Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame de Soudan

Dossier IA00065982 réalisé en 1973

Située à l'écart du centre-bourg, dans un écrin de verdure, Notre-Dame de Soudan surprend par la qualité de sa sculpture intérieure et l'authenticité d'une grande partie de l'édifice. Ces éléments lui ont valu dès 1917 un classement au titre des Monuments Historiques.

L'église actuelle a été édifiée au 12e siècle. Elle appartient à cette époque à l'abbaye de Saint-Maixent dont les possessions sont confirmées en 1110 par le pape Pascal II. Par la suite, elle relève directement de l'évêque de Poitiers. Notre-Dame de Soudan a subi peu de modifications au cours des siècles, conservant presque intégralement sa structure d'origine. Ce n'est qu'à la fin du 18e siècle, et durant le siècle suivant, que des travaux sont entrepris : 1780, réparations d'entretien et, vraisemblablement, construction de la sacristie ; 1837 et 1868, travaux de couverture du clocher ; 1869, percement d'une croisée dans le chœur et remplacement du lambris de couvrement par une voûte en briques dans la nef ; 1881, restauration de la couverture de l'église et du clocher par Pierre Foisseau, entrepreneur à Salles, sous la direction de l'architecte Guillaud ; 1921, la couverture est de nouveau remaniée par Martineau, sous la direction de l'architecte Mongeaud.

On accède à l'édifice en suivant une allée bordée d'arbres. Précédée d'un auvent, la façade occidentale se présente de manière tripartite, avec un portail central flanqué de deux arcades aveugles très étroites. Au centre, le portail est constitué de trois rouleaux en arc brisé dépourvus de décor, mais surmontés d'une archivolte à dents de scie. Les arcades latérales sont quant à elles dotées de colonnes dont la hauteur contraste fortement avec celles qui portent le portail central. Les chapiteaux qui les surmontent sont simplement ornés de feuilles plates à enroulements. Seule une tête humaine barbue, dont le visage est malheureusement très effacé, visible sur le côté gauche du portail, apporte une variété dans le décor sculpté des chapiteaux. Au dessus, surmontant la totalité de la partie inférieure de la façade, prend place une corniche. Celle-ci est ornée de modillons à têtes masculines barbues ou de tonnelets.

L'intérieur de l'église se compose d'une nef à quatre travées irrégulières prolongées par une travée sous clocher et un chœur qui s'achève en abside. Un collatéral très étroit, voûté en berceau brisé, flanque sur le côté sud la travée sous clocher. La nef a été pourvue au cours du 19e siècle d'une voûte de briques en berceau brisé, et des arcades brisées ou en plein cintre rythment ses murs intérieurs. La travée sous clocher est quant à elle couverte d'une coupole polygonale sur trompes reposant sur quatre piles composées de colonnes engagées. Celles-ci sont dotées de chapiteaux sculptés ornés de feuilles d'acanthes magnifiquement ouvragées, de palmettes, de feuilles d'eau, de dragons ailés ou d'oiseaux perchés sur des lions. Enfin, le chœur est constitué d'une travée droite voûtée en berceau et d'une abside semi-circulaire éclairée par trois baies.

Extérieurement, l'église apparait trapue avec ses lourds contreforts destinés à contrebuter les murs de la nef, et le clocher carré qui dépasse de peu le toit de la nef. Il n'en reste pas moins que Notre-Dame de Soudan fait partie de ces petites églises rurales à l'architecture rustique mais non dénuée de charme, loin de là.

Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Pays du Haut Val de Sèvre - Mothe-Saint-Héray (La)
Adresse Commune : Soudan
Lieu-dit : le Petit-Bourg
Cadastre : 1820 E1 103 ; 1968 AN 187 ; 2014 AN 186

Eglise construite au 12e siècle. En 1780, réparations d'entretien et, vraisemblablement, construction de la sacristie. En 1817 et 1853, travaux d'entretien à la couverture et en 1837 et 1868 au clocher. En 1869, percement d'une croisée dans le choeur et remplacement du lambris de couvrement par une voûte en briques dans la nef. En 1881, restauration de la couverture et du clocher par Pierre Foisseau, entrepreneur à Salles, sous la direction de l'architecte Guillaud et croix du clocher par Pantrat de Salles. En 1921, couverture remaniée par Martineau sous la direction de Mongeaud architecte. En 1970, la couverture est refaite.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Guillaud Jean-Baptiste, architecte,
Auteur : Mongeaud Paul Antoine, architecte,
Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse, ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte en berceau brisé
coupole à trompes
voûte en berceau
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
pignon découvert
croupe ronde
Techniques sculpture
sculpture
vitrail
Représentations masque lion oiseau feuillage ornement géométrique
Précision représentations

Les chapiteaux du portail présentent des palmettes, un masque barbu et un ruban perlé. Parmi les dix modillons de la façade, cinq sont sans décor, un présente un tonneau et quatre sont ornés de têtes humaines. Les chapiteaux de la travée sous clocher sont décorés d'oiseaux juchés sur des lions, de palmettes, de rubans perlés, de feuillages à crossettes. Un chapiteau de l'élévation sud de la nef présente des dragons ailés.

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1917/10/30

Références documentaires

Bibliographie
  • Camus, Marie-Thérèse, Carpentier, Elizabeth, Amelot, Jean-François. Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs d'oeuvre. Paris : Éditions A. et J. Picard, 2009.

    p. 300, 311, 421, 445 ; fig. 342, 465
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    p. 125, 126, 138, 148, 153, 157, 219, 221, 230
  • Valin, Bénédicte. Le zodiaque dans la sculpture romane de la France de l'Ouest / dir. Piotr Skubiszewski. Poitiers : Université, 1990. [Mémoire de maîtrise : Histoire de l'art : Poitiers : 1990].

    p. 82-85
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Debelle Jacqueline - Pon Charlotte - Allard Thierry