du reste du château par la « tranchée des Anglais » au-devant d’une cour basse dotée d’archères canonnières témoignant d’une campagne de fortification au milieu du 15e siècle. Ces défenses sont venues couper la première cour qui s’étendait au sud, devant le donjon.

Le donjon quadrangulaire est ruiné, mais peut être restitué sur des dimensions imposantes (16 x 7,70 m). Il n'est conservé que sur deux côtés, barrant de toute sa longueur l'éperon effilé. Les contreforts ronds qui le soutiennent sont pleins. Celui de l'angle sud-est est remplacé par une tour au talus assez marqué, de facture assez tardive (fin du Moyen Âge ?). Le massif quadrangulaire adextré a été plaqué après coup contre le donjon (tour de latrine ?). Les murs du donjon, de 2 m d’épaisseur à la base, présentent différentes ouvertures éventrées, donnant sur deux étages séparés par des planchers et un niveau sous un comble pointu. Tous ces aménagements correspondent sans doute aux travaux mentionnés au 15e siècle et que les armoiries, portées en façade sud, attribuent à Hugues de Combarel. Les parties hautes ont été très remaniées. Aucun élément d’origine ne peut être signalé. Au niveau du sol de la cour, une porte cintrée met en communication les cours nord et sud. Elle paraît ancienne, ce dont témoigne la présence d’une échauguette la surplombant, mais sans doute pas d’origine. La datation des vestiges de ce donjon reste très aléatoire en l’attente d’une étude d’archéologie du bâti et de sondages pour reconnaître les niveaux de circulation et d’occupation antérieurs aux campagnes du 15e siècle.

Les autres bâtiments du château semblent tous postérieurs au 12e siècle.

La tour aux oignons, dotée d'archères, à l'est, et la porterie qui flanque l'entrée, au nord, ont été attribuées aux Lusignan dans la première moitié du 13e siècle. Le type de leurs ouvertures nous paraît relever d’une datation plus tardive, peut-être le 14e siècle. Cette dernière hypothèse corrobore les mentions dans les textes. La reconstruction de la chapelle du château est en effet entreprise en 1330. Il pourrait s’agir de la chapelle Sainte-Marie associée à l’une des tours du châtelet d’entrée. Cette campagne serait donc antérieure aux travaux entrepris au milieu du 15e siècle pour Hugues de Combarel, dont les armes figurent non seulement sur le donjon, mais aussi sur les logis ruinés situés près de l’entrée et sur l’enceinte fortifiée ajoutée au Sud pour défendre l’accès du château par le plateau. Ces travaux visaient sans doute à remettre en état le château après la guerre de Cent ans. Ils passent par la construction d’ouvrages aménagés pour l’artillerie à feu.

Murs calcaire moellon
Toit tuile plate
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier intérieur, escalier en vis sans jour
escalier droit
États conservations vestiges
Techniques sculpture
Représentations armoiries
Précision représentations

Armes du roi ; armes de Hugues de Combarel ; armes de Guillaume de Charpagne.

Statut de la propriété propriété d'une personne morale
propriété de la commune
Protections classé MH, 1926/02/10
Précisions sur la protection

Château (restes) : classement par arrêté du 10 février 1926.

Annexes

  • Le château du 12e au 15e siècle

Références documentaires

Documents d'archives
  • Comptes de travaux du XVe et du XVIe siècle.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : G 69
  • Documents sur le château d'Angles-sur-l'Anglin.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : JJ 66, n°852, fol. 348
Documents figurés
  • Ruines du château d’Angles sur l’Anglin, clichés.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 Fi M 6
Bibliographie
  • Baudry, Marie-Pierre. Châteaux « romans » en Poitou-Charentes. Xe - XIIe siècles, Collection Cahiers du Patrimoine, n° 95. Geste éditions, 2011.

    p. 53, 56, 87, 102, 105, 107, 114, 115, 149, 155, 162, 164, 165, 174, 176, 179, 180, 186, 214, 271, 279, 283, 304, 312, 313
  • Bourgeois L., Angles-sur-l'Anglin. Les petites villes du Haut-Poitou de l'Antiquité au Moyen-Age, Formes et monuments, volume 2. Mémoire XXVII, 2005.

    p.7-28
  • Châtelain, André. Donjons romans des pays d'Ouest. Paris : A. et J. Picard, 1973.

    p. 169-170
  • Cherrier-Lévêque, Noëlle, Les châteaux des seigneuries épiscopales d’Angles et Chauvigny (diocèse de Poitiers) dans les guerres du XIIe au XIVe siècle, dans Château et guerre, actes des rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, Michel Combet et Robert Hérin (dir.), Ausonius, Bordeaux, 2004.

    p. 11-28
  • Crozet, René. Châteaux de la Vienne. - Paris : Nouvelles Editions latines, 1966.

    p. 6
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    p. 114, 117
  • Crozet, René. Recherches sur les sites de châteaux et de lieux fortifiés en Haut-Poitou au Moyen Âge, Bulletin de la Société des Antiquaires de l´Ouest, 4ème série, t.11, 1971-1972.

    p. 191 : 1 fig.
  • Crozet, René. Textes et Documents relatifs à l´Histoire des Arts en Poitou, recueil. Archives Historiques du Poitou, t. 53, 1942.

    p. 105, 124, 136, 156, 158, 168, 169, 199
  • Ducluzeau, Robert. Petite histoire d'Angles-sur-l'Anglin. La Crèche : Geste éditions, 2005.

  • Duguet, Jacques, La famille des Isembert, évêques de Poitiers, et ses relations (Xe-XIe siècles), Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e série, t. 11, 1971.

    p. 171, 172, 174, 175, 176, 181, 182
  • Durand, Philippe, La protection religieuse de l’entrée du château à l’époque romane en Haut-Poitou, Cahiers de Civilisation médiévale, t. 31, 1988.

    p. 201-213
  • Durand, Philippe, Le château d'Angles-sur-l'Anglin, Bulletin de la Société des Amis du pays lochois, n° 13, décembre 1997.

    p. 107-118
  • Eydoux, Henri-Paul, Angles-sur-L’Anglin, dans Châteaux fantastiques, Paris, Flammarion, vol. 2, 1971.

    p.197-207
  • Favreau, Robert, Guillaume Gouge de Charpaignes, évêque de Poitiers (1441-1448), Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e série, t. 8, 1965-1966.

    p. 96-97
  • Gaillard, Henri, Angles-sur-l’Anglin, la ville, le château, Poitiers, Poitiers, Société des Antiquaires de l’ouest, 1950, rééd. 1964.

  • Gaillard, Henri, De la naissance de Jean Balue, cardinal d'Angers, Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3e série, t. 7, 1925-1927.

    p. 436-437
  • Gaillard, Henri, Le déclin d'une bourgade féodale. Angles-sur-l'Anglin au XVIIIe siècle, Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3e série, t. 8, 1928-1930.

    p. 153-162
  • Guérin, Paul, éd. Recueil des documents concernant le dans les registres de la chancellerie de France, Archives historiques du Poitou, t. 11, 1881.

    p. 370-371
  • Jeanneau, François, Angles-sur-l’Anglin, château, étude préalable à la restauration générale de l’édifice et à l’aménagement de ses abords, fév. 1997.

  • Lorenz, Claude, Le site fortifié de la chapelle Saint-Pierre d'Angles-sur-l'Anglin, Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4e série, t. 8, 1965-1966.

    p. 301-309
  • Michaud, Francis, La forteresse épiscopale d’Angles-sur-l’Anglin, mémoire de maîtrise soutenu à l’université de Poitiers sous la direction de Marie-Thérèse Camus, 1994, 2 vol.

  • Michaud, Francis, Angles-sur-L’Anglin, dans Châteaux, manoirs, logis, Floris, Philippe et Talon, Pascal (dir.), Chauray, Patrimoines et médias, Deux-Sèvres, 1991, Charente, 1993, Charente-Maritime, 1993, Vienne, 1995.

    p.172
  • Rédet, Louis. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers. Archives Historiques du Poitou, tome 3, 1874.

    p. 125, 131, 135
  • Rédet, Louis, éd. Cartulaire de l’évêché de Poitiers ou Grand-Gauthier, Archives historiques du Poitou, t. 10, 1881.

    p. 45, 46, 47, 64, 68, 69, 70, 75, 243, 318, 321, 323, 339, 341, 342, 345, 347, 351, 353, 355, 396
  • Serbat, Louis, Chronique. Château d'Angles-sur-l'Anglin, Bulletin monumental, t. 76, 1912.

    p. 590-591
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Joergensen Bent - Dujardin Véronique - Baudry Marie-Pierre - Maturi Paul